100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Notre-Dame (parvis)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Notre-Dame (parvis).

Situé au-devant de l’église Notre-Dame, et circonscrit par les maisons des rues Saint-Christophe et du cloître Notre-Dame, et par les bâtiments de l’Hôtel-Dieu et de l’administration des hospices. — 9e arrondissement, quartier de la Cité.

Le nom de Parvis dérive sans doute du mot Paradisus (Paradis), expression autrefois en usage pour indiquer l’aire ou place qu’on voyait devant les basiliques. Dans une grande maison du Parvis Notre-Dame se tenaient les écoles publiques avant l’établissement des colléges et de l’université. L’évêque avait également sur cette place une échelle patibulaire. Ce fut au Parvis Notre-Dame, que Bérenger et Étienne, cardinaux et légats du pape Urbain V, firent dresser le 11 mars 1314, un échafaud sur lequel montèrent Jacques Molay, grand-maître des Templiers, le maître de Normandie et deux autres frères. Lecture faite des crimes qu’on imputait à leur ordre, l’on prononça la sentence qui condamnait les accusés à une prison perpétuelle. Sommé par le légat de confirmer les aveux qu’il avait faits à Poitiers, Jacques de Molay s’avança sur le bord de l’échafaud et fit à haute voix une rétractation à laquelle adhéra le grand-maître de Normandie. Ils furent conduits le soir même à l’île aux Bureaux (aujourd’hui place Dauphine), et le bûcher consuma ces illustres victimes.

Le Parvis Notre-Dame a été successivement agrandi, principalement en 1748, époque de la suppression de la rue de la Huchette en la Cité, et de la démolition de l’église Saint-Christophe. — « 22 avril 1769. La place étant au-devant de l’église métropolitaine sera achevée et élargie du côté de l’Hôtel-Dieu, comme elle l’est du côté opposé ; en conséquence, la chapelle et les portions de bâtiments du dit Hôtel-Dieu, qui occupent l’emplacement à ce nécessaire, seront démolies, et sera construit un nouveau bâtiment dans une disposition symétrique avec l’hôpital des Enfants-Trouvés, pour donner en même temps à la rue Notre-Dame la largeur convenable. » (Extrait des lettres-patentes). — Cette amélioration ne fut pas alors exécutée. — Dans sa séance du primidi 21 brumaire an II, le conseil général de la commune arrêta que le Parvis Notre-Dame se nommerait désormais Parvis de la Raison. — Une décision ministérielle du 11 vendémiaire an XII, signée Chaptal, a déterminé l’alignement du Parvis Notre-Dame. — D’après les dispositions alors arrêtées, les bâtiments de l’Hôtel-Dieu auraient dû subir un retranchement plus considérable que celui qu’ils ont éprouvé quelques années après. Les constructions dépendant de l’administration des hospices sont alignées. — Conduite d’eau. — Éclairage au gaz (compe Parisienne).