Correspondance de Voltaire/1766/Lettre 6386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1766
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 44p. 327).

6386. — À M. LE COMTE D’ARGENTAL.
4 juillet.

Mon divin ange, voici un homme[1] plus heureux que moi. C’est un de mes compatriotes des déserts de Gex, qui a l’honneur de paraître devant vous ; c’est le syndic de nos grands états, c’est le maire de la capitale de notre pays, qui a deux lieues de large sur cinq de long ; c’est le subdélégué de monseigneur l’intendant, c’est celui qui a posé les limites de la France avec l’auguste république de Genève. M. le duc de Praslin lui avait promis d’orner sa poitrine d’une figure de saint Michel[2] terrassant le diable ; il soupire après ce rare bonheur, et moi, j’attends mes roués. Vous avez vu sans doute M. de Chabanon ; je me mets aux pieds de Mme d’Argental.

  1. Fabry, à qui sont adressées la lettre 4204 et quelques autres.
  2. Le cordon de de Saint-Michel.