Correspondance de Voltaire/1766/Lettre 6409

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1766
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 44p. 341-342).

6409. — DE FRÉDÉRIC II, ROI DE PRUSSSE[1].

Vous présumez mieux de moi que je ne le fais moi-même ; vous me soupçonnez d’être l’auteur d’un Abrégé de l’Histoire ecclésiastique et de sa préface[2]. Cela n’est guère plausible. Un homme sans cesse occupé de guerres ou d’affaires n’a pas le temps d’étudier l’histoire ecclésiastique. J’ai plus fait de manifestes durant ma vie que je n’ai lu de bulles. J’ai combattu des croisés, des gens avec des toques bénites, que le saint-père avait fortifiés dans le zèle qu’ils marquaient pour me détruire ; mais ma plume, moins téméraire que mon épée, respecte les objets qu’une longue coutume a rendus vénérables. Je vois avec étonnement, par votre lettre, que vous pourriez choisir une autre retraite que la Suisse, et que vous pensez au pays de Clèves. Cet asile vous sera ouvert en tout temps. Comment le refuserais-je à un homme qui a tant fait d’honneur aux lettres, à sa patrie, à l’humanité, enfin à son siècle ? Vous pouvez aller de Suisse à Clèves sans fatigue ; si vous vous embarquez à Bâle, vous pouvez faire ce voyage en quinze jours sans presque sortir de votre lit.

J’ai lu avec plaisir la petite brochure que vous m’avez envoyée ; elle fera plus d’impression qu’un gros livre : peu de gens raisonnent, au lieu que chaque individu est susceptible d’émotion à la narration simple d’un fait. Il ne m’en fallait pas tant pour assister ces malheureux[3] que le fanatisme prive de leur patrie dans le royaume le plus policé de l’Europe ; ils trouveront des secours et même un établissement, s’ils le veulent, qui pourra les soustraire aux atrocités de la persécution et aux longues formalités d’une justice que peut-être on ne leur rendra pas. Voilà ce que je puis faire et ce que je m’offre d’exécuter, tant en faveur de l’auteur de la Henriade que de sa nièce, de son jésuite Adam, et de son hérétique Sirven. Je prie le ciel qu’il les conserve tous dans sa sainte garde.

  1. Cette lettre a été longtemps placée par les éditeurs en janvier 1767 : elle paraît être de la mi-juillet 1766. Voltaire devait l’avoir reçue lorsqu’il écrivit les lettres 6424, 6425, 6430, 6432, etc. La lettre de Voltaire à laquelle elle répond est perdue.
  2. Voyez lettre 6252.
  3. Les Sirven. La brochure dont parle le roi de Prusse est probablement le Petit Discours dont, il a été question dans les lettres 6292, 6299, 6373, 6387.