Dictionnaire des sciences philosophiques/2e éd., 1875/Daniel (gabriel)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Index Général A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Dictionnaire des sciences philosophiques
par une société de professeurs et de savants

DANIEL (Gabriel), né à Rouen, en 1649, entra au noviciat des Jésuites de Paris en 1667, fut successivement professeur de théologie à Rennes, bibliothécaire de la maison professe de Paris, et obtint de Louis XIV, avec le titre d’historiographe de France, une pension de2000 livres dont il jouit jusqu’à sa mort, arrivée en 1718. Le P. Daniel est connu principalement par son Histoire de France; mais il s’est fait aussi un nom comme théologien et comme philosophe, ou du moins comme adversaire de la philosophie cartésienne, à laquelle son ordre avait déclaré une guerre d’extermination. Les ouvrages qu’il a écrits en cette dernière qualité, les seuls, par conséquent, dont nous ayons à nous occuper ici, sont : le Voyage du monde de Descartes, et le Traité métaphysique de la nature du mouvement, le premier publié en 1690, le second en 1724, et contenus l’un et l’autre dans le premier volume du recueil de tous les ouvrages philosophiques et théologiques du P. Daniel (3 vol. in-4, Paris, 1724). Le Voyage du monde de Descartes est plutôt une satire qu’un traité de philosophie, mais une satire agréablement écrite et aussi bienveillante que l’esprit des Jésuites et le but même de leur institution pouvaient le permettre. Si le carté- sianisme et la philosophie en général y sont traités avec le plus profond dédain et une légè- reté qui n’exclut point les insinuations perfides, ni les plus odieuses prétentions sur la liberté de l’esprit humain, du moins le génie de Descartes et même son caractère y sont-ils respectés en apparence ; du moins, n’a-t-on pas eu la folie de dissimuler l’immense influence que ce philoso- phe a exercée sur son siècle. S’appuyant sur ce principe cartésien que l’essence de l’àme consiste tout entière dans la pensée, et que la vie et les mouvements du corps sont régis exclusivement par des lois mécaniques, l’auteur suppose que Des- cartes n’est pas mort; mais qu’ayant eu coutume de se servir de son corps à peu près comme on fait de sa maison, d’en sortir et d’y rentrer à volonté, de le laisser sur la terre plein de vie, tandis qu’il se promenait, pur esprit, dans les régions les plus élevées de l’univers, il lui ar- riva un accident semblable à celui que la tradi- tion raconte d’Hermotime de Clazomène. Un jour que cette séparation se prolongeait au delà du terme ordinaire, le médecin suédois attaché à la personne de Descartes, ne trouvant à h place du philosophe qu’un corps sans âme, <•’ à-dirc sans raison, le crut atteint de délire, et voulant le rendre a la santé, le tua. L’âme, à son retour, se voyant privée de son asile ici-bas, alla tixer sa demeure dans le troisième ciel. c’est-à-dire, selon le plan de la cosmologie car- tésienne, dans cet espace infini qui s’étend au delà des étoiles fixes. C’est dans cette région solitaire, où, pour ainsi dire, la puissance divine elle-même n’a pas encore pénétré, qu’elle tra- vaille à la construction d’un monde selon les principes de la philosophie nouvelle, et qu’elle continue ses relations avec quelques disciples d’élite instruits comme elle à se séparer de leurs corps sans mourir. Deux de ses disciples, dont l’un est le P. Mersenne, ont conduit notre voya- geur près de leur maître, dans ce monde encore ignore qui va s’échapper de ses mains ; et, à peine revenu sur la terre, il a besoin de nous raconter tout ce qu’il a vu et entendu. Dans ce récit où l’esprit et l’imagination ne manquent pas, quoique employés d’une manière un peu frivole, se trouve encadrée la discussion, plus ou moins sérieuse, de tous les principes importants et de toutes les parties du système philosophique de Descartes. Ainsi qu’on pouvait s’y attendre, il n’en est point de plus maltraitée que la métaphysique et les règles générales de la méthode ; car c’est là précisément que l’esprit d’indépendance et de litre examen, c’est-à-dire le principe même de toute philosophie, se montre en quelque façon dans son centre, appliqué aux questions les plus élevées et avec une entière conscience de lui-même. Les Méditations méta- physiques, et tous les écrits qui s’y rattachent, sont, à ce que nous assure le P. Daniel, le plus méchant, le plus inutile des ouvrages de Des- cartes. Quant aux raisons qu’il en donne, comme elles ne sont que la reproduction des objections d’Arnauld, de Gassendi, du P. Mersenne, et de •beaucoup d’autres, nous n’avons pas à nous en occuper. Il veut bien admettre que dans le Dis- cours de la Méthode il y ait quelques maximes vraiment sages et utiles ; mais, en revanche, il ne trouve rien d’aussi dangereux que la sépara- tion entière et l’indépendance mutuelle de la philosophie et de la théologie. Il veut, au con- traire, quoi que disent les disciples de Descartes, que l’autorité religieuse ait sur la philosophie la haute surveillance , afin qu’elle n’avance rien qui puisse blesser même indirectement le dogme révélé {Voyage du monde de Descartes, I re partie, p. 276). Accordez-lui ce seul point, le droit de surveillance, non-seulement sur les principes, mais sur les conséquences les plus éloignées de tout système philosophique, et vous le trouverez sur le reste de facile accommodement. Il est loin de tout blâmer dans la nouvelle philosophie et de toujours blâmer à tort; il ne montre pas plus d’opiniâtreté à admirer tout dans la philo- sophie ancienne. Voici, dans sa propre bouche, l’enumération de tous les biens qu’a produits, même dans l’école, l’avènement du cartésianis- me : « Depuis ce temps-là on y est plus réservé à traiter de démonstrations les preuves qu’on apporte de ses sentiments. On n’y déclare pas si aisément la guerre à ceux qui parlent autrement que nous, et qui souvent disent la même chose. On y a appris à douter de certains axiomes qui avaient été jusqu’alors sacrés et inviolables, et enfles examinant, on a trouvé quelquefois qu’ils n’étaient pas dignes d’un si beau nom. Les qua- lités occultes y sont devenues suspectes et n’y sont plus si fort en crédit. L’horreur du vide n’est plus reçu que dans les écoles où l’on ne veut pas faire la dépense d’acheter des tubes de verre. On y fait des expériences de toutes sortes d’espèces, et il n’y a point maintenant de petit physicien qui ne sache sur le bout du doigt l’his- toire de l’expérience de M. Pascal » (ubi supra, III e partie, p. 137). Quant à ce qui regarde la philosophie péripa- téticienne, il ne se raille pas moins des formes substantielles, des accidents absolus, des espèces intentionnelles, et, comme nous venons de le voir par le passage précédent, des qualités oc- cultes, que des tourbillons, du mécanisme de- bêtes, des causes occasionnelles et des hypo- thèses les plus décriées de la nouvelle école. Il raconte avec beaucoup de malice les peines que les péripatéticiens se sont données, et se don- naient encore de son temps, pour découvrir dans les écrits d’Aristote la matière éthérée, la dé- monstration de la pesanteur de l’air, la théorie de l’équilibre des liquides, et tous les principes de la physique cartésienne, que l’expérience et la raison semblaient avoir confirmés. Au fond, peu lui importe, soit l’ancienne, soit la nouvelle doctrine; il n’a pas plus de foi dans l’une que dans l’autre, et dans la raison elle-même. Il ne craint pas de dire qu’on est pour Descartes ou pour Aristote, selon les préjugés dans lesquels on a été élevé, selon les habitudes qu’on a don- nées à son esprit, ou selon les passions et les rivalités du moment. Ainsi, Descartes, à ce qu’il nous assure, avait d’abord cherché à gagner les Jésuites. « C’eût été pour lui, dit-il, un coup de- partie, et ses affaires après cela allaient toutes seule. » Mais les Jésuites s’étant déclarés pontre son système, cela même engagea les jansénistes et aussi l’ordre de l’Oratoire à en prendre la dé- fense. Les jansénistes le mirent à la mode parmi les dames, et celles-ci lui donnèrent en peu d’ 1 temps une vogue presque universelle; à tel point qu’on ne rencontre plus guère de péripatéticiens que dans les universités et dans les collèges. Encore, comme nous l’avons vu tout à l’heure, se mettent-ils l’esprit à la torture pour faire du leur maître Aristote un bon cartésien {ubi supra. III e partie, p. 144 et suiv.). Si, malgré cette profonde et sceptique indifférence où le laissent les deux écoles rivales, il s’est décidé avec tout son ordre à prendre parti pour Aristote, c’est qu’il pense avec Colbert qu’ayant à choisir entre deux folies, une folie ancienne et une folie nou- velle, il faut préférer l’ancienne à la nouvelle (V e partie, p. 279). D’ailleurs, fût-il entièrement convaincu de la supériorité du cartésianisme, ce ne serait pas encore pour lui une raison de ne pas le combattre. « On peut, dit-il (III e partie, p. 147), ne pas désapprouver les opinions d’un philosophe considérées en elles-mêmes et se trou- ver en même temps dans une telle conjoncture, que la prudence oblige d’en arrêter le cours. » Ces paroles n’ont pas besoin de commentaire ; l’esprit des Jésuites s’y révèle tout entier. Il nous reste peu de chose à dire sur le Traité métaphysique de la nature du mouvement. Ce petit écrit, à part quelques principes généraux qui tendraient à détruire la science de la méca- nique, est une critique pleine de bon sens de la théorie des causes occasionnelles, et en général de l’opinion cartésienne sur les rapports de l’âme ei du corps. Mais, bien qu’il soit dirigé contre Des- cartes, il est plein de l’esprit cartésien, c’est-à- dire de l’esprit d’observation, et signale la haute puissance de ces idées nouvelles que ni la ruse ni la violence, ni les satires les plus spirituelle - n’ont pu empêcher de régénérer la science et. jusqu’à un certain point, la société elle-même.