Cours d’agriculture (Rozier)/BOUILLON-BLANC

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome secondp. 404-405).


Bouillon-Blanc, ou Molène. (Voy. Pl. 14) M. Tournefort le place dans la sixième section de la seconde classe, qui comprend les fleurs d’une seule pièce en forme d’entonnoir, & dont le pistil devient un fruit dur & sec, & il l’appelle, verbascum mas tacifolium luteum. M. Linné le classe dans la pentandrie monogynie, & l’appelle verbascum thapsus.

Rozier - Cours d’agriculture, tome 2, pl. 14 bouillon-blanc.png

Fleur d’une seule pièce B en entonnoir applati, découpée en cinq parties arrondies à leur sommet ; les étamines au nombre de cinq, sont attachées à la base de la corolle, ainsi qu’elles sont représentées en C. Le pistil D est placé au centre de la corolle, & s’attache au fond du calice à cinq feuilles E, & il est également divisé en cinq parties pointues au sommet.

Fruit. Le pistil se change en capsule F à deux loges & deux valvules G, remplies de semences H, menues, anguleuses, attachées sur le placenta I.

Feuilles grandes, longues, larges, molles, sans pétiole, adhérentes à la tige, par leur base, cotonneuses des deux côtés.

Racine A, oblongue, ligneuse, blanche, rameuse.

Port. La tige s’élève quelquefois à la hauteur de quatre ou cinq pieds, suivant la nature du terrain ; grosse, ronde, ligneuse ; les fleurs entourent la plus grande partie de la tige. Les feuilles qui partent des racines sont couchées sur terre & disposées en rond ; celles des tiges sont placées alternativement, & s’allongent lorsqu’elles poussent d’entre les fleurs.

Lieu. Les endroits secs, sablonneux, les terrains remués, les champs. La plante est vivace & fleurit en Juillet, Août, Septembre, & quelquefois en Octobre.

Propriété. Les feuilles ont un goût d’herbe un peu salé & styptique ; les fleurs sont émollientes, calmantes & béchiques. Les fleurs déterminent l’expestoration, calment les toux, les rhumes, l’asthme pituiteux, tempèrent la soif ; elles sont d’un grand secours dans le ténesme, par de violens purgatifs, dans les dyssenteries ; elles calment rarement les douleurs hémorroïdales : sous forme de cataplasme, elles diminuent quelquefois la chaleur, la douleur & la tension des tumeurs inflammatoires.

Usage. On emploie les fleurs sèches & mondées en boisson, à la manière du thé, en fomentations, en lavemens. La boisson pour l’animal est d’une poignée de fleurs sur une livre d’eau.