Correspondance de Voltaire/1722/Lettre 59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Correspondance : année 1722
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 33p. 69-70).
◄  Lettre 58
Lettre 60  ►

59. — À M. THIERIOT.

À Cambrai, 10 septembre.

Je ne sais si je vous ai bien donné mon adresse : c’est à Bruxelles, chez Mme de Rupelmonde.

Je suis dans le moment à Cambrai, où je suis reçu beaucoup mieux que je ne l’ai jamais été à Paris. Si cela continue, j’abandonnerai ma patrie assurément, à moins que vous ne me promettiez de m’aimer toujours. S’il y a des nouvelles, écrivez-m’en bien vite, et faites un peu venir qui vous savez avec des menottes[1].

  1. Beauregard, officier français, ayant, dit-on, frappé Voltaire de coups de bâton, sur le pont de Sèvres, était l’objet de poursuites criminelles de la part du poète.