Correspondance de Voltaire/1766/Lettre 6412

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1766
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 44p. 344-345).

6412. — À M. LE COMTE DE ROCHEFORT.
Aux eaux de Rolle, 16 juillet.

La petite acquisition de mon cœur, que vous avez faite, monsieur, vous est bien confirmée. En vous remerciant des Ruines de la Grèce[1], que vous voulez bien m’envoyer. Vous voyez quelquefois dans Paris les ruines du bon goût et du bon sens, et vous ne verrez jamais que chez un petit nombre de sages les ruines que vous désirez de voir.

Voici une relation[2] qu’on m’envoie, dans laquelle vous trouverez un triste exemple de la décadence de l’humanité. On me mande que cette horrible aventure n’a presque point fait de sensation dans Paris. Les atrocités qui ne se passent point sous nos yeux ne nous touchent guère ; personne même ne savait la cause de cette funeste catastrophe. On ne pouvait pas deviner qu’un vieux élu, très-réprouvé, amoureux, à soixante ans, d’une abbesse, et jaloux d’un jeune homme de vingt-deux ans, avait seul été l’auteur d’un événement si déplorable. Si Sa Majesté en avait été informée, je suis persuadé que la bonté de son caractère l’aurait portée à faire grâce.

Voilà trois désastres bien extraordinaires, en peu d’années ; ceux des Calas, des Sirven, et de ces malheureux jeunes gens d’Abbeville. À quels pièges affreux la nature humaine est exposée ! Je bénis ma fortune, qui me fait achever ma vie dans les déserts des Suisses, où l’on ne connaît point de pareilles abominations. Elles mettent la noirceur dans l’âme. Les Français passent pour être gais et polis ; il vaudrait bien mieux passer pour être humains. Démocrite doit rire de nos folies ; mais Héraclite doit pleurer de nos cruautés. Je retournerai demain dans l’ermitage où vous m’avez vu, pour recevoir le prince de Brunswick. On le dit humain et généreux ; c’est le caractère des braves gens. Les robes noires, qui n’ont jamais connu le danger, sont barbares.

Pardonnez à la tristesse de ma lettre, vous, monsieur, qui pensez comme le prince de Brunswick. Conservez-moi une amitié que je mérite par mon tendre et respectueux attachement pour vous.

  1. Voyez la lettre 6380.
  2. La Relation de la mort du chevalier de La Barre ; voyez tome XXV, page 501.