Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Lavoisier (rue)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lavoisier (rue).

Commence à la rue d’Anjou-Saint-Honoré, nos 39 et 39 bis ; finit à la rue d’Astorg, nos 22 et 28. Le dernier impair est 23 ; le dernier pair, 22. Sa longueur est de 210 m. — 1er arrondissement, quartier du Roule.

Une ordonnance royale du 22 janvier 1840 porte ce qui suit : « Le sieur Léon de Chazelles est autorisé à ouvrir à ses frais sur des terrains qui lui appartiennent dans la ville de Paris, deux rues destinées à communiquer, l’une de la rue d’Anjou à la rue d’Astorg, l’autre à celle de la Pépinière. Les alignements de ces deux voies publiques sont arrêtés suivant le tracé des lignes noires sur les plans, et conformément aux procès-verbaux des points de repère, d’après lesquels la largeur de l’une est fixée à 12 m., et celle de la seconde à 15 m. chacune dans tout son parcours. — Art. 2e. L’autorisation ci-dessus accordée ne profitera audit sieur de Chazelles qu’à la charge par lui de remplir les clauses et conditions insérées dans la délibération du conseil municipal de Paris du 16 août 1839, entr’autres d’abandonner gratuitement à cette ville la portion de terrain indiquée dans cette délibération, et de plus, à la condition de donner un écoulement souterrain à l’eau des ruisseaux qui seront placés sur les côtés de la chaussée, etc… Donné au palais des Tuileries, le 22 janvier 1840, signé Louis-Philippe. » M. Léon de Chazelles, sans attendre cette autorisation, avait fait percer en 1838 les deux rues dont il s’agit. Celle qui fait l’objet du présent article a reçu, en vertu d’une décision du roi à la date du 29 avril 1840, le nom de rue Lavoisier. Antoine-Laurent Lavoisier, célèbre chimiste, naquit à Paris le 16 août 1743. Il avait à peine 23 ans, lorsqu’il remporta le prix proposé par l’académie des sciences, sur le meilleur mode d’éclairage à donner à la ville de Paris. En 1769, Lavoisier obtint la place de fermier général, et fit paraître en 1789 son Traité élémentaire de Chimie. Traduit au tribunal révolutionnaire avec les autres fermiers-généraux, Lavoisier fut condamné à mort. Plus soucieux de la science que de sa vie, il réclama vainement quelques jours de délai pour terminer les expériences qu’il continuait au fond de son cachot. On lui fit réponse que la république pouvait se passer de savants, et le 8 mai 1794, la tête de Lavoisier tomba sur l’échafaud.

Les constructions riveraines de la rue Lavoisier sont alignées. — Portion d’égout. — Conduite d’eau. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).