Dans la rue (Bruant)/Le Dimanche du Trimardeur

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ernest Flammarion (Volume IIIp. 133-136).


LE DIMANCHE DU TRIMARDEUR


C’est pas qu’j’ay’ de la r’ligion,
Je n’fréquent’ pas à la messe ;
Et, dedpuis ma communion,
J’ai pas été-z-à confesse.
Pourtant j’fais comme l’bon Dieu :
Tous les septièm’ jours ej’ flanche,
Et j’me r’pose au coin d’mon feu…
Moi je n’marche pas l’dimanche.


L’coin d’mon feu, c’est l’coin d’un bois,
Toujours auprès d’eun’ rivière,
Où qu’tous les sept jours, eun’ fois,
J’fais un bouillon, d’la première,
Avec eun’ tête d’mouton
Dont après je m’paye eun’ tranche…
C’est mon p’tit jour de gueul’ton…
Moi je n’marche pas l’dimanche.

Après j’me fais un café
Allongé d’eun’ petit’ goutte,
Et, quand mon festin-z-est fait,
Au lieu d’rester à rien foute,
Ej’ lav’ mon linge au ruisseau
Pour avoir eun’ chemis’ blanche,
Pis j’me mets les pieds à l’eau…
Moi je n’marche pas l’dimanche.

Le soir, quand l’jour est fini,
J’m’allong’ su’ l’dos, su’ la terre,
Et je r’gard’ dans l’infini,
Où qu’paraît qu’ya notre père.
Malgré que j’n’ay’ pas la foi,
Je m’dis, en faisant la planche :
Notre Père est content d’moi
Pisque j’marche pas l’dimanche.