Mozilla.svg

Cours d’agriculture (Rozier)/AIGRETTE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome premierp. 290).


AIGRETTE. Terme de botanique, en latin pappus ; il désigne une espèce de brosse ou pinceau de poils ou de filets assez déliés, qui surmonte les graines de la plupart des fleurs composées. Les semences de laitues, de laiteron, du chardon, de la dent de lion, &c. sont garnies de ce plumet. L’aigrette est réputée simple, lorsqu’elle n’est composée que d’un faisceau de poils ; & on l’appelle branchue, lorsqu’elle se divise en rameaux, comme dans la fleur de scorsonère, du chardon-bénit, &c. elle repose quelquefois immédiatement sur le sommet de la semence, & on la nomme alors aigrette sessile ; pédiculée, quand elle porte sur un pivot ou pédicule particulier.

La figure 1 représente une graine de dent de lion avec son aigrette. (Voyez pour la Planche, le mot Anthère) A, la graine ; B, le pédicule de l’aigrette ; C, l’aigrette. La fig. 2, celle du salsifis vue au microscope ; & la fig. 3, celle du laiteron ; la première & la seconde sont pédiculées, & la troisième est sessile.

Dans le nombre des semences, les unes sont destinées par leur propre poids à tomber au pied de la tige qui les a portées, à ne pas s’éloigner du lieu de leur naissance, enfin à germer dans ces mêmes lieux ; d’autres, au contraire, sont destinées pour se répandre au loin, & aller chercher sur un nouveau sol la nourriture & la fécondité. C’est pour remplir cette loi de la nature, qu’elle les a pourvues de ces panaches légers dont on vient de parler. À peine ces graines ont-elles atteint le dernier degré de maturité, que, détachées de leur tige par les vents, elles voltigent dans les airs, se dispersent de tous côtés, & enfin se transplantent loin du lieu qui les a vu naître. M. M.