Chronique d’une ancienne ville royale Dourdan/Pièce XVI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PIÈCE XVI.
Censive des Dames de Longchamp.

« Déclaration que fournissent au Roy et à Monseigneur le Duc d’Orléans, comte de Dourdan, les Dames abesse et Religieuses de l’Humilité de Longchamps, des fiefs nobles à elles apartenants scis aux Granges-le-Roy et Dourdan dans l’étendue dudit comté, champart seigneurial et champartage des Granges-le-Roy et Dourdan, ventes et reventes, bonnages et courvées apartenants audit champart, et les cens des terres ascensées chargées de champart et de tous autres droits féodaux et seigneuriaux.

Premièrement, possèdent lesdites Dames Religieuses une ferme aux Granges, concistant en maison manable, écurie, grange-champarteresse, bastiments proche et vis-à-vis l’église dudit lieu, court au milieu, jardin ; tenant, la totalité, d’une part aux héritiers Antoine Jouce ; d’autre, à la rue du costé de la marre ; d’un bout, sur la rue où il y a une ruelle pour passer un homme de cheval ; d’autre, sur Nicolas Boujon.

Item, une pièce de terre contenant sept arpens, sise au terroir des Granges, champtier de la Souffloire, tenant d’une part à M. de Péricart, etc.

Plus, une autre pièce de terre contenant sept quartiers, scise audit terroir et champtier, etc.

Item, une autre pièce de terre contenant unze arpents, scise audit terroir et champtier ou de la Gronalière, tenant d’une part audit sieur de Masle ; d’autre, au sieur Feugère, etc.

Item, une autre pièce de terre contenant dix arpents, scise audit terroir, champtier du chemin de Bretencourt, etc.

Est observé que leur domaine concistoit cy devant en quatre-vingt arpents de terre dont a esté donné à nouveau cens à différents particuliers la quantité de cinquante arpents ou environ.

Observent encore que par contrat datté du mois d’octobre 1266, elles ont acquises de Jean Bourguignel, chambelan du Roy saint-Louis, et Margueritte sa femme, le champart et champartage, ventes et reventes, les bonnages et courvées qui apartenoient audit champart et en leurs terres qui en avoient esté ascensées et qui devoient champart, lesquels fiefs et droits seigneuriaux avoient apartenu à Mre Bertaut Gelapon, seigneur de Favière au Perche, près Châteauneuf ; et depuis leur acquisition elles ont esté amorties du Roy, qui les avoit donné auxdits Bourguignel et sa femme en 1253 ;

Qu’en 1304 elles ont acquises de Perinelle La Bourguignelle quatre livres seize sols de menus cens en la ville de Dourdan, qu’elle tenoit en plein fief de la Dlle Souque de Ronvilliers, femme de Guillaume de Langreville ;

Qu’en 1307 elles ont acquises de Guillaume de Langreville et de la Dlle sa femme tout ce qu’ils avoient en la seigneurie-de Dourdan, fiefs, arrière-fiefs, cens, rentes, avoines et champarts qui estoient tenus d’eux par plusieurs personnes, lesquelles choses estoient tenues en fief de Vilain de Voise, qui les a amorti, jusqu’au comte d’Evreux, par acte du samedy d’après la Ste-Croix 1322 ;

Que par autre contrat de l’année 1319 elles ont acquises de Pierre Ause de La Forest, seigneur de Hautvillier, 56 sols parisis de chef-cens, et quelques portions de champartz portant lodz et ventes sur plusieurs pièces (de) terre scises en la châtellenie de Dourdan, tenues en fief d’Etienne de La Forest, avec la moitié du champart de trois septiers de terre que l’on apelle la terre St-Ladre, et deux deniers de cens ;

Tous lesquels droits ont été amortis par ledit Estienne de La Forest, par le même contrat.

Qu’elles ont pareillement acquises, par un autre contrat du dimanche d’après la St-Vincent 1322, de Philippes de St-Yon, écuyer, sieur Du Marais, et Dlle Eustache, sa femme, tous les cens et champarts de bled et avoine, terres, et le nombrage de champartage ès lieux spécifiez par le contrat ; et enfin tout ce que ledit sieur de St-Yon tenoit en fief, foy et hommage d’Aubert de La Chapelle, qui les tenoit de Jean de Vilain (de) Voise, qui les tenoit en foy et hommage dudit comte d’Evreux, comte de Dourdan ;

Qu’elles ont aussi acquises, par contrat du 23 février 1325, de Philippes de St-Yon et sa femme 2 livres 16 sols parisis des mêmes cens en la valée des Granges, amortis de tous seigneurs jusqu’au dit comte d’Evreux, avec une mine de champart de grain, sur le terroir appelé les Terres-Moytoyères, ventes, saisine, droitures et tous droits seigneuriaux ;

En 1320 et 1325, toutes ces acquisitions ont esté amorties par Vilain de Boise (sic) auxdites Religieuses pour les acquisitions par elles faittes de plusieurs fiefs relevants dudit Vilain de Boise (sic), et à elles avenues par donnations de Mgr Jean, auquel Mgr Jean elles estoient avenues par le décès de Denis des Vitres ;

Qu’en 1516, ayant esté décerné contrainte contre lesdites dames pour raison des francs-fiefs, par sentence de MM. les Commissaires députés, etc.

En l’année 1548, lesdites Religieuses ont rendu leur aveu au Roy à cause de ses fiefs, terres et seigneuries des Granges et Dourdan, venues de Jean Bourguignel, Margueritte sa femme, qui les tenoient du Roy saint Louis, consistant en tous droits seigneuriaux, cens, rentes, vassaux, ventes et reventes, saisine et amande, champarts et champartages, mesurages et abonages, et les corvées qui apartenoient audit champart, et en 455 arpents de terre qui estoient tenus en censive dudit Mre Bertault, tant aux terroirs de Dourdan qu’aux Granges-le-Roy, avec vingt-six maisons assises au bourg et ville de Dourdan, avec les courts, jardins et apartenances d’icelles assises au bourg de la ville de Dourdan, en plusieurs places, et autres aires de jardin scis en plusieurs places de ladite ville et avec 400 arpents de terre qui estoient tenus de luy à champart, scis au terroir des Granges en plusieurs champtiers, et avec une grange et apartenances audit lieu près l’église, dont la déclaration ensuit :

Premièrement : quatre maisons devant le marché ; — 4 maisons en la grande rue ; — 1 maison devant la grosse tour ; — une maison, et 2 jardins, à la Fosse-aux-Chevaux ; — 1 maison en la rue de la Riuière ; — 2 maisons, court et jardins, rue des Vergers ; — 1 maison audit lieu ; — 2 maisons, courts et jardins en la rue des Champs ; — 3 maisons audit lieu ; — 1 maison à la Bretonerie ; — 1 maison et jardin en Favereux ; 5 maisons et jardins scis aux Vergers ; — 9 aires audit lieu ; — 12 aires à la Saulçaye ; — 7 aires près la Fosse-aux-Chevaux ; — 2 aires près la rue des Champs ;

78 arpents, tant en terre que prez et vignes, pouvant valoir 6 l. 2 s. 9 d., payable le jour St-Remy ;

Et, aux Granges-le-Roy, que Jean Saillart tenoit dudit M. Bertaut 216 arpents de terre, 14 arpents de vigne à Montgilbert et 140 arpents aussy de vignes aux autres champtiers, valant 8 l. 18 s. parisis de censive ; 400 arpents de terre à champart ; 45 arpents de bois.

Parce même aveu, le Roy a déclaré avoir donné tout ce qui est cy-dessus compris audit Bourguignel et Margueritte sa femme, qui les tenoit dudit Bertaut et dudit Saillard, comme aussi du don fait auxdites dames par Jean Launay, de 56 sols parisis de menus cens ; quatre septiers de bled, 4 l. 15 s. parisis de menus cens deus, et venus de Vilain de Boise, avec tous les champarts, champartages, ventes, reventes, abonages, courvées, cens et rentes, valant 30 livres tournois de cens. »

(Arch. du Loiret, A. 1384.)
Extrait du registre censier ou cueilleret comprenant en plusieurs cahiers de papier (60 feuillets in-folio) les années 1399-1418.

ANNÉE 1399.

« Aux Granches le Roy.

Ce sont les cens et droiz seigneuriaulx appartenans à mes dames les Religieuses abbesse et couvent de Long Champ près de Paris, receuz aux Granches le Roy le jour Saint Denis, par Jacques du Ru, l’an mil IIIc IIIIxx et XIX.

Premièrement

Au Cleau.
Jehan Vanier, pour sa vigne du Cleau, tenant au chemin d’Estampes d’une part et à Jehan le Couturier d’aultre part 2 den. tourn.
Grymouart.
Jehan de Troyes, pour sa terre de Grimouart, tenant à Ligier Lemereau 6 deniers.
A l’Erable.
Item, pour ung minot à l’Erable, tenant à Jehan Langlois 5 deniers.
Es Marnières.
Ledit Liénard, pour sa vigne des Marnières, tenant à Jacquet Du Ru, appartenant à Symonet Challes 2 deniers.
A la Ruelle de l’Oye.
Luy, pour son friche tenant à la Ruelle de l’Oye, apartenant à Symonet Challes 3 deniers.
Ce cueilleret de 1399 comprend, à lui seul, 18 folios ; les autres terroirs y indiqués sont : « la Fontaine-des-Vignes, — Ruisseaulx, — Vaugiroust, — les Groux, — le Court-Noyer, — le Nichet, — le Fossé, — la Housée, — la Perche, — Vauvanier, — le Vauderran (Val-d’Aran), — du Mur, — la Ruelle Petit-Viault, — Le Puiset, — la Ruelle-aux-Moines, — la Parroiche, — entre le chemin d’Estampes et la Garenne, — la Groue, — Maumarché, — Mont-Gilebert, — le chantier de la Croix, — le Fourneau, — l’Orme-Sec, — Larris, — le chemin des Granges à Dourdan, — la Soufflouère, etc. »
(Archives du Loiret, A. 1388.)

P. 149.