Cycle/Les deux Cierges

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CycleAlphonse Lemerre, éditeur4 (p. 221).
À Marie  ►
LES DEUX CIERGES


À son lit d’agonie et le père et la mère
Avaient mis un double flambeau,
Comme pour lui montrer, dévotion amère !
Les lueurs qui devaient la conduire au tombeau ;
Mais cet apprêt funèbre épouvanta la vierge ;
Sa main faible et pâlie, indiquant chaque cierge,
Fit signe d’éloigner cette affreuse clarté. —
Auréole douce et fidèle,
La vierge avait sa pureté
Qui depuis le berceau rayonnait autour d’elle.