Correspondance 1812-1876, 5/1865/DXC

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


DXC

À M. ***


Palaiseau, 9 juin 1865.


Cher monsieur,

J’ai lu votre livre. Il est savant, ingénieux, clair et intéressant au possible. Il me laisse toutefois au point où il m’a prise. Je savais bien que Jésus croyait à la résurrection des corps, et je suis d’autant plus persuadée que sa doctrine était la continuation de la vie humaine ou la réapparition personnelle dans la vie humaine, que vous établissez sans réplique la source de cette croyance, son histoire, sa raison d’être, son lien avec le passé, enfin tout ce qui constitue le fait historique, peu connu jusqu’ici dans ses détails. Mais votre conclusion ne me soumet pas. En croyant à l’immortalité du corps, Jésus et ses aïeux croyaient à celle des âmes, par la raison qu’il n’est pas de corps sans âme. Il était donc spiritualiste sans être exclusivement spiritualiste. Vous, vous êtes exclusivement spiritualiste ; je ne peux pas comprendre cette doctrine, par la raison qu’il ne me semble pas possible d’affirmer des âmes sans corps.

Vous avez mille fois raison de placer Dieu et la forme de notre immortalité dans la région de l’impénétrable. Mais qui dit l’immortalité dit la vie. La vie est une loi que nous connaissons ; elle ne se manifeste pas pour nous dans la séparation de l’âme et du corps, dans la pensée sans organes pour se manifester. Nous ne pouvons donc pas nous faire la moindre idée d’une vie spirituelle qui soit purement spirituelle ; et je ne peux pas vous dire que je crois à une chose dont je n’ai pas la moindre idée.

Jésus se trompait sur les conditions de la résurrection, nous n’en doutons pas ; mais il me semble que, quant au principe de la vie, il le comprenait bien, ou du moins aussi bien qu’il est donné à l’homme de le comprendre. Que l’âme se revête d’un corps de chair ou de fluide, il ne lui en faut pas moins quelque chose à animer, ou bien elle n’est plus une âme, elle n’est rien. Nous savons qu’il y a des planètes légères, relativement à nous, comme le liège, comme le bois, etc. Elles n’en sont pas moins des mondes, et leur existence est tout aussi matérielle que la nôtre.

Socrate n’est pas si clair qu’il vous paraît. Je pense qu’il croyait bien que son âme revêtirait un autre corps ; quoiqu’il semble souvent dire le contraire par la bouche du divus Plato. Ailleurs, Platon voit les âmes faire elles-mêmes leur destinée, courir où leurs passions les emportent, et, là, il donne la main à Pythagore. Si les âmes ont des passions bonnes ou mauvaises, elles sont organisées. — Autrement ?

Enfin, vous aurez encore beaucoup à nous dire là-dessus ; car votre hypothèse laisse une lacune philosophique des plus graves. Pardon de mes objections, cher monsieur. Vous êtes si sympathique et vous paraissez si bon, qu’on vous doit de dire ce qu’on pense.

G. SAND.