Cours d’agriculture (Rozier)/JASMINOÏDE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome sixièmep. 91).


Jasminoïde de Barbarie ou de Chine. Lycium Barbarum. Lin. Il diffère du précédent par ses fleurs plus grandes, purpurines ; par ses étamines très-saillantes ; par ses feuilles, plus grandes, ovales, oblongues ; celles des rameaux ont à leur base deux petites folioles : ses tiges sont très-flexibles, surchargées de petits rameaux d’un joli effet pendant la fleur, à laquelle succède une baie d’un rouge oranger & éclatant.

On doit soutenir & treillager les tiges & les rameaux qui font chaque année des pousses vigoureuses & quelquefois surprenantes par leur longueur ; sans cette précaution elles rampent sur terre, & présentent un grouppe informe. Cet arbuste résiste aux grands froids, & il n’exige absolument aucune culture ; cependant si on le travaille au pied, s’il est fumé & arrosé dans le besoin, on est sûr de lui faire tapisser & couvrir, en moins de trois ans, un mur de huit à dix pieds d’élévation. Dans les provinces du midi, les charmilles, les faux, ou fayards, ou hêtres, réussissent très-mal ; on peut les suppléer par ce jasminoïde, & jouir bien promptement. Comme le roseau des jardins est très-commun dans ces provinces, on s’en sert pour faire les treillages contre les murs. Des cloux & du fil de fer suffisent pour fixer les tiges. Lorsque les feuilles sont tombées, c’est le moment de tondre la palissade ; on la tond une seconde fois au printemps, après la chûte des feuilles. Des rameaux surviennent, s’élancent, retombent de toutes parts, & fleurissent de nouveau en août, septembre & octobre ; comme les fleurs sont multipliées à l’infini, elles deviennent une ressource précieuse pour les abeilles qui accourrent de toute part. De semblables palissades font grand plaisir dans un pays où la verdure en masse est si rare.

On multiplie cet arbrisseau par couchées, par boutures simples, ou avec les drageons qu’il pousse de toute part.