Coran Savary/032

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par Claude-Étienne Savary.
Dufour (2p. 166-169).






L'ADORATION.


donné à la mecque, composé de 30 versets
______


Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


A. L. M. Le souverain de l’univers a fait descendre le Coran du ciel. Ce livre ne doit laisser aucun doute. Diront-ils qu’il est l’ouvrage de Mahomet ? La vérité éternelle te l’a envoyé pour prêcher la parole de la foi à un peuple qui n’avait point encore d'apôtre, et pour l’éclairer de son flambeau.

Dieu créa le ciel, la terre et l’immensité de l’espace dans six jours ; ensuite il s’assit sur son trône. Vous ne pouvez avoir d’autre patron, d’autre protecteur que lui. Ne réfléchirez-vous donc pas ?

Il gouverne tous les êtres créés depuis les cieux jusqu’à la terre. Les hommes seront rassemblés devant lui au jour du jugement, dont la durée sera de mille ans ?

Tout est dévoilé à ses yeux. Il perce dans l’ombre du mystère. Il est le Dieu puissant et miséricordieux.

Il a perfectionné toutes ses créatures. Il commença l’homme de boue.

Il composa sa reproduction de sang congelé et d’eau.

Il accomplit son ouvrage en lui soufflant une portion de son esprit. Il vous a donné l’ouïe, la vue et une âme sensible. Combien peu d’hommes reconnaissent ces bienfaits !

Lorsque la terre couvrira nos cendres, disent les incrédules, serons-nous ranimés de nouveau ?

Ils nient le jugement universel.

Réponds-leur : L’ange de la mort qui veille sur vos démarches, tranchera le fil de vos jours, et vous reparaîtrez devant Dieu.

Quel spectacle, lorsque les méchans, prosternés devant l’Éternel, s’écrieront : Seigneur, nous avons vu et entendu ; laisse-nous retourner sur la terre pour faire le bien ; nous croyons fermement.

Nous pouvions éclairer tous les hommes ; mais il faut que cet arrêt de Dieu s’accomplisse : Je remplirai l’enfer de démons et d’hommes rassemblés.

Expiez au milieu des tourmens l’oubli de ce jour. Je vous oublie. Des peines éternelles vont être le fruit de vos forfaits.

Les vrais croyans ne se livrent point à l’orgueil. Au récit des merveilles du Seigneur, ils se prosternent, l’adorent, et publient ses louanges.

Ils se lèvent de leur couche pour invoquer son nom, au milieu de la crainte et de l’espérance. Ils versent dans le sein de l’indigent une partie des biens que nous leurs avons dispensés.

L’homme ignore combien son œil sera enchanté à la vue des récompenses qu’auront méritées ses vertus. Le fidèle serait-il traité comme l’impie ? Ils éprouveront un sort différent.

Le croyant qui aura exercé la bienfaisance aura pour asile le jardin de délices. Ce séjour fortuné sera le prix de ses œuvres.

Les scélérats auront pour réceptacle les brasiers de l’enfer. Ils y seront sans cesse repoussés avec des mots : Subissez le tourment du feu que vous traitiez de fable.

Avant qu’ils y soient précipités, nous leur enverrons des peines légères pour les ramener à nous.

Quoi de plus coupable que celui qui s’éloigne de la religion sainte après qu’on la lui a prêchée ? Nous nous vengeons des impies.

Nous donnâmes le Pentateuque à Moïse. C’est à sa lumière que doit marcher le peuple hébreu. Ne doute pas de rencontrer au ciel le conducteur des Israélites.

Nous leur avons accordé des pontifes pour les conduire suivant nos ordres, après qu’ils auront souffert avec constance et qu’ils auront embrassé notre religion.

Dieu jugera leurs différens au jour de la résurrection.

Ignorent-ils combien nous avons exterminé de peuples avant eux ? Ils foulent leurs cendres aux pieds. Exemple terrible ! N’ouvriront-ils point les yeux ?

Ne voient-ils pas que nous conduisons l’eau à travers leurs campagnes stériles, pour faire croître les moissons et les plantes dont ils se nourrissent, eux et leurs troupeaux ? Ne le comprennent-ils pas ?

Quand viendra le jugement ? demandent-ils. Parle, si la vérité t’éclaire.

Réponds-leur : Dans ce jour, il sera inutile aux infidèles de croire. On ne recevra plus leur repentir.

Éloigne-toi d’eux. Attends. Ils attendent.