Dictionnaire des proverbes (Quitard)/métier

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

métier. — Qui à métier a rente.

Les Allemands disent : Iedes Handwerk hat einen goldenen Boden. Chaque métier a son fonds d’or.

Il n’est si petit métier qui ne nourrisse son maître.

Les Grecs et les Latins disaient : Un arrière vit partout. M. de Chateaubriand a observé que l’idée de J.-J. Rousseau de faire apprendre un métier à Émile n’était que ce proverbe, dont Néron se servait pour répondre à ceux qui lui reprochaient l’ardeur avec laquelle il se livrait à l’étude de la musique. Il est singulier, a-t-il dit, que la pensée d’un philosophe ne soit que le mot d’un tyran. Réflexion plus brillante que juste : car il n’y a rien de singulier qu’un philosophe se rencontre avec un tyran dans une pensée qui n’appartient pas à ce tyran, mais à tout le monde.

Un proverbe persan dit qu’un cordonnier, en courant le monde, peut toujours écarter la misère ; mais qu’un roi, hors de son royaume, peut se voir exposé à mourir de faim.

Un métier ne met pas seulement à l’abri du besoin, il met encore à l’abri du vice ; et il serait bon que les parents, quels que soient leur rang et leur fortune, fissent apprendre à leurs enfants une industrie manuelle, comme le recommandait l’école pharisienne chez les Juifs, d’après cette maxime du Talmud : Tout homme qui ne donne pas une profession à ses enfants, les prépare à une mauvaise vie.