Correspondance de Voltaire/1719/Lettre 39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Correspondance : année 1719
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 33p. 51-52).
◄  Lettre 38
Lettre 40  ►

39. — M. DE GÉNOMVILLE À M. DE VOLTAIRE[1].

1719.

Ami très-cher, si l’humeur noire,
Que dans l’esprit jettent les maux,
N’a point obscurci ma mémoire,
En vers faciles et nouveaux
Tu nous avais promis l’histoire
De ton voyage, et quatre mots
Du coche et des maigres chevaux
Qui t’ont conduit aux bords de Loire.
Je t’y crois en un plein repos
Entre ton duc et ton héros.
Là, tu vas acquérir la gloire
Que nous disputaient nos rivaux.
Ranime tes premiers travaux,
Réveille ton heureux génie ;
Ne souffre plus que l’Italie,
Étalant l’orgueil de ses sons,
Nous fasse admirer sa folie,

Et nous permette la saillie
Du madrigal et des chansons.
Quitte Anacréon pour Virgile,
Laisse là ce voluptueux :
Il fit le portrait de Bathile ;
Mais jamais son pinceau facile
N’’eût su peindre nos demi-dieux.

Que Hénault, sur sa musette,
Chante les Jeux, les Amours ;
Qu’il dérobe la houlette
Au petit berger La Tour ;
Que toujours tendre, infidèle,

Hypocrite du sentiment,

Il amuse chaque belle
Du récit de son tourment,

Chacun exerce son talent.
Pour toi volant à tire-d’aile,
Tu suis la muse qui t’appelle ;

 
Dans les moments les plus doux,
Si tu nous peins Gabrielle,
Je vois Mars à ses genoux.

La fièvre qui m’a dicté ces vers vient, heureusement pour vous, les interrompre. Vous ne serez pas surpris que je vous écrive avant votre départ, vous qui faites l’éloge funèbre de l’abbé de Chaulieu avant sa mort ; quoique muni d’épitaphe et de sacrement, il vit encore, et n’est pas sans espérance[2]. Adieu, je suis au lit et ne sais point de nouvelles ; faites ma cour à notre duc, et lui cachez mes extravagances.

Bientôt aux rives chéries.
Où vous passez d’heureux jours,
À vos utiles discours

J’irai mêler mes rêveries :

Nous parlerons de bons mots et d’amour,

De prose et vers, de raison même.
De tout enfin, hors du système.


Faites-moi réponse et brûlez ma lettre ; je devais le faire moi-même, et je vous avoue que je ne croyais pas vous écrire en vers : brûlez vite et ne vous moquez guère de moi.

  1. Pièces inédites de Voltaire, 1820.
  2. Chaulieu mourut le 27 juin 1720.