Correspondance 1812-1876, 5/1865/DLXXXIV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


DLXXXIV

À SON ALTESSE LE PRINCE NAPOLÉON (JÉRÔME),
À PARIS


Palaiseau, 7 février 1865.


Voilà votre victoire annoncée dans les journaux, mon grand ami ! C’est un beau soleil d’Austerlitz que ce jour brumeux de février. Il ne fera pas brailler tant de trompettes, mais on en célébrera plus longtemps l’anniversaire. C’est votre œuvre, on le saura et on s’en souviendra. Moi, je n’oublierai pas que vous avez passé avec nous, dans un petit coin, la soirée après ce beau combat, et, en vous écoutant, j’aurais oublié les heures ; je crains que nous n’ayons abusé de votre bonté, nous qui n’avons rien de mieux à faire que de vous entendre, tandis que, vous, vous avez tant de grandes et bonnes choses à accomplir.

Le bonheur est une abstraction en même temps qu’une réalité, quoi qu’en disent les philosophes. Durable et certain à l’état d’idéal pour qui en connaît la vraie et haute nature, il est momentané et puissant à l’état de réalité, quand les faits servent l’idéal. Donc, portant en vous la vraie notion du bonheur, qui est de le répandre et de le donner, vous en savourez quelquefois la sensation, quand les faits obéissent à votre ardente et généreuse volonté.

Soyez donc heureux, puisque le bonheur est une conquête et que vous venez de gagner une belle bataille. Les jours de dégoût et de fatigue reviendront. Le bonheur à l’état de réalité complète n’est pas une chose permanente pour l’homme ; mais il vous restera à l’état d’idéal, augmenté du souvenir des victoires ; et la morale de ceci est qu’il faut combattre toujours pour augmenter votre trésor de force et de foi. La reconnaissance des hommes, ce qu’on appelle la gloire n’est qu’une conséquence, un accessoire peut-être ! vous l’aurez. Mais votre but est plus élevé. Vous n’êtes pas pour rien de la race ambitieuse du bien, qui lutte en ce siècle contre la race ambitieuse d’argent. Vous avez des forces à dépenser, c’est déjà un bonheur que d’être riche en ce sens-là.

J’ai reçu vos invitations en règle ; merci de votre bon souvenir. Mais me voilà au coin du feu avec la grippe, et, pour quelques jours, je lutterai sans grand effort contre la fièvre.

Ce ne sera rien ; je penserai à vous et je parlerai de vous, ayant auprès de moi quelqu’un qui ne demande que cela.

Avez-vous pensé, en vous en allant tout seul, à pied, depuis le Panthéon, les mains dans vos poches, au clair de la lune, que, dans cent ans d’ici, la France, le monde par conséquent vivrait, grâce à vous, d’une autre vie ?

Du haut du Panthéon quelque chose a dû vous parler et vous crier : « Marche ! »

À vous de cœur toujours et toujours plus.

G. SAND.