100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Détenus (pénitencier des Jeunes)

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Détenus (pénitencier des Jeunes).

Situé rue de la Roquette, à gauche, près de la rue Saint-Maur. — 8e arrondissement, quartier Popincourt.

Le couvent des hospitalières de la Roquette, supprimé vers 1790, devint propriété nationale. Il fit partie des biens qui furent donnés à l’administration des hospices par la loi du 16 vendémiaire an V (7 octobre 1796), et par l’arrêté du gouvernement du 27 prairial an IX (16 juin 1801).

Aux termes de deux actes des 10 novembre 1829 et 30 avril 1831, approuvés par ordonnances royales les 14 juillet 1830 et 1er août 1831, le département de la Seine a cédé, à titre d’échange, à l’administration des hospices, les terrains et bâtiments composant la prison de Bicêtre, moyennant le prix d’un million de francs. En contre-échange, l’administration des hospices a cède au département de la Seine :

1o un terrain de 34 830 m. de superficie, situé à Paris, à gauche de la rue de la Roquette en montant à la barrière, pour l’établissement d’une maison de correction de femmes, et pour l’ouverture d’une place au pourtour et des rues qui doivent l’en ceindre en trois sens, moyennant le prix principal de

450 000 fr.

2o Une maison située à Paris, rue du Faubourg-Saint-Denis, no 113, pour l’agrandissement de la prison de femmes, dite de Saint-Lazare, moyennant le prix principal de

40 000

Ensemble

490 000

La construction de la prison de la rue de la Roquette fut aussitôt commencée sous la direction de M. H. Lebas. Cet établissement occupe une largeur de 136 mètres sur une longueur de 182. Sa figure est hexagone. À chacun des angles s’élève une tourelle. Au centre se trouve une rotonde sous laquelle la chapelle est placée. Aujourd’hui on enferme dans cette prison les jeunes garçons qui se sont rendus coupables de crimes ou délits.

Le conseil général du département de la Seine, dans sa séance du 27 octobre 1843, a délibéré : — « Article 1er. Il y a lieu de céder à l’État l’établissement connu sous le nom de Pénitencier des jeunes Détenus. — Art. 2. La vente de cet immeuble d’une contenance primitive de 34 830 m. et réduit aujourd’hui à 31 590 m. par suite de l’affectation de 3 240 m. à l’élargissement de la rue de la Roquette, sera faite moyennant le prix principal de 1 685 670 fr. dont 1 275 000 pour les constructions et 410 670 pour le terrain. »

En face de cet établissement, on voit une autre prison construite aussi sur un terrain provenant des religieuses de la Roquette. L’administration des hospices, propriétaire de cet emplacement, qui contenait 20 691 m. de superficie, le céda au département de la Seine, par acte du 14 août 1834, moyennant la somme de 125 000 fr., qui vint en déduction de celle de 510 000 fr. dont cette administration était restée débitrice. Voir l’article Condamnés (dépôt des).