Correspondance de Voltaire/1722/Lettre 58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Correspondance : année 1722
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 33p. 69).
◄  Lettre 57
Lettre 59  ►

58. — À M. THIERIOT,

CHEZ M. HÉRAUT, PRÈS DU CHAGRIN DE TURQUIE, VIS-A-VIS LE CHEVAL DE BRONZE, À PARIS.

Ce 6 septembre 1722.

Mon cher Thieriot, le plaisir de voyager avec Mme de Rupelmonde ne m’empêche point de songer dès le premier gîte à vous remercier de tous les soins obligeants que vous prenez pour moi. J’aurai mon tour quelque jour, je vous en réponds, et j’en ferai tout autant. Envoyez-moi la lettre de Gandin pour ce banquier et pour sa femme, et des nouvelles. Adressez votre lettre à Bruxelles, chez M. le comte de Morville, plénipotentiaire.