Critique de la raison pure/Analytique des principes

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Analytique des principes


LIVRE DEUXIÈME


Analytique des principes


La logique générale est construite sur un plan qui s'accorde exactement avec la division des facultés supérieures de la connaissance, qui sont l’entendement, le jugement et la raison. Cette science traite donc, dans son analytique, des concepts, des jugements et des raisonnements, suivant les fonctions et l'ordre de ces facultés de l'esprit que l'on comprend, en général, sous la dénomination large d'entendement.

Comme la logique purement formelle dont nous parlons ici fait abstraction de tout contenu de la connaissance (de la question de savoir si elle est pure ou empirique), et ne s'occupe, en général, que de la forme de la pensée (de la connaissance discursive), elle peut renfermer aussi dans sa partie analytique un canon pour la raison, puisque la forme de cette faculté a sa règle certaine, que l'on peut apercevoir a priori en décomposant les actes de la raison dans leurs moments, et sans qu'il y ait besoin de faire attention à la nature particulière de la connaissance qui y est employée.

Mais la logique transcendentale, étant restreinte à un contenu déterminé, c'est-à-dire uniquement à la connaissance pure a priori, ne saurait suivre la première dans sa division. On voit, en effet, que l’usage transcendental de la raison n'a point de valeur objective, et par conséquent qu'elle n'appartient pas à la logique de la vérité, c'est-à-dire à l'analytique, mais que, comme logique de l'apparence, elle réclame, sous le nom de dialectique transcendentale, une partie spéciale de l'édifice scolastique.

L'entendement et le jugement trouvent donc dans la logique transcendentale le canon de leur usage, qui a une valeur objective, et qui par conséquent est vrai, et c'est pourquoi ils appartiennent à la partie analytique de cette science. Mais, quand la raison tente de décider a priori quelque chose touchant certains objets, et d'étendre la connaissance au delà des limites de l'expérience possible, elle est tout à fait dialectique, et ses assertions illusoires ne conviennent point du tout à un canon comme celui que doit renfermer l'analytique.

L’analytique des principes sera donc simplement un canon pour le jugement ; elle lui enseigne à appliquer à des phénomènes les concepts de l'entendement, qui contiennent la condition des règles a priori. C'est pourquoi, en prenant pour thème les principes propres de l’entendement, je me servirai de l'expression de doctrine du jugement, qui désigne plus exactement ce travail.


Sommaire de l'analytique des principes