Mozilla.svg

Contes et fables/Le Tzar et le Faucon

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par Ely Halpérine-Kaminsky.
Contes et fablesLibrairie Plon (p. 186-187).


LE TZAR ET LE FAUCON

FABLE


Un tzar, à la chasse, lança son faucon favori à la poursuite d’un lièvre et le suivit.

Quand le faucon eut saisi le lièvre, le tzar le reprit, puis il chercha de l’eau pour se désaltérer.

Il trouva une source où l’eau ne tombait que goutte à goutte. Alors le tzar posa sa coupe sous le mince filet d’eau, et lorsque la coupe fut pleine, il la porta à ses lèvres.

Tout à coup, le faucon s’agita sur la main du tzar et, d’un coup d’aile, renversa l’eau.

Le tzar remplit de nouveau la coupe ; il attendit longtemps, et, dès que celle-ci fut pleine, il la porta pour la seconde fois à ses lèvres.

Et le faucon s’agita et renversa encore la coupe.

Pour la troisième fois, le tzar remplit sa coupe et essaya de boire ; mais, de nouveau, le faucon la renversa de son aile.

Du coup le tzar se fâcha ; il frappa le faucon de toutes ses forces contre une pierre et le tua. À ce moment, arrivèrent les serviteurs du tzar qui coururent au bord de la source pour remplir la coupe.

Mais ils ne rapportèrent pas d’eau, et revinrent la coupe vide :

— Il ne faut pas boire cette eau, dit l’un d’eux ; car un serpent a jeté tout son venin dans la source et l’a empoisonnée ; le faucon a bien fait de renverser la coupe, et, si tu avais bu, tu serais mort.

Le tzar s’écria :

— J’ai bien mal récompensé le faucon ; car il m’a sauvé la vie, et je l’ai tué.