Cours d’agriculture (Rozier)/SIMPLE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome neuvièmep. 249).


SIMPLE. Mot usité dans la pharmacie, pour désigner les herbes & plantes médicinales. Les fleuristes lui donnent une autre signification, & l’adaptent aux fleurs. Ils appellent les simples, celles qui n’ont que leur corolle (consultez ce mot) telle que la nature la leur a donnée. Les fleurs simples sont les véritables êtres susceptibles de reproduire leurs semblables, parce qu’elles renferment toujours les parties sexuelles, les parties propres à la régénération ; mais si la régularité ou singularité des formes ou des couleurs des fleurs, engagent les fleuristes à en multiplier les plantes par les semis, &c à répéter ces semis dans une terre bien préparée & chargée de principes, peu-à-peu, disent-ils, la fleur se perfectionne & s’écarte de sa première loi de nature. Peu-à-peu, en renouvellent les semis, & à force de soins, la fleur devient semi-double, c’est-à-dire, qu’elle le charge de pétales (consultez ce mot) plus grands, plus nourris, plus nombreux ; mais c’est un peu aux dépens des parties de la génération. La fleur cependant en conserve encore assez pour que sa graine soit féconde. Le fleuriste la referme encore ; il est dans l’attente, & souvent ce dernier semis lui donne ces belles fleurs doubles, qui font l’ornement des parterres, multiplient ses jouissances, & lui assurent ce qu’il appelle de nouvelles espèces, qui, dans le fond, ne sont que de simples variétés (consultez ce mot). La fleur vraiment double est un vrai monstre, un véritable eunuque, qui ne peut reproduire son semblable. La totalité de ce qui constituoit les parties de la génération, est convertie en pétales ou feuilles de la fleur. C’est un être qui luxurie d’embonpoint, & rien de plus. Quelques fleurs cependant, le pavot, le coquelicot, par exemple, ont beau doubler, elles conservent la faculté de se reproduire par graine. Mais si on la sème successivement dans un mauvais sol, si on ne lui donne aucun soin, elle dégénère insensiblement de semis en semis ; & ce superbe coquelicot qui ressembloit à une anémone, redevient simple & très-simple, enfin ce n’est plus que le petit coquelicot des champs. Il en est ainsi de ces hyacinthes à grelots monstrueux par leur grosseur. Plantez leurs oignons dans un mauvais terrain ; livrez cet oignon à lui-même pendant plusieurs années de suite, sans le déterrer, ses fleurs seront simples, & il jouira du privilège naturel de se reproduire par sa graine.