Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Brique

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bretture <
Index alphabétique - B
> Buffet (d’orgues)
Index par tome

BRIQUE, s. f. On désigne par ce mot des tablettes de terre battues, moulées, séchées au soleil et cuites au four. L’emploi de la brique remonte à la plus haute antiquité. Les Romains en firent grand usage, surtout dans les contrées où la pierre n’est pas commune. Pendant le Bas-Empire, ils élevèrent souvent les maçonneries au moyen de blocages avec parements de petits moellons taillés, alternés avec des lits de briques posées de plat. Les constructions gallo-romaines et mérovingiennes conservent encore ce mode. Mais, à partir du IXe siècle, on rencontre très-rarement des briques mêlées aux autres matériaux ; la brique n’est plus employée ou est employée seule. Nous devons toutefois excepter certaines bâtisses du midi de la France, où l’on trouve la brique réservée pour les remplissages, les voûtes, les parements unis, et la pierre pour les piles, les angles, les tableaux de fenêtres, les arcs, les bandeaux et corniches. C’est ainsi que la brique fut mise en œuvre, au XIIe siècle, dans la construction de l’église Saint-Sernin de Toulouse. Cette partie du Languedoc étant à peu près la seule contrée de la France où la pierre fasse complètement défaut, les architectes des XIIIe et XIVe siècles prirent franchement le parti d’élever leurs édifices en brique, n’employant la pierre que pour les meneaux des fenêtres, les colonnes, et quelques points d’appui isolés et d’un faible diamètre.

Un des plus beaux exemples de construction du moyen âge, en brique, est certainement l’ancien couvent des Jacobins de Toulouse, qui date de la fin du XIIIe siècle. Plus tard, au XIVe siècle, nous voyons élever en brique la jolie église fortifiée de Simorre (Gers), le collège Saint-Rémond et les murailles de Toulouse, des maisons de cette même ville, le pont de Montauban ; plus tard encore, la cathédrale d’Alby, grand nombre d’habitations privées de cette ville, les églises de Moissac, de Lombez, le clocher de Caussade, etc. La brique employée dans cette partie de la France, pendant les XIIIe, XIVe et XVe siècles, est grande, presque carrée (ordinairement 0,33 centimètres sur 0,25 centimètres et 0,06 centimètres d’épaisseur). Souvent les lits de mortier qui les séparent ont de 0,04 à 0,05 centimètres d’épaisseur. La brique moulée est rarement employée en France, pendant le moyen âge, tandis qu’elle est fréquente en Italie et en Allemagne ; cependant on rencontre parfois de petits modillons dans les corniches, des moulures simples, telles que des cavets et quart-de-rond. La brique du Languedoc étant très-douce, les constructeurs préféraient la tailler ; ou bien ils obtenaient une ornementation en la posant en diagonale sous les corniches, de manière à faire déborder les angles, ou en épis, ou de champ et de plat alternativement (voy. Construction). La brique fut très-fréquemment employée, pendant le moyen âge, pour les carrelages intérieurs ; elle était alors émaillée sur incrustations de terres de diverses couleurs (voy. Carrelage). Dans les constructions en pans de bois du nord de la France, des XVe et XVIe siècles, la brique est utilisée comme remplissage entre les poteaux, décharges et tournisses ; et la manière dont elle est posée forme des dessins variés. Dans ce cas, elle est quelquefois émaillée (voy. Pan de bois).

Nous trouvons encore dans le Bourbonnais, au château de la La Palisse, à Moulins même, des constructions élevées en brique et mortier qui datent du XVe siècle et dont les parements présentent (par l’alternance de briques rouges et noires) des dessins variés, tels que lozanges, zigzags, chevrons, etc. La façon dont ces briques sont posées mérite l’attention des constructeurs ; les lits et joints en mortier ont une épaisseur égale à celle des briques, c’est-à-dire 0,034. Ces briques présentent, à l’extérieur, leur petit côté, qui n’a que 0,12 c., et leur grand côté, de 0,24 c., forme queue dans le mur. La fig. 1 fait voir comment sont montés ces parements briquetés[1].

Parement.brique.chateau.Palisse.Moulins.png

Pendant la renaissance, les constructions de pierre et brique mélangées jouirent d’une grande faveur ; on obtenait ainsi, à peu de frais, des parements variés de couleur, dans lesquels l’œil distingue facilement les parties solides de la bâtisse, des remplissages. Les exemples de ces sortes de constructions abondent. Il nous suffira de citer l’aile de Louis XII du château de Blois, certaines parties du château de Fontainebleau, et le célèbre château de Madrid, bâti par François Ier, près Paris, où la terre cuite émaillée venait se marier avec la pierre, et présenter à l’extérieur une inaltérable et splendide peinture[2]. Tout le monde sait quel parti Bernard de Palissy sut tirer de la terre cuite émaillée. De son temps, les nombreux produits sortis de ses fourneaux servirent non-seulement à orner les dressoirs des riches particuliers et des seigneurs, mais ils contribuèrent à la décoration extérieure des palais et des jardins.

  1. M. Millet, architecte, à qui nous devons ces renseignements sur les briques du Bourbonnais, reconnaît que les briquetages avec lits épais de mortier ont une force extraordinaire ; cela doit être. La brique, étant très-âpre et poreuse, absorbe une grande quantité d’eau ; lorsqu’elle se trouve séparée par des lits minces de mortier, elle a bientôt desséché ceux-ci, et nous n’avons pas besoin de rappeler que les mortiers, pour conserver leur force, doivent contenir, à l’état permanent, une quantité assez notable d’eau.
  2. Quelques fragments de ces terres cuites émaillées, du château de Madrid, sont déposés au musée de Cluny.