100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Germain-l’Auxerrois (rue des Fossés-Saint-)

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Germain-l’Auxerrois (rue des Fossés-Saint-).

Commence aux rues de la Monnaie, no 25, et du Roule, no 1 ; finit à la place du Louvre, nos 10 et 12. Le dernier impair est 47 ; le dernier pair, 44. Sa longueur est de 212 m. — 4e arrondissement : les impairs sont du quartier du Louvre ; les pairs du quartier Saint-Honoré.

Elle a été construite sur une partie de l’emplacement des fossés que creusèrent les Normands vers 886, lorsqu’ils vinrent assiéger Paris. En 1300 le poète Guillot la désigne sous le nom du Fossé-Saint-Germain. Au XVe siècle, c’était la rue au Quens de Pontis (au comte de Ponthieu), puis celle de Béthisy ; enfin lorsqu’on ouvrit la rue du Roule, la partie comprise entre cette rue et celle de l’Arbre Sec prit le nom de rue des Fossés-Saint-Germain-l’Auxerrois. — Une décision ministérielle du 13 floréal an IX, signée Chaptal, avait fixé la moindre largeur de cette voie publique à 10 m. Conformément à une ordonnance royale du 23 juillet 1828, cette moindre largeur est portée à 12 m., et l’alignement nouveau est approuvé, savoir : pour le côté gauche, depuis la rue de la Monnaie jusqu’à la maison no 35 ; pour le côté droit jusqu’à la rue Jean Tison ; à l’égard du surplus, le tracé ministériel de l’an IX est maintenu. La maison no 25 est alignée. Celles nos 41 et 43 ne sont pas soumises à retranchement. Les propriétés nos 45, 47 ; 10, 12, 18, 24, 26, 28, 30, 32, 38, 40, 42 et 44, ne devront subir qu’un faible reculement. — Égout. — Conduite d’eau depuis la rue de la Monnaie jusqu’à la borne-fontaine, située près de l’impasse Sourdis. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).

La maison no 14 faisait partie de l’hôtel habité par l’amiral de Coligny. Au temps de la Saint-Barthélemy, cette demeure portait le nom d’hôtel de Ponthieu et appartenait à messire Antoine Dubourg, chancelier de France. Cet hôtel fut acheté par le duc de Montbazon en 1617. Sophie Arnould y naquit en 1740, et une lettre de cette, femme d’esprit, publiée en 1776, nous apprend qu’elle a reçu le jour dans la chambre à coucher de l’amiral de Coligny, et que souvent elle pensa que cette circonstance était pour elle l’augure d’une certaine renommée.

Elle joignait à une figure gracieuse un son de voix ravissant et une grande sensibilité. Un jeune seigneur, épris de ses charmes, conçut le projet de la soustraire aux rigueurs du cloître auquel ses parents la destinaient. Le comte de Lauraguais, le même qui, sous le titre de duc a siégé à la chambre des pairs sous la Restauration, déguise son rang et sa fortune, et, sous le nom de Dorval, prend un logement dans l’hôtel. Il gagne en peu de temps le cœur de Sophie, qui, par un soir d’hiver, revêt des habits d’homme, à l’aide desquels elle sort de l’hôtel sans être reconnue. — C’est là encore qu’habitait en 1747, le célèbre Vanloo, de l’académie royale de peinture. — Cet hôtel a été successivement envahi par les nombreuses industries qui peuplent le quartier, et de son ancienne splendeur il n’a guère conservé que l’appartement de l’amiral, occupé en ce moment par un médecin de l’Hôtel-Dieu.