Cours d’agriculture (Rozier)/JASMINOIDES

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome sixièmep. 90).


JASMINOIDES. Quoique ce genre soit assez nombreux, je ne parlerai que de deux de ses espèces ; la première très-utile pour les haies, & la seconde pour couvrir les murs de verdure : ces deux qualités méritent qu’on en prenne soin dans les provinces du midi. Von-Linné les désigne sous la dénomination de lycium, & les classe dans la Pentandrie Monogynie. Tournefort les nomme rhamnus, & les place dans la même classe que les jasmins.

Jasminoide D’europe. Lycium Europæum Lin. Rhamnus spinis oblongis flore candicante. Bauh. Pin.

Fleur ; calice d’une seule piece, dans lequel s’implante le tube de la fleur en forme de cloche découpée en cinq parties égales à son sommet ; on voit au milieu cinq étamines & un pistil. La fleur est d’un blanc légèrement violet, plus foncé dans le centre, & représentant une espèce d’étoile.

Fruit ; baie charnue, de couleur jaune, renfermant des semences en forme de rein.

Feuilles ; adhérentes aux tiges, simples très-entières, assez épaisses & roides en forme de coin ; celles des tiges plus grandes que celles des rameaux ; celles des rameaux inégales, groupées au nombre de deux à quatre.

Port ; arbrisseau très-rameux, armé de longues épines à la base de chaque rameaux ; il peut s’élever à la hauteur de dix pieds. Des aisselles des feuilles sortent les fleurs, ordinairement seules, quelquefois deux à deux ; il fleurit au printemps & en automne.

Lieu ; l’Espagne, l’Italie, nos provinces méridionales.

Cet arbrisseau n’exige aucune culture ; il est précieux pour les provinces où l’aubépine, le prunelier réussissent peu. On feroit avec ce jasminoide des haies impénétrables, si on prenoit la peine de les tondre ou de les tailler. Ses épines longues & roides servent à faire sécher les figues au soleil ; ses feuilles se développent dès qu’il ne gèle plus, se sèchent & tombent pendant les sécheresses de l’été : il en repousse de nouvelles en automne. Cet arbre mérite peu d’être cultivé dans nos provinces du nord, il y périroit par le froid.