éléments Wikidata

Livre:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome42.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome42.djvu
TitreCorrespondance, X (1762-1763)
VolumeŒuvres complètes de Voltaire, tome 42
AuteurVoltaire Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionGarnier
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider
Série

Études : 1 • Théâtre : 2, 3, 4, 5, 6, 7 • Poésies : 8, 9, 10 • Histoire : 11, 12, 13, 14, 15, 16 • Dict. phil. : 17, 18, 19, 20 • Romans : 21 • Mélanges : 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32 • Correspondance : 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50 • Table générale et analytique : 51, 52

Pages

- - - - - - np np np np 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 563 564 565 566 567 568 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 581 582 583 584 585 586 Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm - - - - - -

TABLE
DES MATIÈRES CONTENUES DANS LE DIXIÈME VOLUME
DE LA CORRESPONDANCE.



LETTRES

1762

4794. 
Chenevières. Délices, 4 janvier 1762. — « Vous m’avez écrit des vers charmants. » 
 C. et F
4795. 
Mme de Fontaine. 4 janvier. — « Enfin donc, ma chère nièce, je reçois. » 
 B.
4796. 
Le comte d’Argental. 4 janvier. — « Songez donc que je ne peux. » 
 B.
4797. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 6 janvier. — « Je suis très-aise de la prise de Colberg. » 
 C. et F. (Suppl.)
4798. 
Le comte d’Argental. 8 janvier. — « Eh ! mon Dieu ! il y a cinq ou six jours. » 
 B.
4799. 
Damilaville. 9 janvier. — « Vraiment, mes chers frères, j’apprends. » 
 B.
4800. 
Le comte d’Argental. 10 janvier. — « Il faut que je fasse part. » 
 B.
4801. 
Président de Ruffey. Délices, 13 janvier. — « Mon cher président, je ne suis point paresseux. » 
 Th. F.
4802. 
Jean Schouvalow. Délices, 14 janvier. — « Il me semble que je vous avais fait. » 
 B.
4803. 
Le marquis de Chauvelin. Délices, 19 janvier. — « Il faut absolument que Votre Excellence. » 
 B.
4804. 
Le comte d’Argental. Délices, 20 janvier. — « Mes anges sont terriblement importunés. » 
 B.
4805. 
Colini. Délices, 20 janvier. — « Le paquet que j’ai adressé. » 
 B.
4806. 
Duclos. Délices, 20 janvier. — « Ni le petit Mémoire. » 
 B.
4807. 
Mme de Fontaine. — « Est-il vrai que la Dubois ? » 
 Av.
4808. 
Thieriot. Délices, 26 janvier. — « Le frère ermite embrasse tendrement. » 
 B.
4809. 
Damilaville. 26 janvier. — « Je vous remercie au nom de l’humanité. » 
 B.
4810. 
Le marquis de Thibouville. Délices, 26 janvier. — « Je vous jure que le Droit du Seigneur. » 
 B.
4811. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 26 janvier. — « Avez-vous daigné recommencer Rodogune ? » 
 B.
4812. 
Le comte d’Argental. Délices, 26 janvier. — « Je vous remercie d’abord. » 
 B.
4813. 
L’abbé d’Olivet. Délices, 26 janvier. — « Mon cher doyen, il arrive toujours quelque contre-temps. » 
 B.
4814. 
Lekain. Délices, 26 janvier. — « Il est arrivé un singulier inconvénient. » 
 B.
4815. 
Le duc de Richelieu. Délices, 27 janvier. — « Il y a une prodigieuse différence. » 
 B.
4816. 
De d’Alembert. 27 janvier. — « Vous avez dû, mon cher et illustre confrère, recevoir. » 
 B.
4817. 
Chenevières. Délices, 29 janvier. — « Mon cher confrère en Apollon, je suis très-sensible. » 
 C. et F.
4818. 
Damilaville. 30 janvier. — « Je m’étais trompé. » 
 B.
4819. 
Duclos. Délices, 30 janvier. — « Toutes mes lettres doivent être. » 
 B.
4820. 
Du cardinal de Bernis. 30 janvier. — « Je suis persuadé que Corneille, s’il vivait. » 
 B.
4821. 
Capperonnier. Délices, 30 janvier. — « J’ai l’honneur de vous renvoyer. » 
 C. et F.
4822. 
Lekain. Délices, 30 janvier. — « Le libraire Duchesne m’a écrit. » 
 C. et F.
4823. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Janvier. — « Je perds beaucoup à la mort de l’impératrice de Russie. » 
 B. et F.
4824. 
Mme de Fontaine. — « Ma chère nièce, sans doute j’irai vous voir. » 
 B.
4825. 
Le comte d’Argental. 1er février 1762. — « Quels diables d’anges ! » 
 B.
4826. 
Le marquis Albergati Capacelli. Délices, 2 février. — « Vous envoyez une paire de lunettes. » 
 B.
4827. 
Damilaville. 4 février. — « Mon cher frère saura. » 
 B.
4828. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 4 février. — « Je crains d’envoyer par la poste. » 
 B. et F.
4829. 
Du cardinal de Bernis. 4 février. — « Je m’empresse de vous faire mon compliment. » 
 B.
4830. 
Le comte d’Argental. Délices, 6 février. — « Mes anges grondeurs doivent à présent. » 
 B.
4831. 
M. Abeille. Délices, 7 février. — « Vous ne devez douter. » 
 B.
4832. 
Le comte d’Argental. 8 février. — « Non, mes anges, non jamais. » 
 B.
4833. 
Mme de Fontaine. 8 février. — « Ma chère nièce, voilà Cassandre. » 
 B.
4834. 
Damilaville. 8 février. — « Cher frère, que le Dieu de nos pères m’a donne. » 
 B.
4835. 
Du prince Henri de Prusse. 8 février. — « Lorsque je lis un ouvrage. » 
 B.
4836. 
Le marquis de Chauvelin. Délices, 9 février. — « Je présente au roi Cassandre mon maître. » 
 B.
4837. 
G. Keate. Délices, 10 février. — « Un travail forcé et une santé bien languissante. » 
 Illust. Lond. News.
4838. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 10 février. — « Puisque vous êtes si bon. » 
 B.
4839. 
Colini. Délices, 12 février. — « Avez-vous autant de vent et de neige. » 
 B.
4840. 
D’Alembert. Février. — « Si j’ai lu la belle jurisprudence. » 
 B.
4841. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 14 février. — « J’apprends par les nouvelles publiques. » 
 B.
4842. 
La marquise du Deffant. Délices, 14 février. — « Il y a longtemps que le pédant commentateur. » 
 B.
4843. 
Le comte d’Argental. 16 février. — « La créature du pied des Alpes. » 
 B.
4844. 
Mme de Fontaine. 16 février. — « J’ai encore changé d’avis. » 
 B.
4845. 
Le comte d’Argental. Ferney, 24 février. — « Humble réponse à l’édit de mes anges. » 
 B.
4846. 
D’Alembert. Ferney, 25 février. — « Mon cher et universel, vous avez le nez fin. » 
 B.
4847. 
Le marquis de Thibouville. 25 février. — « Non, cela n’est pas vrai. » 
 B.
4848. 
Du cardinal de Bernis. 25 février. — « J’ai eu l’honneur de vous renvoyer Cassandre. » 
 B.
4849. 
Le comte d’Argental. Ferney. — « Ô anges ! vous connaissez les faibles mortels. » 
 B.
4850. 
Le marquis de Chauvelin. À Éphèse, 26 février. — « Votre Excellence est bien persuadée. » 
 B.
4851. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Ferney, 26 février. — « Je ne savais où vous prendre. » 
 B.
4852. 
Le comte d’Argental. Ferney, 2 mars 1762. — « Vous aurez incessamment Acanthe. » 
 B.
4853. 
Lekain. Ferney, 2 mars. — « Mon cher grand acteur, est-il vrai ? » 
 B.
4854. 
Le cardinal de Bernis. Ferney, 5 mars. — « Oui, monseigneur, ceux qui disaient. » 
 B.
4855. 
Le comte d’Argental. Ferney, 8 mars. — « Paire d’anges, Mme Scaliger est plus que Scaliger. » 
 B.
4856. 
Damilaville. (À mes frères en Belzébuth.) 8 mars. — « Vous avez le diable au corps. » 
 B.
4857. 
Le comte d’Argental. 10 mars. — « Daignez recevoir pour vos œufs de Pâques. » 
 B.
4858. 
Le marquis de Thibouville. Ferney, 14 mars. — « Mon cher Catilina, vous êtes trop bon. » 
 B.
4859. 
Jean Schouvalow. Ferney, 15 mars. — « Je reçois la lettre dont vous m’honorez. » 
 B.
4860. 
Mme de Fontaine. Ferney, 19 mars. — « Je n’ai qu’un moment pour vous dire. » 
 B.
4861. 
Le marquis de Florian. 19 mars. — « Le grand écuyer de Cyrus va donc devenir Picard. » 
 C. et F.
4862. 
Du cardinal de Bernis. 20 mars. — « Il n’y a que vos lettres. » 
 B.
4863. 
Colini. Ferney, 22 mars. — « Vous voilà donc marié ! » 
 B.
4864. 
Le président de Ruffey. Ferney, 22 mars. — « Beaucoup de comédies à jouer. » 
 Th. F.
4865. 
Le conseiller Le Bault. Ferney, 22 mars. — « Je crois, monsieur, que les voyageurs. » (Première lettre où Voltaire parle de Calas.) 
 Mand.-Gr.
4866. 
Fyot de La Marche (père). Ferney, 25 mars. — « Il y a longtemps que je n’ai eu l’honneur d’écrire. » 
 Th. F.
4867. 
Le duc de Villars. 25 mars. Relation de ma petite drôlerie. — « Hier, mercredi 24 de mars. » 
 B.
4868. 
Le cardinal de Bernis. Ferney, 25 mars. — « Permettez que ce vieux barbouilleur. » 
 B.
4869. 
Le comte d’Argental. Ferney, 27 mars. — « Vous me demanderez peut-être. » 
 B.
4870. 
Le marquis de Thibouville. 28 mars. — « Vous mandez à ma nièce. » 
 B.
4871. 
 Desn.
4872. 
D’Alembert. Ferney, 29 mars. — « Vous avez donc lu cet impertinent petit libelle. » 
 B.
4873. 
De d’Alembert. 31 mars. — « Un malentendu a été cause. » 
 B.
4874. 
Beccaria. — « J’aurais dû vous remercier plus tôt. » 
 C. et F.
4875. 
Moultou. — « Venez, mon cher monsieur, m’éclairer. » 
 A. C.
4876. 
Le conseiller Le Bault. Ferney, 2 avril 1762. — « Puisque vous avez la bonté. ». 
 Mand. -Gr.
4877. 
Damilaville. 4 avril. — « Il est avéré que les juges toulousains. ». 
 B.
4878. 
Le comte d’Argental. 4 avril. — « Rit-on encore à Paris ? » 
 B.
4879. 
La comtesse de Lutzelbourg. Ferney, 5 avril. — « Comme monsieur votre fils n’avait servi. » 
 B.
4880. 
Mlle***. Délices, 15 avril. — « Il est vrai que, dans une réponse. » 
 B.
 G. B.
4882. 
Damilaville. 17 avril. — « J’ai l’honneur de vous envoyer. » 
 B.
4883. 
Saurin. Ferney, 17 avril. — « J’ai cru que vous ne seriez pas fâché. » 
 B.
4884. 
Le comte d’Argental. 17 avril. — « Je ne voulais vous écrire. » 
 B.
4885. 
Le président de Ruffey. 18 avril. — « Ce n’est pas fatigue de plaisir. » 
 Th. F.
4886. 
Duclos. Ferney, 23 avril. — « Il faut vous avouer que le théâtre. » 
 B.
4887. 
Colini. Ferney, 23 avril. — « J’ai différé longtemps à vous répondre. » 
 B.
4888. 
Fyot de La Marche (père). Ferney, 25 avril. — « Il y a quinze jours que je suis attaqué. » 
 Th. F.
4889. 
Le comte d’Argental. 27 avril. — « Mme la duchesse d’Enville fait bien de l’honneur aux Délices. » 
 B.
4890. 
De d’Alembert. 4 mai 1762. — « Oui, mon cher et illustre maître, j’ai lu, ou plutôt parcouru. » 
 B.
4891. 
Debrus. Délices, à midi. — « Plus je réfléchis sur l’épouvantable destinée. » 
 A. C.
4892. 
Le comte d’Argental. Délices, 15 mai. — « Je vous écris enfin. » 
 B.
4893. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 15 mai. — « J’étais à la mort quand Votre Éminence. » 
 B.
4894. 
La Chalotais, procureur général du parlement de Bretagne. Délices. 17 mai. — « J’étais à la mort lorsque j’ai reçu la lettre. » 
 B.
4895. 
Duclos. Délices, 17 mai. — « J’étais très-malade lorsque j’eus l’honneur de vous écrire. » 
 B.
4896. 
M. Cathala. — « J’envoie à M. Cathala la requête au roi. » 
 A. C.
4897. 
Au sieur Fez, libraire d’Avignon. Délices, 17 mai. — « Vous me proposez, par votre lettre. » 
 B.
4898. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 17 mai. — « J’ai été sur le point de boire de l’eau du Styx. » 
 Mand. -Gr.
4899. 
Du cardinal de Bernis. 18 mai. — « Votre dernière lettre m’a fait sentir. » 
 B.
4900. 
Le comte d’Argental. 19 mai. — « Je suis un peu retombé. » 
 B.
4901. 
Le docteur Tronchin. — « Mon cher Esculape, je reçois vos ordres. » 
 C. et F. (Suppl.).
4902. 
Mme de Florian. Délices, 20 mai. — « Je suis encore assez mal. » 
 B.
4903. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Délices, 20 mai. — « Non-seulement je suis paresseux. » 
 B.
4904. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 21 mai. — « J’ai été sur le point d’aller voir. » 
 C. et F. (Suppl.)
4905. 
Jean Schouvalow. Délices, 21 mai. — « J’ai reçu la lettre dont vous m’honorez du 17 mars (v. s.). » 
 B.
4906. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 24 mai. — « Il est arrivé huit tonneaux à Nyon. » 
 Mand. -Gr.
4907. 
Cideville. Délices, 24 mai. — « Mon cher et ancien ami, nous commençons. » 
 B.
4908. 
Fyot de La Marche (père). Délices, 26 mai. — « Mon respectable et digne magistrat. » 
 Th. F.
4909. 
M. de Ruffey. Délices, 26 mai. — « Comme on se flatte toujours. » 
 Th. F.
4910. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 26 mai. — « Je ne savais pas, monseigneur. » 
 B.
4911. 
Damilaville. 28 mai. — « Je suis bien languissant. » 
 B.
4912. 
Moultou. Dimanche. — « Voici à peu près comme. » 
 A. C.
4913. 
Debrus. — M. de V. fait mille compliments. » 
 A. C.
4914. 
Le comte d’Argental. Délices, 31 mai. — « Je suis pénétré de vos bontés. » 
 B.
4915. 
Lekain. Délices, 2 juin 1762. — « Mon cher et grand acteur, je vous fais mon compliment. » 
 B.
4916. 
Albergati Capacelli. Délices, 4 juin. — « J’ai bien de la peine à revenir. » 
 C. et F.
4917. 
Damilaville. 4 juin. — « Mon cher frère, je n’ai point encore cette Éducation. » 
 C. et F.
4918. 
Jean Schouvalow. Délices, 4 juin. — « J’ai reçu par M. le prince de Galitzin. » 
 B.
4919. 
Du cardinal de Bernis. 4 juin. — « Vous pouvez, mon cher confrère, m’adresser à Soissons. » 
 B.
4920. 
M. Ribotte. 5 juin. — « La personne à qui M. Ribotte écrit. » 
 Protest. fr.
4921. 
Le comte d’Argental. 5 juin. — « Je suis aussi honteux que pénétré. » 
 B.
4922. 
Le comte d’Argental. 7 juin. — « Vous ne me disiez pas. » 
 B.
4923. 
Duclos. Délices, 7 juin. — « Mlle Corneille, les frères Cramer et moi. » 
 B.
4924. 
Damilaville. 7 juin. — « Mon cher frère sait que je lui ai envoyé. » 
 C. et F.
4925. 
M. de Vosge. Juin. — « Je prie M. de Vosge d’être persuadé. » 
 B.
4926. 
Le comte d’Argental. 11 juin. — « Je me jette réellement à vos pieds. » 
 B.
4927. 
M. Ribotte. 11 juin. — « La personne à qui M. Ribotte a écrit est informée. » 
 Protest. fr.
4928. 
Élie de Beaumont. Délices, 11 juin. — « Je vous adresse la plus infortunée de toutes les femmes. » 
 B.
4929. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Délices, 11 juin. — « Vous avez dû recevoir. » 
 C. et F.
4930. 
Damilaville. 14 juin. — « Le frère Thieriot m’a montré. » 
 C. et F.
4931. 
M. Mayans y Siscar, ancien bibliothécaire du roi d’Espagne, à Valence. Délices, 1.5 juin. — « Je ne vous écris point en chaldéen. » 
 B.
4932. 
Debrus. Ferney, 15 juin. — « Lamarque a beau dire. » 
 A. C.
4933. 
Damilaville. 15 juin. — « Mon cher frère a probablement reçu. » 
 C. et F.
4934. 
M. Roman. Délices, 16 juin. — « Il y a longtemps que je vous dois. » 
 B.
4935. 
Le comte d’Argental. 21 juin. — « Je suis persuadé plus que jamais. » 
 B.
4936. 
Debrus, pour Mme la veuve Calas. — « Par les lettres que je reçois du Languedoc. » 
 A. C.
4937. 
Le duc de Richelieu. Genève, 22 juin. — « Ma misérable santé me confine. » 
 B.
4938. 
Debrus. — « Je renvoie les lettres en question. » 
 A. C.
4939. 
Damilaville. 25 juin. — « Les frères des Délices ont reçu. » 
 B.
4940. 
Debrus. — « M. de Court n’a certainement écrit. » 
 A. C.
4941. 
Jean Schouvalow. Délices, 25 juin. — « M. le prince Galitzin a eu la bonté. » 
 B.
4942. 
Debrus. (Juin.) — « Je crois qu’on se trompe. » 
 A. C.
4943. 
Le comte d’Argental. 25 juin. — « Jean-Jacques est un fou à lier. » 
 B.
4944. 
Debrus. Reçue le 30 juin. — « J’ai à peu près vingt-quatre louis. » 
 A. C.
4945. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 26 juin. — « Vivent les lettres ! » 
 B.
4946. 
Debrus. — « Si la personne qui a parlé. » 
 A. C.
4947. 
M. de La Motle-Gefrard. Délices, 26 juin. — « Tout ce qui est de la main de Henri IV. » 
 B.
4948. 
Le président de Ruffey. Délices, 27 juin. — « Je vous dois bien des remerciements. » 
 Th. F.
4949. 
Debrus. (Reçu le 4 juillet.) — « Je crois qu’il est convenable. » 
 A. C.
4950. 
M. de Vosge. Délices, 3 juillet 1762. — « J’ai reçu vos trois beaux dessins. » 
 B.
4951. 
Lavaysse père. 4 juillet. — « Les personnes qui protègent à Paris. » 
 B.
4952. 
Charles-Théodore, électeur palatin. Délices, 5 juillet. — « Je voudrais bien que mon bon hiérophante. » 
 B.
4953. 
Le comte d’Argental. Délices, 5 juillet. — « Cette malheureuse veuve a donc eu la consolation. » 
 B.
4954. 
Debrus. — « J’obtiendrai aussi aisément. » 
 A. C.
4955. 
Le comte d’Argental. Délices, 7 juillet. — « Nous ne demandons autre chose. » 
 B.
4956. 
Le comte d’Argental. 8 juillet. — « Nous ne pouvons, dans notre éloignement de Paris. » 
 B.
4957. 
Debrus. — « J’envoie le mémoire ci-joint. » 
 A. C.
4958. 
Damilaville. 8 juillet. — « Vous savez, mon cher frère, que la place. » 
 B.
4959. 
Fyot de La Marche (père). Délices 9 juillet. — « Votre dessinateur me mande. » 
 Th. F.
4960. 
M. Audibert, négociant à Marseille. Délices, le 9 juillet. — « Vous avez pu voir les lettres de la veuve Calas. » 
 B.
4961. 
M. de Vosge. — « Je n’ai que des grâces à vous rendre. » 
 B.
4962. 
Du cardinal de Bernis. 10 juillet. — « Je n’ai lu Cassandre que depuis quelques jours. » 
 B.
4963. 
La Chalotais. Délices, 11 juillet. — « Je suis presque aveugle. » 
 B.
4964. 
D’Alembert. Délices, 12 juillet. — « Le nom de Zoile me pique. » 
 B.
4965. 
Mémoire de M. de Voltaire. Du 14 juillet 1762. — « Lecture faite des lettres de M. Crommelin. » 
 A. C.
4966. 
Le comte d’Argental. 14 juillet. — « Votre vertu courageuse. » 
 B.
4967. 
Palissot. Délices, 16 juillet. — « Je vous dois beaucoup de remerciements. » 
 B.
4968. 
Le comte d’Argental. 17 juillet. — « Vous voyez que la tragédie de Calas. » 
 B.
4969. 
Damilaville. 18 juillet. — « Est-il bien vrai que l’archevêque de Paris. » 
 B.
4970. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 19 juillet. — « Ce n’est pas sans raison. » 
 B.
4971. 
De M. Audibert. 20 juillet. — « Ce n’est que depuis hier matin. » 
 Ch. Nis.
4972. 
La Chalotais. Délices, 21 juillet. — « Je crois que c’est à vos bontés. » 
 B.
4973. 
Le président de Ruffey. Délices, 21 juillet. — « J’ai l’honneur de vous renvoyer. » 
 Th. F.
4974. 
Cideville. Délices, 21 juillet. — « Nous oublions donc tous deux. » 
 B.
4975. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 21 juillet. — « Lisez cela, monseigneur. » 
 B.
4976. 
M. Pinto, juif portugais. Délices, 21 juillet. — « Les lignes dont vous vous plaignez. » 
 B.
4977. 
Le docteur Tronchin. — « Voici, mon cher grand homme, le Mémoire. » 
 C. et F. (Suppl.)
4978. 
La Motte-Gefrard. Délices, 25 juillet. — « Vous m’avez envoyé un trésor. » 
 B.
4979. 
M. Cathala, pour Mme Calas. 26 juillet. — « M. Héron, premier commis. » 
 A. C.
4980. 
Damilaville. 26 juillet. — « Je suis actuellement si occupé. » 
 B.
4981. 
M. Audibert, chez MM. Tourton et Baur, banquiers à Paris. Délices, 26 juillet. — « Je n’ai que le temps de vous remercier. » 
 B.
4982. 
Du cardinal de Bernis. 26 juillet. — « Vous ferez de moi la mouche du coche. » 
 B.
4983. 
De Charles-Théodore, électeur palatin. 28 juillet. — « Je ne puis vous exprimer. » 
 B.
4984. 
Debrus. 29 juillet. — « Nous ne pouvons d’ici que recommander. » 
 A. C.
4985. 
Debrus. 29 juillet. — « Je remercie Dieu, qui a rendu la santé. » 
 A. C.
4986. 
De d’Alembert. 31 juillet. — « Comment avez-vous pu imaginer ? » 
 B.
4987. 
Debrus ou Cathala. 31 juillet. — « Ayant lu la lettre du 26 juillet. » 
 A. C.
4988. 
Damilaville. 31 juillet. — « Est-il vrai que nous pourrons posséder. » 
 B.
4989. 
Debrus. — « Je vous renvoie toutes les lettres. » 
 A. C.
4990. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 2 auguste 1762. — « Dieu préserve Votre Altesse sérénissime. » 
 B. et F.
4991. 
Le comte d’Argental. 4 auguste. — « Voici ce que je dis. » 
 B.
4992. 
De M. Pictet. 4 août. — « Je me persuade que tous ceux. » 
 Catal. Lajar
4993. 
Cathala. 5 août. — « Tout ce que je peux dire. » 
 A. C.
4994. 
Le comte d’Argental. 7 auguste. — « Mon cœur est bien gros. » 
 B.
4995. 
Debrus. (août 1762). — « Je bénis le maître de la vie et de la mort. » 
 A. C. B.
4996. 
Du cardinal de Bernis. 7 août. — « J’ai lu la lamentable histoire. » 
 B.
4997. 
Debrus. — « Il serait fort triste et dangereux. » 
 A. C.
4998. 
Le docteur Tronchin. — « On voit bien que notre Esculape. » 
 C. et F. (Suppl.)
4999. 
Debrus. Ferney, 9 auguste. — « M. Mariette travaille à un nouveau mémoire. » 
 A. C.
5000. 
Le comte d’Argental. 13 août. — « Les mémoires que j’ai envoyés. » 
 C. et F.
5001. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 13 auguste. — « Ma santé ne me permet guère. » 
 B.
5002. 
Le marquis Albergati Capacelli. Délices, 13 auguste. — « Je suis presque toujours réduit. » 
 B.
5003. 
Helvétius. 13 auguste. — « J’ai lu deux fois votre lettre. » 
 B.
5004. 
Jean Schouvalow. Délices, 13 auguste. — « Vous connaissez donc aussi. » 
 B.
5005. 
Le marquis de Chauvelin. — « La tragédie des Calas et celle qui se joue. » 
 B.
5006. 
Pour Mme Calas. — « Je suppose que Mme Calas. » 
 A. C
5007. 
De la margrave de Bade-Dourlach. 17 août. — « Votre souvenir est la chose du monde. » 
 B.
5008. 
M. de Vosge. Délices, 18 auguste. — « J’ai toujours de nouveaux remerciements. » 
 B.
5009. 
Le comte d’Argental. 18 auguste. — « Le bout de vos ailes m’est plus sacré. » 
 B.
5010. 
Pierre Rousseau. Délices, 20 auguste. — « Pour répondre à votre lettre du 14. » 
 B.
5011. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Délices, 21 auguste. — « Le vieux paresseux malade a rarement » 
 B.
5012. 
Debrus. Mercredi. — « Je renvoie à M. Debrus. » 
 A. C.
5013. 
Duclos. Délices, 23 auguste. — « Je prie l’Académie de considérer. » 
 B.
5014. 
De la margrave de Bade-Dourlach. 24 auguste. — « Je viens de recevoir l’Histoire d’Élisabeth Canning et de Jean Calas. » 
 B.
5015. 
Pour Mme Calas. 25 août. — « On se trompe beaucoup. » 
 A. C.
5016. 
Fyot de La Marche (père). Délices, 25 auguste. — « Vous voilà donc, mon illustre magistrat. » 
 Th. F.
5017. 
Le marquis Albergati Capacelli. Délices, 25 auguste. — « Il caro Goldoni, il figlio della Natura. » 
 B.
5018. 
Goldoni. Délices, 28 auguste. — « Adasio un poco. » 
 B.
5019. 
Debrus. — « Je prie instamment M. Debrus. » 
 A. C.
5020. 
Le comte d’Argental. 29 auguste. — « Je m’aperçois pourtant. » 
 B.
5021. 
Damilaville. Délices, 29 auguste. — « Il y a deux pièces dont je suis fort content. » 
 B.
5022. 
Debrus. Août 1762. — « Je suis bien consolé. » 
 A. C.
5023. 
Colini. Délices, 30 auguste. — « Vous allez donc être l’inspecteur. » 
 B.
5024. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 3 septembre 1762. — « Je suis affligé en mon étui. » 
 B.
5025. 
Mme Calas. — « Tous ceux qui ont le bonheur. » 
 B.
5026. 
Colini. Délices, 4 septembre. — « Voici tout ce que peut répondre. » 
 B.
5027. 
Debrus. 4 septembre. — « On trouve le mémoire de M. Mariette. » 
 A. C.
5028. 
La duchesse de Saxe-Gotha. 5 septembre. — « Voilà donc la paix presque faite. » 
 B et F.
5029. 
Le comte d’Argental. 6 septembre. — « Je prends donc la liberté. » 
 B.
5030. 
Le comte de Choiseul. Délices, 6 septembre. — « Si je ne voulais faire entendre ma voix. » 
 B.
5031. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 8 septembre. — « On dit que votre parlement va reprendre ses séances. » 
 Mand.-Gr.
5032. 
Fyot de La Marche (père). Délices, 8 septembre. — « Voilà le mois de septembre venu. » 
 Th. F.
5033. 
De d’Alembert. 8 septembre. — « L’Académie m’a chargé. » 
 B.
5034. 
Le comte d’Argental. Ferney, 14 septembre. — « Je reçois la lettre de mes divins anges. » 
 B.
5035. 
De Wagnière à Mme Calas. Ferney, 14 septembre. — « M. de Voltaire a reçu la lettre. » 
 A. C.
5036. 
D’Alembert. Ferney, 15 septembre. — « Mon très-aimable et très-grand philosophe, je suis emmitouflé. » 
 B.
5037. 
Damilaville. 18 septembre. — « Ah ! Ah ! mon frère, on croit donc. » 
 B.
5038. 
Fyot de La Marche (père). Ferney, 20 septembre. — « J’ai besoin plus que jamais de la tranquillité. » 
 Th. F.
5039. 
Le comte de La Touraille. Genève, 20 septembre. — « Je vous félicite sur les deux dernières victoires. » 
 B.
5040. 
M. Ribotte. 20 septembre. — « On doit savoir à présent à Toulouse. ». 
 Protest. fr.
5041. 
Colini. Ferney, 20 septembre, — « Si le désir extrême de revoir. » 
 B.
5042. 
Le marquis de Chauvelin. Ferney, 21 septembre. — « Dieu m’a rendu une oreille. » 
 B.
5043. 
Elie de Beaumont. Ferney, 22 septembre. — « Jusqu’à présent il ne s’était trouvé. » 
 B.
5044. 
Le comte d’Argental. Ferney, 23 septembre. — « Quand j’ai un moment de santé. » 
 C. et F.
5045. 
Le comte d’Argental. Ferney, 23 septembre. — « Je dois d’abord vous dire combien. » 
 B.
5046. 
Le docteur Tronchin. — « Mon cher Esculape, je sais bien qu’il faut recevoir. » 
 C. et F. (Suppl.)
5047. 
Le docteur Tronchin. — « Le sourdaud avise Esculape. » 
 C. et F. (Suppl.)
5048. 
Jean Schouvalow. Ferney, 25 septembre. — « J’ai reçu votre lettre à table. » 
 B.
5049. 
De d’Alembert. 25 septembre. — « Ce que vous me mandez de votre santé. » 
 B.
5050. 
D’Alembert. 25 septembre. — « Avez-vous répondu à M. de Schouvalow ? » 
 B.
5051. 
Diderot. 25 septembre. — « Eh bien ! illustre philosophe, que dites-vous ? » 
 B.
5052. 
Goldoni. Ferney, 25 septembre. — « J’ai hasardé une lettre. » 
 C. et F.
5053. 
Le comte d’Argental. 28 septembre. — « Je réponds à votre béatifique lettre. » 
 B.
5054. 
De Diderot. 29 septembre. — « Non, nous n’irons ni à Berlin ni à Pétersbourg achever l’Encyclopédie. » 
 Édit. Tourneux.
5055. 
De d’Alembert. 2 octobre 1762. — « Oui. j’ai reçu l’invitation de M. de Schouvalow. » 
 B.
5056. 
Le cardinal de Bernis. Ferney, 7 octobre. — « Vous n’avez peut-être pas été content. » 
 B.
5057. 
Duclos. Ferney, 7 octobre. — « Je présume que vous êtes encore à Vic-sur-Aisne. » 
 B.
5058. 
Colini. 7 octobre. — « Voici ce qui m’est arrivé. » 
 B.
5059. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Ferney, 8 octobre. — « Ce n’est pas ma faute. » 
 B. et F.
5060. 
Tronchin, de Lyon. Ferney. — « Joyar a pu vous dire. » 
 B. et F. (Suppl.)
5061. 
Damilaville. 10 octobre. — « Mes frères et maîtres ont donc envoyé. » 
 B.
5062. 
M. P. Rousseau. Ferney, 10 octobre. — « Vous m’écrivîtes il y a quelque temps. » 
 B.
5063. 
Le comte d’Argental. Ferney, 10 octobre. — « J’ai bien des tribulations. » 
 B.
5064. 
Le comte d’Argental. 11 octobre. — « Je reçois la lettre du 4 d’octobre. » 
 B.
5065. 
Fyot de La Marche (père). Ferney, 12 octobre. — « Nous n’avons plus de maréchaux de France. » 
 Th. F.
5066. 
Damilaville. 15 octobre. — « Je vous ai déjà envoyé une lettre importante. » 
 B.
5067. 
Debrus. 17 octobre — « Je suis toujours persuadé que les erreurs » 
 A. C.
5068. 
Le marquis de Chauvelin. 17 octobre. — « Vous me donnez une furieuse vanité. » 
 B.
5069. 
Debrus. — « Je pense, mon cher malade. » 
 A. C.
5070. 
D’Alembert. Ferney, 17 octobre. — « Mon cher confrère, mon cher et vrai philosophe. » 
 B.
5071. 
Debrus. Au. Délices. — « Il y a trois mois que je répète. » 
 A. C.
5072. 
Du cardinal de Bernis. 17 octobre. — « J’ai eu tort de ne pas vous dire. » 
 B.
5073. 
Colini. 18 octobre. — « Mon cher confident de Statira. » 
 B.
5074. 
De d’Alembert. 26 octobre. — « Je crois avoir fait encore mieux. » 
 B.
5075. 
Debrus. — « Qu’importe qu’un Anglais parle. » 
 A. C.
5076. 
Le marquis Albergati Capacelli. Ferney, 27 octobre. — « Je craindrais de vous écrire de l’autre monde. » 
 B.
5077. 
Damilaville. Octobre. — « Il est heureux que M. Mariette. » 
 B.
5078. 
Chenevières. Délices, 30 octobre. — « Nous avons toujours les nouvelles d’Allemagne. » 
 C. et F.
5079. 
Debrus. — « Ce malheureux Louis Calas fait soulever le cœur. » 
 A. C.
5080. 
D’Alembert. Délices, 1er novembre 1762. — « Mon très-digne philosophe, n’est-ce pas Mécène. » 
 B.
5081. 
Le marquis de Chauvelin. Délices, 1er novembre. — « Puisque Votre Excellence aime notre tripot. » 
 B.
5082. 
Damilaville. 3 novembre. — « Je suis toujours émerveillé que trois vingtièmes. » 
 B.
5083. 
Debrus. — « Pierre et Donat devraient avoir écrit. » 
 A. C.
5084. 
La Chalotais. 3 novembre. — « Vous donnerez sans doute un plan d’éducation. » 
 B.
5085. 
Le comte d’Argental. Ferney, novembre. — « Il est bien juste que M. le comte de Choiseul. » 
 B.
5086. 
Le comte de Choiseul. Ferney, 10 novembre. — « Monseigneur, comme tout ce que je pourrais. » 
 B.
5087. 
Debrus. — « Il faut oublier cette sottise. » 
 A. C.
5087b. 
Le comte d’Argental. Ferney, 10 novembre. — « Vivent le roi et M. le duc de Praslin ! » 
 B.
5088. 
De d’Alembert. 17 novembre. — « Vous auriez eu très-grand tort. » 
 B.
5089. 
De Pictet. 19 novembre. — « J’ai reçu hier la lettre. » 
 Rev. des Aut.
5090. 
Le comte d’Argental. 21 novembre. — « Ô mes anges ! n’avez-vous jamais vu. » 
 B.
5091. 
Le marquis de Chauvelin. Ferney, 22 novembre. — « Bénies soient Vos Excellences. » 
 B.
5092. 
Debrus. 23 novembre. — « J’envoie à M. Debrus. » 
 A. C.
5093. 
Damilaville. 28 novembre. — « Salut à mes frères en Dieu » 
 B.
5094. 
D’Alembert. 28 novembre. — « Vous ne paraissez pas trop compter. » 
 B.
5095. 
Saurin. Ferney, 28 novembre. — « Je vous sais bon gré. » 
 B.
5096. 
P. Rousseau. Ferney, 28 novembre. — « Ce que vous m’apprenez me surprend. » 
 B.
5097. 
Damilaville. 30 novembre. — « Mon frère, j’ai aussi prouvé par les faits. » 
 B.
5098. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Ferney, 2 décembre 1762. — « Pardonnez à un ami. » 
 B.
5099. 
Chenevières. Ferney, 3 décembre. — « Vous savez que je suis un mauvais correspondant. » 
 C. et F.
5100. 
Damilaville. 6 décembre. — « Les Pensées tirées des objections diverses. » 
 B.
5101. 
Le comte d’Argental. 10 décembre. — « Vous avez beau faire. » 
 B.
5102. 
Le comte d’Argental. Ferney, 13 décembre. — « Ô mes anges ! l’épouseur est arrivé. » 
 B.
5103. 
Damilaville. 13 décembre. — « mon cher frère ! vous faites une action digne. » 
 B.
5104. 
Debrus. — « Mille tendres amitiés. » 
 A. C.
5105. 
Le comte d’Argental. 16 décembre. — « mes anges ! vous avez entrepris d’affubler. » 
 B.
5106. 
Le comte d’Argental. 18 décembre. — « Autres considérations présentées à mes anges. » 
 B.
5107. 
Fyot de La Marche (père). Ferney, 18 décembre. — « Mon digne magistrat, mon philosophe humain. » 
 Th. F.
5108. 
Élie de Beaumont. Ferney, 19 décembre. — « C’est une belle époque. » 
 B.
5109. 
Jean Schouvalow. Ferney, 19 décembre. — « Enfin donc, j’aurai la consolation. » 
 B.
5110. 
Le comte d’Argental. Ferney, 23 décembre. — « Je ne peux rien ajouter. » 
 B.
5111. 
Debrus. 25 décembre. — « Je fais mon tendre compliment. » 
 A. C.
5112. 
Damilaville. 26 décembre. — « Renvoyez-moi, je vous prie. » 
 B.
5113. 
Mme de Florian. 29 décembre. — « J’ai tort, ma chère nièce. » 
 B.
5114. 
De Moultou. — « Je viens de lire le mémoire de Loyseau. » 
 A. C.
5115. 
Le conseiller Le Bault. 31 décembre. — « Premièrement j’ai l’honneur de vous demander. » 
 Mand. -Gr.
5116. 
Debrus. — « J’avais oublié cette lettre. » 
 A. C.
5117. 
M. M***. — « Je vois bien que les gens de lettres de Paris. » 
 B.

1763

5118. 
Mme la comtesse d’Argental. Ferney, 2 janvier 1763. — « Madame l’ange, le bonhomme V. répond. » 
 B.
5119. 
M. Ribotte. 2 janvier. — « Le benêt qu’allait prier. » 
 Protest. fr.
5120. 
Moultou. Ferney, 2 janvier. — « J’ai l’honneur de vous envoyer l’esquisse sur la tolérance. » 
 A. C.
5121. 
Damilaville. Ferney, 2 janvier. — « J’ai reçu, mon très-cher frère, le petit chapitre. » 
 B.
5122. 
Debrus. 3 janvier. — « J’ai l’honneur de vous renvoyer. » 
 A. C.
5123. 
Le comte d’Argental. Ferney, 5 janvier. — « Ô mes anges ! ce n’est pas ma faute. » 
 B.
5124. 
Le marquis de Chauvelin. Dans les neiges, 5 janvier. — « Ma main n’a pas suivi mon cœur. » 
 B.
5125. 
Debrus. Ferney, 7 janvier. — « Je doute fort que ce soit. » 
 A. C.
5126. 
Le marquis Albergati Capacelli. Ferney, 7 janvier. — « Je voudrais sans doute voir un homme. » 
 C. et F.
5127. 
Moultou. Ferney, 8 janvier. — « J’ai lu avec attention. » 
 A. C.
5128. 
De Louis-Eugène, prince de Wurtemberg. 8 janvier. — « Le marquis de Genti s’est acquitté. » 
 B.
5129. 
Cideville. Ferney, 9 janvier. — « Oui, mon cher contemporain. » 
 B.
5130. 
Pour Mme Calas. 9 janvier. — « Il faut calmer les alarmes. » 
 A. C.
5131. 
Moultou. 9 janvier. — « Voici un mémoire qu’on m’envoie. » 
 A. C.
5132. 
Bertrand. Ferney, 9 janvier. — « Votre Dictionnaire doit faire fortune. » 
 B.
5133. 
Le comte d’Argental. 10 janvier. — « Mes divins anges, si les mariages sont écrits. » 
 B.
5134. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Ferney, 10 janvier. — « Les bontés de Votre Altesse sérénissime me raniment. » 
 B. et F.
5135. 
Colini. Ferney, 11 janvier. — « Voici enfin Olympie telle que j’ai pu. » 
 B.
5136. 
L’abbé d’Olivet. À Ferney, à quelques lieues de votre patrie, 12 janvier. — « Mon cher et gros, et respectable sous-doyen. » 
 B.
5137. 
Moultou. Janvier. — « Vous partagez mes craintes. » 
 A. C.
5138. 
De d’Alembert. 12 janvier. — « Il est vrai que je n’aime les grands. » 
 B.
5139. 
De la margrave de Bade-Dourlach.14 janvier. — « Vous qui devez connaître le cas. » 
 B.
5140. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Ferney, 14 janvier. — « Vous m’envoyez toujours des pâtés. » 
 B.
5141. 
Le président de Ruffey. Ferney, 14 janvier. — « Je ne vous écris point de ma main. » 
 B. et Th. F.
5142. 
Le conseiller Le Bault. Ferney, 14 janvier. — « J’ai les yeux rouges comme un ivrogne. » 
 Mand.-Gr.
5143. 
Le comte d’Argental. 17 janv. — « Voyez si ceci vous amusera. » 
 B.
5144. 
Le comte Algarotti. Ferney, 17 janvier. — « Mon cher cygne de Padoue, si le climat. » 
 B.
5145. 
Debrus. 18 janvier. — « J’ai l’honneur de vous adresser. » 
 A. C.
5146. 
Mme Calas. — « Je vous réponds sur du papier orné de fleurs. » 
 A. C.
5147. 
D’Alembert. 18 janvier. — « Si vous faites de la géométrie. » 
 B.
5148. 
Debrus. Jeudi soir. — « M. de Moultou vous donnera. » 
 A. C.
5149. 
Le comte d’Argental. Ferney, 20 janvier. — « J’envoie à mes anges la copie. » 
 B.
5150. 
Debrus. 20 janvier. — « Je voudrais bien baiser des deux côtés. » 
 A. C.
5151. 
Damilaville. 21 janvier. — « J’envoie à mes frères. » 
 C. et F.
5152. 
Élie de Beaumont. Ferney, 21 janvier. — « Notre ami commun, M. Damilaville. » 
 B.
5153. 
Colini. 21 janvier. — « J’ai reçu votre Palatinat. » 
 B.
5154. 
Debrus. Ferney, 22 janvier au soir. — « Voici ce que M. d’Argental. » 
 A. C.
5155. 
Fyot de La Marche (père). Ferney, 23 janvier. — « Je reçois dans le moment. » 
 Th. F..
5156. 
Le comte d’Argental. 23 janvier. — « Vous peignez les seigneurs genevois. » 
 B.
5157. 
Debrus. 23 janvier. — « Je vous remercie de la communication. » 
 A. C.
5158. 
Damilaville. 24 janvier. — « On ne peut empêcher. » 
 B.
5159. 
Mme de Florian. Ferney, 26 janvier. — « Je perds les yeux. » 
 B.
5160. 
Cideville. Ferney, 26 janvier. — « Mon ancien ami, votre jolie relation. » 
 B.
5161. 
Le Brun. Ferney, 26 janvier. — « Puisque, à la réception de ma lettre. » 
 B.
5162. 
Le comte d’Argental. Ferney, 26 janvier. — « Nous marions donc Mlle Corneille. » 
 B.
5163. 
Lekain. Ferney, 27 janv. — « En attendant, mon grand acteur. » 
 B.
5164. 
Debrus. (Reçu le 30 janvier). — « Je regarde la saisie faite. » 
 A. C.
5165. 
Debrus. (Reçu le 30 janvier). — « Il faut que je vous dise. » 
 A. C.
5166. 
Damilaville. 30 janvier. — « M. de Beaumont est donc aussi. » 
 B.
5167. 
M. de Ruffey. Ferney, 30 janvier. — « En qualité de quinze-vingt. » 
 Th. F.
5168. 
Debrus. — « C’est apparemment quelqu’un de la Salle. » 
 A. C.
5169. 
Le comte d’Argental. 30 janvier. — « Vraiment, j’avais oublié de vous supplier. » 
 B.
5170. 
Thiroux de Crosne, maître des requêtes, etc. Ferney, 30 janvier. — « Je me crois autorisé. » 
 B.
5171. 
Debrus. — Je pense qu’il est absolument nécessaire. » 
 A. C.
5172. 
Chenevières. — « Je vous donne avis. » 
 B.
5173. 
De Louis-Eugène, duc de Wurtemberg. 1er février 1763. — « Je préfère les marques. » 
 B.
5174. 
Colini. Ferney, 1er février. — « Je fais un effort. » 
 B.
5175. 
Damilaville. 1er février. — « J’ai pris la liberté. » 
 B.
5176. 
La margrave de Bade-Dourlach. Ferney, 4 février. — « J’aime mieux avoir l’honneur. » 
 B.
5177. 
D’Alembert. 4 février. — « Il semble que si quelques pédants. » 
 B.
5178. 
Le comte d’Argental. Ferney, 6 février. — « Nous commençons par dire. » 
 B.
5179. 
Debrus. — « J’ai l’honneur de renvover. » 
 A. C.
5180. 
La comtesse d’Argental. 9 février. — « Nos lettres se croisent. » 
 B.
5181. 
Moultou. — « J’envoie à mon cher frère. » 
 A. C.
5182. 
Damilaville. Février. — « Mais, mon Dieu, pourquoi un libraire ? » 
 B.
5183. 
Fyot de La Marche (père). Ferney, 12 février. — « Comme je deviens un tant soit peu aveugle. » 
 Th. F.
5184. 
Duclos. Ferney, 12 février. — « Je croirais manquer à mon devoir. » 
 B.
5185. 
Moultou. — « Le sacrement de mariage dont je suis occupé. » 
 A. C.
5186. 
De d’Alembert. 12 février. — « Je commence à croire. » 
 B.
5187. 
Le comte d’Argental. 13 février. — « Mme Denis étant malade. » 
 B.
5188. 
Damilaville. 13 février. — « Si vous n’avez pas des éclaircissements historiques. » 
 B.
5189. 
M. de La Michodière, intendant de Rouen. Ferney, 13 février. — « Si j’avais des yeux. » 
 B.
5190. 
Le marquis de Chauvelin. Ferney, 13 février. — « Je deviens à peu près aveugle. » 
 B.
5191. 
Le marquis Albergati Capacelli. Ferney, 14 février. — « Que vous êtes heureux ! » 
 B.
5192. 
Debrus. 14 février. — « Vous avez appris sans doute. » 
 A. C.
5193. 
De Louis-Eugène, duc de Wurtemberg. 14 février. — « J’apprends que madame votre nièce est malade. » 
 B.
5194. 
Le comte d’Argental. 15 février. — « Maman Denis est toujours malade. » 
 B.
5195. 
Moultou. Ferney, 17 février. — « J’ai l’honneur de renvoyer. » 
 A. C.
5196. 
Du cardinal de Bernis. 17 février. — « A quel jeu vous ai-je perdu ? » 
 B.
5197. 
Le comte d’Argental. 19 février. — « Mes anges, ceci vous amusera peut-être. » 
 B.
5198. 
Goldoni. Ferney, 19 février. — « J’ai respecté longtemps vos occupations. » 
 B.
5199. 
Debrus. — « Je vous envoie pour votre consolation. » 
 A. C.
5200. 
Lekain. Ferney, 20 février. — « Mon grand acteur, je proteste contre Adélaïde. » 
 B.
5201. 
Le comte d’Argental. 21 février. — « Il est bon quelquefois. » 
 B.
5202. 
D’Alembert. 21 février. — « J’envoie à mon digne et parfait philosophe. » 
 B.
5203. 
Debrus. Mardi 22 février. — « Vous pouvez communiquer. » — « Je crois que vous pouvez. » 
 A. C.
5204. 
Le cardinal de Bernis. Ferney, 25 février. — « Une des raisons qui font. » 
 B.
5205. 
Moultou. 25 février. — « Je suis en peine d’Olympie » 
 A. C.
5206. 
Le comte d’Argental. Ferney, 25 février. — « Plus anges que jamais, Mme Denis est toujours malade. » 
 B.
5207. 
La Chalotais. Ferney, 28 février. — « J’aimerais beaucoup mieux que vous m’eussiez fait l’honneur. » 
 B.
5208. 
Debrus. — « Comptez sur une pleine victoire. » 
 A. C.
5209. 
L’abbé de Voisenon. Ferney, 28 février. — « Mon très-cher et très-aimable confrère, en même temps. » 
 B.
5210. 
Debrus. — « Je vous envoie la lettre. » 
 A. C.
5211. 
Damilaville. 2 mars 1763. — « En réponse à la lettre. » 
 B.
5212. 
Moultou. 2 mars. — « Mon très-cher et très-aimable prêtre, vous avez très-grande raison. » 
 A. C.
5213. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Ferney, 2 mars. — « Je vois par votre lettre du 18 février. » 
 B.
5214. 
Thieriot. 2 mars. — « Des pigeons dans un casque. 
 B.
5215. 
Marmontel. 2 mars. — « M. de Radonvilliers, soit. » 
 C. et F.
5216. 
Pierre Rousseau. Ferney, 2 mars. — « Je n’ai jamais conçu. » 
 B.
5217. 
Moultou. — « J’ai le malheur de n’être pas plus content. » 
 A. C.
5218. 
Damilaville. 5 mars. — « J’attends votre petite Pompignade. » 
 B.
5219. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 7 mars. — « Votre Éminence doit avoir reçu. » 
 B.
5220. 
Debrus. (7 mars.) — « Bénissons Dieu tous ensemble. » 
 A. C.
5221. 
Colini. Délices, 7 mars. — « Mon cher historien palatin. » 
 B.
5222. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 7 mars. — « Je suis bientôt près de quitter ce monde. » 
 C. et F.
5223. 
Pierre Rousseau. Délices, 8 mars. — « La plus petite de toutes les méprises imprimées. » 
 B.
5224. 
Le comte d’Argental. Délices, 9 mars. — « Assurément, vous êtes bien anges. » 
 B.
5225. 
Du cardinal de Bernis. 10 mars. — « Je vous sais très-bon gré. » 
 B.
5226. 
Debrus. — « Mon cœur sent comme le vôtre. » 
 A. C.
5227. 
Le comte d’Argental. Délices, 11 mars. — « Pour peu que mes anges soient curieux. » 
 B.
5228. 
Damilaville. 11 mars. — « C’est donc lundi passé, 7 du mois. » 
 B.
5229. 
M. Ribotte. Délices, 12 mars. — « Mardi 1er mars, le bureau des cassations. » 
 Protest. fr.
5230. 
Moultou. Samedi, 12 mars. — « C’était un vilain jour pour moi. » 
 A. C.
5231. 
Thiroux de Crosne. Délices, mars. — « Vous vous êtes couvert de gloire. » 
 B.
5232. 
Élie de Beaumont. Délices, 14 mars. — « Je n’ai été que votre Jean-Baptiste. » 
 C. et F.
5233. 
Debrus. 14 mars. — « Je peux vous assurer. » 
 A. C.
5234. 
Jacob Vernes. Délices, lundi soir, 14 mars. — « Le parlement de Toulouse ayant condamné. » 
 H. B.
5235. 
Damilaville. 15 mars. — « Il y a donc de la justice. » 
 B.
5236. 
Mlle Clairon. Délices, 15 mars. — « M. Tronchin m’a dit que votre état. » 
 B.
5237. 
M. Bertrand. Délices, 15 mars. — « Le parlement de Toulouse ayant condamné. » 
 B.
5238. 
M. Ribotte. 16 mars. — « Le 7 mars, tous les conseillers d’État. » 
 Protest, fr
5239. 
Le chevalier de La Motte-Gefrard, lieutenant-colonel. — « Je suis très-fàché que vous soyez compris. » 
 B.
5240. 
De Louis-Eugène, duc de Wurtemberg. 20 mars. — « Ce n’est pas à ma philosophie. » 
 B.
5241. 
Le comte d’Argental. Délices, 21 mars. — « Mes anges croient recevoir. » 
 B.
5242. 
La Chalolais. Délices, 21 mars. — « J’ai l’honneur de vous renvoyer. » 
 B.
5243. 
Debrus. — « Mes yeux et ma personne vont fort mal. » 
 A. C.
5244. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 23 mars. — « Vous faites de moi un petit Noé. » 
 Mand-Gr.
5245. 
Damilaville. Délices, 23 mars. — « Mon cher frère, l’illustre frère qui daigne. » 
 B.
5246. 
Le comte d’Argental. 24 mars. — « La lettre de mes anges, du 15 de mars. » 
 B.
5247. 
Le comte d’Argental. 25 mars. — « Je viens de la lire. » 
 B.
5248. 
Colini. Délices, 26 mars. — « Je vous fais mon compliment. » 
 B.
5249. 
Damilaville. 26 mars. — « Est-il donc bien vrai que maître Marin. » 
 B.
5250. 
Pierre Rousseau. 26 mars. — « J’ai écrit dès que j’ai reçu. » 
 Inédite.
5251. 
Damilaville. 28 mars. — « Vraiment l’aventure de l’Académie. » 
 B.
5252. 
Mme Belot. Délices, 28 mars. — « Votre drôle de lettre m’a fait un plaisir. » 
 C. et F. (Suppl.)
5253. 
Le duc de Richelieu. Délices, 30 mars. — « J’ai envoyé votre lettre. » 
 B.
5254. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 31 mars. — « Je ne sais si notre secrétaire perpétuel. » 
 B.
5255. 
Le marquis Albergati Capacelli. Délices, 31 mars. — « Je n’ai jamais été si fâché. » 
 C. et F.
5256. 
Thieriot. — « Mon ancien ami, si M. Lefranc de Pompignan. » 
 B.
5257. 
Helvétius. Mars. — « Orate, fratres, et vigilate. » 
 B.
5258. 
Le duc de Choiseul. Mars. — « Mon protecteur, si on me demande comment. » 
 B.
5259. 
Le duc de Choiseul (fragment). — « J’ignore ce que mes oreilles ont pu faire. » 
 B.
5260. 
M. Vernes. (2 avril) 1763. — « Je suis ravi, mon cher rabbi, de l’intérêt que vous prenez à la chose. » 
 B.
5261. 
Le comte d’Argental. Délices, 2 avril. — « Mes yeux permettent à ma main d’écrire. » 
 B.
5262. 
Marmontel. 3 avril. — « Vous m’écrivez le dimanche des Rameaux. » 
 B.
5263. 
M. de Végobre, avocat à Genève. Délices, 4 avril. — « Mon ami Pierre rendra compte. » 
 Dern. Vol.
5264. 
Le comte d’Argental. Délices, 9 avril. — « Mes anges, déployez vos ailes. » 
 B.
5265. 
Cramer. — « Voici des cartons qui semblent nécessaires. » 
 B. et F.
5266. 
Le comte d’Argental. Délices, 13 avril. — « Je vois à peine, en écrivant. » 
 B.
5267. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 16 avril. — « Les Calas diront qu’ils prieront Dieu. » 
 B. et F.
5268. 
Le marquis d’Argence de Dirac. 22 avril. « Le bon Dieu vous le rende. » 
 B.
5269. 
Du cardinal de Bernis. 24 avril. — Notre secrétaire m’a envoyé. » 
 B.
5270. 
Le comte d’Argental. 25 avril. — « Je vous envoie Olympie. » 
 B.
5271. 
Colini. 26 avril. — « Mon cher historiographe, j’ai reçu. » 
 B.
5272. 
Debrus. — « Eh bien, il n’y a pas si grand mal. » 
 A. C.
5273. 
Le chevalier de La Motte-Gefrard. Avril. — « J’ai lu la lettre de votre bacha. » 
 B.
5274. 
Le duc de Praslin. — « Permettez que je vous informe. » 
 B.
5275. 
Helvétius. 1er mai 1763. — « Voici, mon illustre philosophe, un gentilhomme anglais. » 
 B.
5276. 
D’Alembert. 1er mai. — « Mon cher et grand philosophe, je suis aveugle. » 
 B.
5277. 
Colini. Délices, 3 mai. — « Je vous prie instamment d’envoyer. » 
 B.
5278. 
Le marquis Albergati Capacelli. Délices, 5 mai. — « Le pauvre vieux malade a reçu. » 
 B.
5279. 
Damilaville. 7 mai. — « Les choses changent. » 
 B.
5280. 
Pierre Bousseau. Délices, 8 mai. — « Croyez que je suis très-sensible. » 
 Inédite.
5281. 
Le comte d’Argental. 8 mai. — « Anges exterminateurs, celui qui vous appelait furie. » 
 B.
5282. 
Le marquis d’Argence de Dirac. 8 mai. — « C’est beaucoup, mon cher adepte. » 
 C. et F.
5283. 
Damilaville. 9 mai. — « C’est pour vous confirmer. » 
 B.
5284. 
Goldoni. Délices, 10 mai — « Je n’ai reçu que depuis peu de jours. » 
 B.
5285. 
Le comte d’Argental. 11 mai. — « Encore un mot, mes anges exterminateurs. » 
 B.
5286. 
Damilaville. 11 mai. — « Je vous ai écrit plusieurs fois. » 
 B.
5287. 
Le comte d’Argental. Délices, 14 mai. — « Je mets ces deux copies corrigées. » 
 C. et F.
5288. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 14 mai. — « Votre Éminence m’a écrit. » 
 B.
5289. 
Debrus. 16 mai. — « Je reçois une lettre de M. Dumas. » 
 A. C.
5290. 
Le comte d’Argental. Délices, 19 mai. — « Je reçois la lettre et le paquet. » 
 B.
5291. 
Bertrand. Délices, 19 mai. — « Je ne sais si vous êtes instruit. » 
 B.
5292. 
Le comte d’Argental. 21 mai. — « Je reçois, ô anges de paix. » 
 B.
5293. 
Le duc de Praslin. Délices, 21 mai. — « Monseigneur, mes anges m’ayant envoyé. » 
 B.
5294. 
Le comte d’Argental. Délices, 23 mai. — « Il faut que je vous dise. » 
 B.
5295. 
Marmontel. Délices, 23 mai. — « Je suis très en peine. » 
 B.
5296. 
Damilaville. 23 mai. — « Je suis toujours extrêmement en peine. » 
 B.
5297. 
Le comte d’Argental. 24 mai. — « Voici deux Olympie. » 
 C. et F.
5298. 
Debrus. — « Quoi, dans le dix-huitième siècle. » 
 A. C.
5299. 
Vernes. Délices, 24 mai. — « Non, assurément, Jean-Jacques n’est pas ce que vous savez. » 
 B.
5300. 
Damilaville. 25 mai. — « J’ai reçu vos lettres consolatoires. » 
 B.
5301. 
Damilaville. 27 mai. — » On m’apprend que nous pouvons recevoir. » 
 B.
5302. 
Damilaville. 28 mai. — « Je vous ai donné avis. » 
 B.
5303. 
Le comte d’Argental. 30 mai. — « Je vous ai envoyé des Olympie des Zulime. » 
 C. et F.
5304. 
Palissot. Délices, 31 mai. — « J’ai tardé longtemps à vous répondre. » 
 B.
5305. 
Damilaville. Mai. — Pour le coup, c’est au premier commis des vingtièmes. » 
 B.
5306. 
Colini. 2 juin 1763. — J’ai reçu votre paquet, mon cher historiographe. » 
 B.
5307. 
Cideville. Ferney, 4 juin. — « Mon cher et ancien camarade, toujours le même refrain. » 
 B.
5308. 
Bertrand. Ferney, 6 juin. — J’ai envoyé un petit article. » 
 B.
5309. 
La Chalotais. Ferney. 9 juin. — « Je n’ai point reçu l’imprimé dont vous daignez m’honorer. » 
 B.
5310. 
Debrus. — « Le conseil de Mme Calas jugera sans doute. » 
 A. C.
5311. 
Audibert. Ferney, 12 juin. — « On ne peut obliger. » 
 B.
5312. 
Le comte d’Argental. 13 juin. — « On m’a mandé qu’on avait imprimé Olympie. » 
 B.
5313. 
Lacombe, avocat. Ferney, 13 juin. — « Je reçus avant-hier par Mme la duchesse d’Enville. » 
 B.
5314. 
Lorenzo Guazzesi di Arezzo, cavalière di Santo-Stefano. Ferney, 1763. _ « Una delle più grandi consolazioni che abbia ricevuto. » 
 F. Trib.
5315. 
Damilaville. 15 juin. — « Il est plus que probable que M. Janel. » 
 B.
5316. 
Le comte d’Argental. 15 juin. — « Je n’ai rien à vous dire, sinon que je suis fidèle à votre culte. » 
 C et F.
5317. 
Debrus. — « Plus je songe à tout ce qui regarde notre grande affaire. » 
 A. C.
5318. 
Damilaville. Juin. — « Vraiment le ridicule de ce nouvel arrêt. » 
 B.
5319. 
Le comte d’Argental. 18 juin. — « Est-ce encore le coadjuteur qui a fait rendre ce bel arrêt ? » 
 B.
5320. 
Damilaville. Juin. — « Avez-vous reçu les trois feuilles ? » 
 B.
5321. 
Marmontel. 19 juin. — « Tout ce que je peux vous dire. » 
 B.
5322. 
Damilaville. 19 juin. — « Quelqu’un avant dit que l’extinction des jésuites. » 
 B.
5323. 
Le maréchal de Richelieu. Ferney, 22 juin. — « Si je pouvais rire, monseigneur le grand médecin. » 
 B.
5324. 
La Chalotais. Ferney, 22 juin. — « J’ai reçu enfin, et j’ai dévoré. » 
 B.
5325. 
Le comte d’Argental. 23 juin. — « Je ne savais pas que les auteurs de la feuille que vous protégez. » 
 C. F.
5326. 
Damilaville. 23 juin. — Vous m’annoncez par votre lettre du 18. » 
 B.
5327. 
Colini. 28 juin. — Je ne puis trop vous remercier de vos instructions sur les monnaies de Rome. » 
 B.
5329. 
29 juin. — « Quoique mon bonheur soit femelle » 
 B.
5329. 
Le comte d’Argental. 29 juin. — « Je reçois votre lettre du 21 de juin. » 
 B.
5330. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Ferney, 30 juin. — « Une bonne âme a mis entre mes mains. » 
 B. et F.
5331. 
Le comte de Sarbeti. Ferney. — « Je suis vieux, malade, surchargé d’inutiles travaux. » 
 B.
5332. 
Helvetius. 2 juillet 1763. — « La seule vengeance qu’on puisse prendre. » 
 B.
5333. 
Du cardinal de Bernis. 5 juillet. — « Je vous demande pardon d’un si long silence. » 
 B.
5334. 
Marmontel. Ferney, 7 juillet. — « Voilà le froid Bougainville mort. » 
 B.
5335. 
Damilaville. 12 juillet. — « Orate, fratres. » 
 B.
5336. 
Debrus. 12 juillet. — « On me mande que les pièces du procureur sont arrivées. » 
 A. C.
5337. 
Le comte d’Argental. 13 juillet. — « Eh ! qui vous dit que je brochais un drame ? » 
 B.
5338. 
Le maréchal de Richelieu. Ferney. 15 juillet. — « Il n’y a point de cas pareil. » 
 B.
5339. 
La duchesse de Saxe-Gotha. 19 juillet. — « On n’est pas si raisonnable à Genève. » 
 B. et F.
5340. 
Le conseiller Tronchin. Ferney, 19 juillet. — « J’apprends que quelques malins débitent une rapsodie. » 
 B. et F.
5341. 
Damilaville. 21 juillet. — « On m’a dit qu’une traduction d’une pièce anglaise. » 
 B.
5342. 
Le président de Ruffey. Ferney, 23 juillet. — « Quid te exempta juvat spinis e pluribus una ? » 
 Th. F.
5343. 
Le comte d’Argental. Ferney, 23 juillet. — « Sans vous faire languir davantage. » 
 B.
5344. 
Helvétius. 26 juillet. — « Une bonne âme envoie cette traduction. » 
 B.
5345. 
Le comte d’Argental. 26 juillet. — « Mes anges sauront qu’indépendamment. » 
 C. et F.
5346. 
Damilaville. 26 juillet. — « Il y a longtemps que je n’ai eu des nouvelles. » 
 B.
5347. 
L’abbé Arnaud. Ferney, 26 juillet. — « Personne ne s’intéresse plus que moi. » 
 C. et F.
5348. 
Le marquis Albergati Capacelli. Ferney, 26 juillet. — « Vraiment, vous en parlez bien à votre aise. » 
 C. et F.
5349. 
Le comte d’Argental. 27 juillet. — « Dieu soit loué, et Lekain ! » 
 B.
5350. 
Lekain. 27 juillet. — « Monsieur le Garrick de France. » 
 B.
5351. 
Le cardinal de Bernis. Ferney, 29 juillet. — « Je me suis imaginé qu’à la longue. » 
 B.
5352. 
Damilaville. 29 juillet. — « J’ai eu beaucoup de peine à trouver. » 
 B.
5353. 
Damilaville. 29 juillet. — « Je me sers de la route de Lyon. » 
 B.
5354. 
Le comte d’Argental. 30 juillet. — « J’ai pris la liberté d’envover. » 
 B.
5355. 
Lekain. Ferney, 30 juillet. — « Vous verrez, mon cher Garrick de France. » 
 B.
5356. 
Le comte d’Argental. 1er auguste 1763. — Ô anges de lumière ! voici donc. » 
 B.
5357. 
De M. de Breteuil, ministre plénipotentiaire en Russie. 1er août. — « J’étais parti de Russie. » 
 B. et F.
5358. 
Le comte d’Argental. 3 auguste. — « Je dois cette lettre à Lekain. » 
 B.
5359. 
Le comte d’Argental. Ferney, 6 auguste. — Mes divins anges sauront. » 
 B.
5360. 
Debrus. Ferney, 6 auguste. — « J’avais mandé une nouvelle prématurée. » 
 A. C.
5361. 
M. de Végobre, avocat à Genève. Ferney, 6 août. — « Je présente mes très-humbles obéissances. » 
 Dern. Vol.
5362. 
De d’Alembert. 7 auguste. — « Depuis six semaines que je suis arrivé ici. » 
 B.
5363. 
Damilaville. 8 auguste. — « Je vous prie, mon cher frère, de lire. » 
 B.
5364. 
Pigalle. Ferney, 10 auguste. — « Il y a longtemps que j’ai admiré. » 
 B.
5365. 
Thieriot. Ferney, 10 auguste. — « Frère, vous m’avez donné. » 
 B.
5366. 
Balaidier, procureur à Gex. 10 auguste. — « Monsieur Balaidier est prié. » 
 C. et F.
5367. 
Damilaville. 10 auguste. — « Si vous avez du loisir. » 
 B.
5368. 
Damilaville. 12 auguste. — « Je commence par dire à monsieur le ministre du vingtième. » 
 B.
5369. 
La comtesse d’Argental. 13 auguste. — « L’un des anges, je reçois la lettre. » 
 B.
5370. 
Damilaville. 13 auguste. — « Je prends le parti d’ennuyer » 
 B.
5371. 
Damilaville. 14 auguste. — « Ma philosophie est réduite. » 
 B.
  
Avertissement. — « Ayant appris qu’on débite à Paris. »
5372. 
Le comte d’Argental. 14 auguste. « mes anges, après avoir beaucoup écrit. » 
 B.
5373. 
D’Hornoy, conseiller au parlement. Délices, 14 auguste. — « Mon cher neveu, je ne doute pas qu’avec votre minois. » 
 B.
5374. 
Pierre Rousseau. Ferney, 14 auguste. — « Je ne sais ce que c’est. » 
 B.
5375. 
Le comte d’Argental. 16 auguste. — « J’envoie à mes divins anges la lettre. » 
 B.
5376. 
Dupont (de Nemours). Ferney, 16 auguste. — « Je vois que vous embrassez. » 
 B.
5377. 
Damilaville. 17 auguste, au départ de la poste. — « Je demande pardon à mon cher frère. » 
 B.
5378. 
Le comte d’Argental. 18 auguste. — « Je reçois la lettre du 11 d’auguste. » 
 B.
5379. 
Palissot. Ferney, 18 auguste. — « Je deviens aveugle tout de bon. » 
 B.
5380. 
La marquise du Deffant. Ferney, 19 auguste (car il est trop barbare d’écrire aoust et de prononcer ou). — « Les gens de notre espèce devraient se parler. » 
 B.
5381. 
Damilaville. 21 auguste. — « Il est bon que mes frères sachent. » 
 B.

Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome42.djvu/618

Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome42.djvu/619