De l’Imitation de Jésus-Christ (Brignon)/Livre 3/33

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Traduction par Jean Brignon.
Bruyset (p. 207-209).


CHAPITRE XXXIII.
De l’inconstance du cœur humain, & de la pureté d’intention.
Le Maistre.

MOn fils, ne vous fiez pas trop à la disposition présence de vôtre cœur : elle est aujourd’hui d’une façon, & demain elle sera d’une autre.

Tant que vous vivrez, vous serez sujet malgré vous, à beaucoup de changemens. Vous vous trouverez tantôt gai, & tantôt triste ; tantôt paisible ; & tantôt inquiet ; tantôt devot, & tantôt sans devotion ; tantôt diligent, & tantôt paresseux ; tantôt grave, & tantôt leger.

Mais un homme sage & experimenté dans la vie spirituelle, se moque de tout cela. Il ne s’amuse point à examiner scrupuleusement ce qui se passe dans lui, ni quelle est la cause de toutes ces vicissitudes ; il ne pense qu’à bien diriger son intention à la fin où il doit tendre, & à faire tout ce qu’il faut pour y arriver.

De cette sorte il demeure toûjours tranquille, toûjours égal, toûjours dans la même situation, n’ayant en vûë parmi tous ces changemens, que de me plaire, & de me servir.

Plus l’intention qui est l’œil de l’ame, est simple, plus on marche seurement au milieu de tant d’obstacles.

Mais l’intention n’est pas toûjours pure : souvent l’œil s’arrêre sur quelque objet agréable qui se présente.

Ainsi il se trouve peu de personnes désinteressées, & exemptes d’amour propre.

La plûpart ressemblent aux Juifs qui vinrent à Bethanie visiter les sœurs du Lazare, & qui y vinrent non-seulement pour voir Jesus, mais pour voir aussi le Lazare ressuscité.

Il faut donc purifier son intention & parni tant d’objets differens, n’envisager que moi seul.