Correspondance 1812-1876, 6/1875/CMXXXIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Texte établi par Calmann-Lévy,  (Correspondance Tome 6 : 1870-1876p. 346-347).


CMXXXIII

AU MÊME


Nohant, 18 juin 1875.


Cher enfant,

Spiridion a été dédié dès le principe à Pierre Leroux et les Maîtres sonneurs à Eugène Lambert. Je n’y puis donc rien changer. Je voudrais bien avoir quelque chef-d’œuvre à vous offrir ; mais… mon être est absolument passif et ce que je produis est quelque chose de bon ou de mauvais sur lequel je n’ai aucun pouvoir. Sans doute c’est le résultat de réflexions ou d’impressions antérieures ; mais ce n’est pas le produit immédiat de ma volonté.

C’est là un problème que vous sauriez peut-être résoudre, mais cela n’en vaut guère la peine.

Ce qu’il y a de net et de clair en moi, c’est l’affection que je vous porte et dont je vous renouvelle la vive assurance.

G. SAND.

Tendresses de nous tous.