100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Baudoyer (place)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Baudoyer (place).

Commence aux rues du Pourtour, no 1, et de la Tixéranderie, no 92 ; finit aux rues des Barres, no 17, et Saint-Antoine, no 1. Le dernier impair est 9 ; le dernier pair, 6. — Les numéros impairs sont du 7e arrondissement, quartier du Marché-Saint-Jean ; et les pairs du 9e, quartier de l’Hôtel-de-Ville.

Cette place doit son nom à la première porte Baudoyer qui était située dans la rue Saint-Antoine, entre les rues Geoffroy-Lasnier et de Jouy. Une seconde porte du même nom fut construite sous Philippe-Auguste, entre la maison professe des Jésuites et la rue Culture-Sainte-Catherine. — L’abbé Lebœuf pense que la porte Baudoyer tire sa dénomination de Baudacharius (défenseur de Paris), officier ou magistrat dont les fonctions étaient très importantes et dont le nom se trouve inscrit dans le testament d’une dame Hermentrude, de l’an 700. Ainsi, de Baudacharius on a fait, par contraction, Baudarius, Baudaire, Baudaier ; de ce dernier nom est venu Baudoyer, qu’on lit dans une charte de Charles V, en 1336. — Deux ordonnances royales, en date des 4 mars 1836 et 4 août 1838, ont déterminé les alignements de cette place. Les maisons du côté des numéros impairs sont soumises à un retranchement qui varie de·50 c. à 1 m. 50 c. ; celles du côté opposé sont alignées. — Égout et conduite d’eau. — Éclairage au gaz (compe Lacarrière).