100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Damiette (rue de)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Damiette (rue de).

Commence à la cour des Miracles, no 11, et à la rue des Forges ; finit à la rue de Bourbon-Villeneuve, no 18, et à la rue du Caire, no 35. Le dernier impair est 7 ; le dernier pair, 4. Sa longueur est de 56 m. — 5e arrondissement, quartier Bonne-Nouvelle.

Des lettres-patentes du 21 août 1781, ordonnèrent la construction « d’une nouvelle halle à la marée et à la saline sur le terrain appelé la cour des Miracles. » Cette halle est indiquée sur le plan de Verniquet. Nous lisons ce qui suit dans un rapport dressé le 8 prairial an VIII : « Le conseil des bâtiments civils consulte de nouveau sur les alignements à suivre pour former le dégagement de l’emplacement sur lequel on avait établi le marché du Petit-Carreau, pense : qu’au moyen de la suppression du corps-de-garde et de sa translation dans un autre local, toute la partie du terrain qu’il occupait, doit rester libre pour la circulation publique ; que la façade de ce carrefour, du côté de l’ancien marché, doit suivre le même alignement que le côté septentrional de la rue du Caire ; que la rue qui circulera au pourtour du reste de l’emplacement du marché, doit avoir 7 m. de largeur parallèle, etc… » Ces dispositions furent approuvées par le ministre de l’intérieur, L. Bonaparte, le 2 messidor an VIII. En 1808, la communication dont il vient d’être parlé et qui se trouve divisée en deux parties par la cour des Miracles, reçut les dénominations de rues de Damiette et des Forges. Les constructions de la rue de Damiette sont alignées, à l’exception de la maison no 3. (Voyez, pour l’étymologie, l’article précédent). — Conduite d’eau. — Éclairage au gaz (compe Française).