Cours d’agriculture (Rozier)/RENONCULE DES PRÉS

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome huitièmep. 574).


Rozier - Cours d’agriculture, tome 8, pl. 38, renoncule des prés.png

RENONCULE DES PRÉS. (Planche XXXVIII, page 569) Tournefort la nomme Ranunculus pratensis, repens hirsutus, & Von-Linné Ranunculus repens. Ils la placent dans la même classe que ci-dessus.

Fleur ; d’un jaune très-luisant & comme vernissées. A représente un pétale séparé ; B, les étamines ; C, le pistil ; D, le fruit ; E, la graine.

Feuilles ; découpées en trois parties principales, chaque partie en trois autres plus petites, & chacune dentée en manière de scie, les dentelures plus ou moins arrondies.

Port ; de la racine partent des tiges rampantes sur terre ; ces tiges poussent des racines à leur articulation, & à leur sommet naissent les fleurs ; les feuilles qui naissent sur ces tiges sont ordinairement linéaires & quelquefois dentées.

Racine ; tubéreuse.

Lieu ; les prés ; la plante est vivace, fleurit en juin & juillet.

Propriétés. Elle n’est pas malfaisante, comme le sont en général toutes les renoncules ; elle ne nuit pas aux troupeaux qui la broutent sans danger.

On l’a transportée des prés dans nos jardins, où par des soins assidus & par une culture suivie, elle est a donné la plante qu’on nomme bouton d’or, qui y tient une place distinguée par le brillant jaune de ses fleurs : on la multiplie de drageon, & elle brave les rigueurs des saisons. Si on néglige sa culture, bientôt les fleurs diminuent de volume, peu à peu elle redevient simple & rentre enfin dans les premiers caractères.