Correspondance de Voltaire/1763/Lettre 5396

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1763
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 42p. 562-563).

5396. — À M. DE BELMONT[1],
directeur des spectacles à bordeaux[2].
Aux Délices, 4 septembre 1763.

Vous pardonnerez, monsieur, à un vieillard malade s’il n’a pas répondu plus tôt à votre lettre du 6 auguste ; je suppose que vous avez l’édition d’Olympie faite par les frères Cramer[3] ; il y en a une donnée à Manhein par M. Colini, secrétaire intime de l’électeur[4] ; on y trouve un détail assez instructif de la manière dont le cinquième acte doit s’exécuter : l’actrice qui jouait Olympie sur le théâtre de Manheim se précipitait[5], du haut d’une estrade, sur un matelas, entre deux rangs de flammes, et on jetait de l’orcanson, qui augmentait encore le feu.

Voilà tous les éclaircissements que je peux vous donner ; je crois que les Cramer auront achevé dans deux mois l’édition de Corneille.

J’ai l’honneur d’être, etc.

  1. Lettres inédites de Voltaire ; Gustave Brunet, 1840. L’original est entre les mains de M. Péry, notaire honoraire à Bordeaux. Les lettres de Voltaire à Belmont ont été réimprimées récemment par M. Barckhausen.
  2. Par une coïncidence singulière, Belmont s’appelait Bordeaux de son vrai nom, et appartenait à une famille dont un membre fut intendant des finances, puis ambassadeur, et a laissé des mémoires imprimés à Amsterdam en 1758.

    Lui-même fut d’abord avocat au parlement de Paris ; mais il abandonna le barreau pour la scène, où il joua avec succès les rôles à manteau.

    D’après les notes manuscrites de J.-B. Laboubée, Belmont était un homme fort estimable et un esprit très-cultivé. Il possédait une bibliothèque choisie, où il avait rassemblé de belles éditions de voyages, de pièces de théâtre et de romans. Au besoin, il prenait la plume du critique pour juger les œuvres littéraires, et même la plume du poëte ou du versificateur, pour composer quelque agréable morceau de circonstance.

    Le maréchal de Richelieu fut un de ses protecteurs.

    On trouve dans les registres de la Jurade de Bordeaux, à la date du 9 avril 1763, le privilège des spectacles que Belmont avait obtenu le 18 octobre 1760, pour une période de dix années. (H. Barckuause.)

  3. 1763, in-8° ; vi et 134 pages.
  4. Olympie fut jouée sur le théâtre de l’électeur palatin le 30 septembre et le 7 octobre 1762, selon l’Avis que Colini a mis en tête de son édition (Francfort et Leipzig, 1763, petit in-8°, viii et 156 pages), que Beuchot regarde comme l’originale.
  5. Acte V, scène vii.