100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Pourtour-Saint-Gervais (rue du)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Pourtour-Saint-Gervais (rue du).

Commence aux rues François-Myron, no 17, et Jacques-de-Brosse ; finit à la place Baudoyer, nos 1 et 2. Le dernier impair est 15 ; le dernier pair, 8. Sa longueur est de 76 m.9e arrondissement, quartier de l’Hôtel-de-Ville.

En 1300, c’était la rue du Cimetière. L’enclos du cimetière Saint-Gervais s’étendait alors jusqu’à la place Baudoyer ; ce ne fut qu’en 1473 qu’on prit une partie de ce cimetière sur lequel on bâtit quatorze maisons. Le libraire Gilles Corrozet la nomme rue du Cimetière. Elle fut élargie de 2 m. en 1583. On l’a nommée rue du Pourtour, parce qu’elle entoure la face ainsi qu’un des côtés de l’église Saint-Gervais. — Une décision ministérielle du 13 thermidor an VI, signée François de Neufchâteau, fixa la moindre largeur de cette voie publique à 10 m. En vertu d’une ordonnance royale du 4 mars 1836, cette dimension est portée à 18 m. Les constructions du côté des numéros impairs devront reculer de 6 m. 80 c. à 10 m. 40 c. ; celles du côté opposé sont alignées. — Conduite d’eau. — Éclairage au gaz (compe Parisienne).

À la naissance de cette rue, à l’endroit où finit celle François-Myron (autrefois du Monceau-Saint-Gervais), on voit une petite place qui était encore rétrécie en 1797, par un arbre planté depuis longtemps, souvent renouvelé, et qu’on appelait l’Orme Saint-Gervais. Dans son ouvrage sur les Rues de Paris, le poète Guillot en parle ainsi :

« Puis de la rue du Cimetière
» Saint-Gervais et l’Ourmetiau » (le petit Orme)

C’était autrefois un usage général de planter un orme devant la grande porte des églises. Après la messe on se réunissait à l’ombre de cet arbre. Les juges y rendaient la justice et l’on y acquittait les rentes. Dans un compte de 1443, il est fait mention de quelques vignes et morceaux de terre appartenant au duc de Guyenne ; en raison de son hôtel situé près de la Bastille, les fermiers étaient obligés d’en payer la rente à l’orme Saint-Gervais à Paris, le jour de Saint-Remi et à la Saint-Martin d’hiver.