Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Vanneau (rue)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vanneau (rue).

Commence à la rue de Varenne, nos 25 et 27 ; finit à la rue de Babylone, nos 20 et 22. Le dernier impair est 33 ; le dernier pair, 38. Sa longueur est de 358 m.10e arrondissement, quartier Saint-Thomas-d’Aquin.

En 1826, M. Rougevin, architecte, était propriétaire des hôtels de Montebello et de Chimay. Il conçut le projet d’ouvrir sur leur emplacement, une rue de 12 m. de largeur. Une ordonnance royale du 19 juin 1826 porte ce qui suit : « Article 1er. Le sieur Rougevin est autorisé à ouvrir sur les terrains qui lui appartiennent entre les rues de Varenne et de Babylone, à Paris, une nouvelle rue de douze mètres de largeur conformément au plan no 2, ci-joint. — Art. 2e. Cette autorisation est accordée à la charge par l’impétrant : 1o de fournir sans indemnité le terrain nécessaire à la nouvelle rue ; 2o de supporter les frais du premier établissement de pavage et d’éclairage ; 3o d’établir de chaque côté de la rue des trottoirs en pierre dure dont les dimensions seront déterminées par l’administration, etc. » — Ce percement fut immédiatement exécuté et reçut la dénomination de rue Mademoiselle, en raison de sa proximité de l’hôtel de Mademoiselle Louise-Eugénie, princesse Adélaïde d’Orléans. Cette propriété, située rue de Varenne, no 23, avait appartenu à M. de Matignon et au prince de Monaco. — En vertu d’une décision ministérielle du 6 octobre 1830, cette voie publique a pris le nom de rue Vanneau, en mémoire du jeune élève de l’école Polytechnique, tué le 29 juillet précédent, en commandant l’attaque de la caserne de Babylone occupée par les Suisses. Les propriétés riveraines sont alignées. — Égout. — Conduite d’eau.