Dictionnaire touareg – français/F

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par André Basset, Imprimerie nationale de France (p. 294-374).

F 

ouf va. prim. ; conj. 3 « ouf » ; ω (ioŭf, ioûf, éd iouf, our iouf) ‖ être meilleur que ‖ peut avoir pour suj. et pour rég. dir. des p., des an., des ch. ‖ s’emploie unipersonnellement d. le s. « il est meilleur (il vaut mieux, il est préférable) (n.) » ‖ p. ext. « aller mieux (être mieux portant) (n.) » ‖ d. le s. « être meilleur que » diffère d’echchem « valoir mieux (par une qualité qlconque) », bien qu’il en soit syn. quand echchem sign. « valoir mieux (par une qualité qui est réellement un bien) » ‖ d. le s. « être meilleur que », diffère de sessouiem « l’emporter sur (avoir la supériorité sur) par suite d’une bonne qualité qlconque) », bien que, dans certains cas, les 2 verbes puissent être mis l’un pour l’autre ‖ d. le s. « aller mieux » est syn. d’echchem.

oufou ⴼⵓ va. prim. ; conj. 15 « ouḍou » ; ω (ioufă, ioufâ, éd ioufou, our ioufé) ‖ m. s. q. le pr. ‖ les indicatifs et participes passés et présents positifs et aoristes négatifs de cette conj. ne sont pas us. dans l’Ăh. ; ils sont us. dans l’Ăd. et chez les Ioul.

souf ⵙⴼ va. f. 1 ; conj. 161 « souf » ; ω (iessoŭf, iessoûf, éd isouf, our iessouf) ‖ préférer à ‖ se c. av. 2 acc. ‖ le rég. dir. exprimant ce qu’on préfère se place avant l’autre ‖ syn. de chouchem et de zennechchem empl. d. le s. « préférer à ».

soufou ⵙⴼⵓ va. f. 1 ; conj. 168 « sougdou » ; ω (iessoŭfa, iessoûfa, éd isoufou, our iessoufa) ‖ m. s. q. le pr. ‖ les indicatifs et participes passés et présents positifs et aoristes négatifs de cette conj. ne sont pas us. dans l’Ăh. ; ils sont us. dans l’Ăd. et chez les Ioul.

nioufou ⵏⵉⴼⵓ vn. f. 4 ; conj. 209 « nioufou » ; (inĭafa, ienîafa, éd inioufou, our iniafa) ‖ être meilleur l’un que l’autre (être inégal en bonté) ‖ p. ext. « être mis en parallèle ensemble pour qu’on juge lequel est le meilleur (être comparé l’un à l’autre pour qu’on juge lequel est le meilleur) ; se mettre en parallèle ensemble pour qu’on juge lequel est le meilleur (d. le s. ci. d.) ».

sennioufou ⵙⵏⵉⴼⵓ va. f. 4.1 ; conj. 215 « sennioufou » ; ω (isniafa, iesîniafa, éd isennioufou, our isniafa) ‖ rendre meilleur l’un que l’autre (rendre inégal en bonté) ‖ p. ext. « mettre en parallèle ensemble pour qu’on juge lequel est le meilleur (d. le s. ci. d.) ; mettre en parallèle ensemble et juger lequel est le meilleur (d. le s. ci. d.) ».

toûfou ⵜⴼⵓ va. f. 17 ; conj. 259 « toûḍou » ; (itoûfou, our itoufou) ‖ être hab. meilleur que ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

soûfou ⵙⴼⵓ va. f. 1.17 ; conj. 259 « toûḍou » ; (isoûfou, our isoufou) ‖ préférer hab. à ‖ se c. av. 2 acc.

tînioufou ⵜⵏⵉⴼⵓ vn. f. 4.12 ; conj. 244 « tîmendou » ; (itînioufou, our itenioufou) ‖ être hab. meilleur l’un que l’autre ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 4.

sînioufou ⵙⵏⵉⴼⵓ va. f. 4.1.12 ; conj. 244 « tîmendou » ; (isînioufou, our isenioufou) ‖ rendre hab. meilleur l’un que l’autre ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 4.1.

toûfout ⵜⴼⵜ sf. nv. prim. ; (pl. toûfoûtîn ⵜⴼⵜⵏ) ‖ fait d’être meilleur que ‖ a t. les s. c. à c. du prim. ‖ sign. aussi « supériorité en bonté » ‖ p. ext. « ce qui est le meilleur (objet le meilleur ; chose la meilleure) ». S’empl. pour exprimer des p., des an., ou des ch. (Ex. toûfout n Ăhaggar, Moûsa ⁒ la ch. la meilleure de l’Ăh., M. (ce qu’il y a de meilleur dans l’Ăh., c’est M.) = toûfout nekmet, Dâssin ⁒ la ch. la meilleure de vous, D. (ce qu’il y a de meilleur parmi vous, c’est D.) = toûfout neneṛ, Chîkât ⁒ la ch. la meilleure de nous, Ch. (ce qu’il y a de meilleur parmi nous, c’est Ch.) = toûfout en selsa ouî-reṛ, oua-h ⁒ la ch. la meilleure de ces vêtements-ci, celui-là (ce qu’il y a de meilleur parmi ces vêtements, c’est celui-là)) ‖ toûfout neneṛ « ce qui est le meilleur de nous (ce qu’il y a de meilleur parmi nous) » est une expression employée qlqf. pour désigner Mahomet.

ăsoûfou ⵙⴼⵓ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isoûfoûten ⵙⴼⵜⵏ), daṛ soûfoûten ‖ fait de préférer à sign. aussi « préférence ».

ănioûfou ⵏⵉⴼⵓ sm. nv. f. 4 ; φ (pl. inioûfoûten ⵏⵉⴼⵜⵏ), daṛ ĕnioûfoûten ‖ fait d’être meilleur l’un que l’autre ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 4.

ăsennioûfou ⵙⵏⵉⴼⵓ sm. nv. f. 4.1 ; φ (pl. isennioûfoûten ⵙⵏⵉⴼⵜⵏ), daṛ sennioûfoûten ‖ fait de rendre meilleur l’un que l’autre ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 4.1.

toûf-ichkân ⵜⴼⵛⴾⵏ (m. à m. « elle est meilleure que [toutes les autres] plantes ») sf. (s. et pl.) ‖ nom d’une plante non persistante.

af vn. prim. ; conj. 17 « ar » ; (ioufă, ioufâ, éd iaf, our ioufé) ‖ être libre (d’occupations) (le suj. étant une p.) ; se libérer (d’une occupation, en s’en acquittant) (le suj. étant une p.) ; être vide (le suj. étant une ch.) ‖ d. le s. « être libre (d’occupations) », peut souv. se traduire par « avoir le temps » ‖ d. le s. « se libérer (d’une occupation, en s’en acquittant) », Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/296 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/297 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/298 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/299 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/300 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/301 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/302 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/303 mais non inversement.

ăseffêdi ⵙⴼⴷⵉ sm. nv. f. 1 ; (pl. iseffîdien ⵙⴼⴷⵉⵏ), daṛ seffîdien ‖ fait d’écorcher.

ăseffâdai ⵙⴼⴷⵉ sm. n. d’é. f. 1 ; φ (pl. iseffâdaien ⵙⴼⴷⵉⵏ ; fs. tăseffâdait ⵜⵙⴼⴷⵉⵜ ; fp. tiseffâdaîn ⵜⵙⴼⴷⵉⵏ), daṛ seffâdaien, daṛ tseffâdaîn ‖ hom. qui écorche ses montures (h. qui a l’hab. d’écorcher sur le dos tous les an. qu’il monte, par suite d’une manière défectueuse de monter).

éfedei ⴼⴷⵉ sm. φ (pl. ifediân ⴼⴷⵉⵏ), daṛ ăfedei (ĕfedei), daṛ fediân ‖ demi-siège de la selle de méhari pour homme ‖ Illustration from Foucauld’s Dictionnaire touareg, page 304 (a).png le siège de la selle de méhari pour hom. est formé de 2 demi-disques en bois léger recouverts de peau ; chaque demi-disque s’appelle éfedei ‖ la figure représente le plan d’une selle : α, α sont les 2 éfedei ; β est le pommeau ; γ est la palette.

ⴼⴷⵍ téfedilt ⵜⴼⴷⵍ⵿ⵜ sf. φ (pl. tifedîlîn ⵜⴼⴷⵍⵏ), daṛ tăfedilt (tĕfedilt), daṛ tfedîlîn ‖ sandale à extrémité légèrement repliée sur elle-même (sandale dont la semelle, faite d’un seul morceau de peau, a son extrémité qui se replie sur le bout du pied de manière à le protéger) ‖ cette sandale, très portée dans l’Ăd., l’Ăir et chez les Ioul., n’est presque pas portée dans l’Ăh. ‖ p. ext. « sandale à semelle faite d’un seul morceau de peau (de forme qlconque) ».

téfedilt ⵜⴼⴷⵍ⵿ⵜ sf. φ (pl. tifedlîn ⵜⴼⴷⵍⵏ), daṛ tăfedilt (tĕfedilt), daṛ tfedlîn ‖ angle inférieur du bouclier et partie flexible et légèrement repliée sur elle-même du bouclier voisine de cet angle ‖ le bouclier des Kel-Ăh. est fait avec la peau d’une antilope d’espèce particulière appelée éhem en tăm. et « ourg » en ar. Illustration from Foucauld’s Dictionnaire touareg, page 304 (b).png Chacun de ses 2 angles supérieurs (α, α) s’appelle ăżîr « épaule » ; chacun de ses 2 angles inférieurs (β, β) s’appelle téfedilteġ téfedilt « faire téfedilt » sign. p. ext. « se mettre bouclier contre bouclier (tous les boucliers se touchant par les bords latéraux, de manière à former comme une muraille) (le suj. étant des combattants) ». Les Kel-Ăh. adoptent cette formation quand ils combattent des ennemis armés de flèches ‖ poét. i-n-tfedlîn « un des angles inférieurs repliés sur eux-mêmes » s’empl. d. le s. de « bouclier ». Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/305 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/306 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/307 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/308 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/309 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/310 et de setrem.

soufi ⵙⴼⵉ va. f. ; conj. 164 « soufi » ; (iessoŭfei, iessoûfei, éd isoufi, our iessoufei) ‖ faire verser ; faire déverser ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. du prim. aux s. act. et n.

neffei ⵏⴼⵉ vn. f. 4 ; conj. 99 « bereġ » ; (innĕfei, iennîfei, éd ienneffei, our inneffei) ‖ être versé réc. l’un dans l’autre (à plusieurs reprises, de manière à être complètement mélangé) (le suj. étant des liquides contenus dans 2 ou plusieurs vases).

senneffi ⵙⵏⴼⵉ va. f. 4.1 ; conj. 131 « sebbedi » ; (isneffei, iesîneffei, éd isenneffi, our isneffei) ‖ verser réc. l’un dans l’autre (d. le s. ci. d.)

tâffei ⵜⴼⵉ va. f. 6 ; conj. 227 « tâffei » ; (itâffei, our iteffi) ‖ verser hab. ; déverser hab. ‖ a aussi les s. pas. et pron. ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

soûfoûi ⵙⴼⵉ va. f. 1.18 ; conj. 260 « toûksâḍ » ; (isoûfoûi, our isoufoui) ‖ faire hab. verser ; faire hab. déverser ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

tîneffoûi ⵜⵏⴼⵉ vn. f. 4.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîneffoûi, our iteneffoui) ‖ être hab. versé réc. l’un dans l’autre (d. le s. ci. d.).

sîneffoui ⵙⵏⴼⵉ va. f. 4.1.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (isîneffoûi, our iseneffoui) ‖ verser hab. réc. l’un dans l’autre (d. le s. ci. d.).

oûfoui ⴼⵉ sm. nv. prim. ; (pl. oûfouien ⴼⵉⵏ) ‖ fait de verser ; fait de déverser ‖ a aussi les s. pas. et pron. « fait d’être versé ; fait d’être déversé » et « fait de se verser ; fait de se déverser » ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsoûfi ⵙⴼⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isoûfien ⵙⴼⵉⵏ), daṛ soûfien ‖ fait de faire verser ; fait de faire déverser ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ăneffi ⵏⴼⵉ sm. nv. f. 4 ; φ (pl. ineffien ⵏⴼⵉⵏ), daṛ neffien ‖ fait d’être versé réc. l’un dans l’autre (d. le s. ci. d.).

ăsenneffi ⵙⵏⴼⵉ sm. nv. f. 4.1 ; φ (pl. isenneffien ⵙⵏⴼⵉⵏ), daṛ senneffien ‖ fait de verser réc. l’un dans l’autre (d. le s. ci. d.).

éseggefi ⵙⴳⴼⵉ sm. φ (pl. iseggefa ⵙⴳⴼⴰ), daṛ ăseggefi (ĕseggefi), daṛ seggefa ‖ entonnoir.

téseggefit ⵜⵙⴳⴼⵜ sf. φ (pl. tiseggefa ⵜⵙⴳⴼⴰ), daṛ tăseggefit (tĕseggefit), daṛ tseggefa ‖ dim. du pr.

ⴼⵉ foi ⴼⵉ sm. (s. s. pl.) ‖ nord ‖ v. ⵂⵍ ehel, nehel, ănehôl.

ⴼⵉ éfei ‖ v. êfi.

ⴼⵉⴼ éfeifé ⴼⵉⴼⵉ sm. φ (pl. ifeifêten ⴼⵉⴼⵜⵏ), daṛ ăfeifé (ĕfeifé), daṛ feifêtenIllustration from Foucauld’s Dictionnaire touareg, page 311.png point de chausson quadruple (terme de broderie).

ⴼⵉⴾ feik ⴼⵉⵉⴾ vn. prim. ; conj. 103 « feik » ; (iffĭka, ieffîka, éd ieffeik, our Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/312 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/313 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/314 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/315 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/316 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/317 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/318 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/319 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/320 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/321 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/322 mètre dans sa plus grande dimension) ‖ p. ext. « plaque de métal (de dimension qlconque) ». Se dit des plaques de métal les plus grandes et les plus épaisses comme des plus petites et des plus minces, y compris les lames de métal d’1 ou 2 centimètre de long dont on se sert pour assembler 2 pièces disjointes ou raccommoder un objet fendu ‖ diffère d’ésali « roche lisse (de toute forme, de toute dimension, en n’importe quelle position) », qui est toujours plus grand que la téfilt et se dit de roches lisses détachées du sol, attachées au sol en n’importe quelle position, ou formant des montagnes entières composées d’un seul bloc de roche lisse.

éfelfel ⴼⵍⴼⵍ sm. φ (pl. ifelfelen ⴼⵍⴼⵍⵏ), daṛ ăfelfel (ĕfelfel), daṛ felfelen ‖ dim. du pr.

téfelfelt ⵜⴼⵍⴼⵍ⵿ⵜ sf. φ (pl. tifelfelîn ⵜⴼⵍⴼⵍⵏ), daṛ tăfelfelt (tĕfelfelt), daṛ tfelfelîn ‖ dim. d’éfelfel.

ⴼⵍⴷⴷ ăfelledoud ⴼⵍⴷⴷ sm. φ (pl. ifelledad ⴼⵍⴷⴷ), daṛ felledad ‖ coussinet en bourre de palmier recouvert de peau (faisant partie de la selle de méhari pour femme) ‖ la selle de fem. a 4 ăfelledoud ; ils portent sur le dos du chameau et soutiennent le reste de la selle. v. éké, tékéout.

tăfelledout ⵜⴼⵍⴷⵜ sf. φ (pl. tifelledad ⵜⴼⵍⴷⴷ), daṛ tfelledadIllustration from Foucauld’s Dictionnaire touareg, page 323.png coussinet en matière qlconque placé entre le bois du bât de l’âne et les coussins qui le supportent, à la partie du bât qui touche la garrot ‖ la tăfelledout a pour but de protéger le garrot ‖ la figure représente un bât d’âne : α est la tăfelledout ; βηββηβ est le bois du bât, ăroûkou, formé de 2 bâtons recourbés attachés ensemble à leurs extrémités ηη avec de la peau ; εε sont les coussins, tastek, sur lesquels porte le bois.

ⴼⵍⴼⵍ éfelfel ‖ v. ⴼⵍ téfilt.

ⴼⵍⴶⵍⴶ feleġleġ ⴼⵍⴶⵍⴶ vn. prim. ; conj. 42 « lekeslekes » ; (ifleġleġ, iefîleġleġ, éd ifleġleġ, our ifleġleġ) ‖ flamber (jeter de grandes flammes) ‖ fig. « être flambant (être vêtu de très beaux habits) (le suj. étant une p.) ».

seffeleġleġ ⵙⴼⵍⴶⵍⴶ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (isfeleġleġ, iesîfeleġleġ, éd iseffeleġleġ, our isfeleġleġ) ‖ faire flamber.

tîfleġlîġ ⵜⴼⵍⴶⵍⴶ vn. f. 13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîfleġlîġ, our itefleġliġ) ‖ flamber hab. ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

sîfleġlîġ ⵙⴼⵍⴶⵍⴶ va. f. 1.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (isîfleġlîġ, our isefleġliġ) ‖ faire hab. flamber. Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/324 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/325 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/326 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/327 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/328 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/329 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/330 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/331 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/332 un angle saillant de montagne, de falaise, de colline, de dune, de relief de terrain qlconque, est syn. d’ăṅġour et de tiñhâr ‖ diffère de taṛmert « angle (qlconque, plan ou dièdre, aigu ou obtu, convexe ou concave, entre 2 ou plusieurs surfaces) » ‖ diffère d’ăżîr « angle saillant supérieur (d’une ch. qlconque qui est debout) » ‖ Illustration from Foucauld’s Dictionnaire touareg, page 333.png la figure représente un angle saillant de montagne : l’angle dièdre dont l’arête est AB s’appelle, sur toute la longueur AB, tăfensout, tămouht, ăṅġour, tiñhâr, taṛmert. Le point A seul s’appelle ăżir.

ⴼⵏⵥ efneż ⴼⵏⵥ va. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (ifnĕż, ifnâż, éd ifneż, our ifniż) ‖ diminuer (amoindrir) (en qualité, en grandeur, en qualité, en valeur) (act.) ‖ a aussi les s. pas., pron. et n. « être diminué », « se diminuer » et « diminuer (n.) » ‖ peut avoir pour suj. et pour rég. dir. des p., des an. et des ch. ‖ peut qlqf. se traduire par « faire baisser (en qualité, en valeur) » ‖ syn. d’ektem.

żefneż ⵥⴼⵏⵥ va. f. 1 ; conj. 150 « seksen » ; (iżżĕfneż, ieżżîfneż, éd iżefneż, our iżżefneż) ‖ faire diminuer (faire amoindrir) ‖ se c. av. 2 acc.

nefneż ⵏⴼⵏⵥ vn. f. 4 ; conj. 99 « bereġ » ; (innĕfneż, iennîfneż, éd iennefneż, our innefneż) ‖ être diminué au moyen l’un de l’autre (par la mise d’une partie du contenu du plus plein dans le moins plein) (le suj. étant des récipients inégalement pleins ou leur contenu) ‖ se dit de récipients qlconques, sacs, outres, bouteilles, vases, etc. contenant n’importe quoi ‖ ex. ibiaṛ ennĕfneżen ⁒ les outres ont été diminuées au moyen les unes des autres (on a fait passer une partie du contenu des outres les plus pleines dans les moins pleines) = êred innĕfneż daṛ belbâḍ ⁒ le blé a été diminué au moyen l’un de l’autre dans les petits sacs (on a fait passer une partie du blé des petits sacs les plus pleins dans les moins pleins).

żennefneż ⵥⵏⴼⵏⵥ va. f. 4.1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (iżnefneż, ieżînefneż, éd iżennefneż, our iżnefneż) ‖ diminuer au moyen l’un de l’autre (d. le s. ci. d.) (act.).

fânneż ⴼⵏⵥ va. f. 5 ; conj. 220 « kâssen » ; (ifânneż, our ifenneż) ‖ diminuer hab. (act.) ‖ a aussi les s. pas., pron. et n.

żâfnâż ⵥⴼⵏⵥ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (iżâfnâż, our iżefniż) ‖ faire hab. diminuer ‖ se c. av. 2 acc.

tânefnâż ⵜⵏⴼⵏⵥ vn. f. 4.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (itânefnâż, our itenefniż) ‖ être hab. diminué au moyen l’un de l’autre.

żânefnâż ⵥⵏⴼⵏⵥ va. f. 4.1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (iżânefnâż, our iżenefniż) ‖ diminuer hab. au moyen l’un de l’autre (act.).

ăfanaż ⴼⵏⵥ sm. nv. prim. ; φ (pl. ifenâżen ⴼⵏⵥⵏ), daṛ fenâżen ‖ fait de diminuer (act.) ‖ a aussi les s. pas., pron. et n. « fait d’être diminué », « fait de se diminuer » et « fait de diminuer (n.) ».

ăżefneż ⵥⴼⵏⵥ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. iżefnîżen ⵥⴼⵏⵥⵏ), daṛ żefnîżen ‖ fait de diminuer.

ănefneż ⵏⴼⵏⵥ sm. nv. f. 4 ; φ (pl. inefnîżen ⵏⴼⵏⵥⵏ), daṛ nefnîżen ‖ fait d’être diminué au moyen l’un de l’autre.

ăżennefneż ⵥⵏⴼⵏⵥ sm. nv. f. 4.1 ; φ (pl. iżennefnîżen ⵥⵏⴼⵏⵥⵏ), daṛ żennefnîżen ‖ fait de diminuer au moyen l’un de l’autre (act.).

ⴼⵓ faouet (Ta. 3) ⴼⵓⵜ vn. prim. ; conj. 94 « dalet (Ta. 3) » ; π (faouĕt, faouât, éd ieffaouet, our faouet) ‖ être gris pigeon avec ventre blanc (le suj. étant un âne).

tâfaouât (Ta. 5) ⵜⴼⵓⵜ vn. f. 11bis ; conj. 242 « tâharġât (Ta. 5) » ; (itâfaouât, our itefeouit) ‖ être hab. gris pigeon avec ventre blanc.

teffaouet ⵜⴼⵓⵜ sf. nv. prim. ; (pl. teffaouetîn ⵜⴼⵓⵜⵏ) ‖ fait d’être gris pigeon avec ventre blanc ‖ sign. aussi « gris pigeon avec ventre blanc (couleur gris pigeon avec ventre blanc) (en parlant d’un âne) ».

ăfaoua ⴼⵓⴰ sm. n. d’é. prim. ; (s. s. pl.) (fs. tăfaouat ⵜⴼⵓⵜ) ‖ âne gris pigeon avec ventre blanc.

ⴼⵓ ifaou ‖ v. oufou.

ⴼⵓ ⴼⵓ pi. adv. ‖ absolument ; complètement ; vraiment ‖ s’emploie pour fortifier une affirmation ou une négation, ou pour exprimer que qlq. ch. est fait complètement ou est vraiment fait ‖ ex. Koûka touġĕi fô ?K. a absolument refusé = ăk̤ immĕnda fô ⁒ le lait est entièrement fini complètement (le lait est complètement épuisé) = tellĕfed âs fô ? – ellĕfeṛ âs fô ⁒ tu l’as absolument répudiée. – je l’ai absolument répudiée (ou : tu l’as vraiment répudiée ? – je l’ai vraiment répudiée) ‖ peut qlqf. se traduire par « tout à fait » quand il accompagne une affirmation, et par « du tout » quand il accompagne une négation ‖ d. le s. « absolument », est syn. de gedgat ; diffère de gedgat en ce que celui-ci ne sign. ni « complètement » ni « vraiment ».

ⴼⵓ effô ⴼⵓ pi. interj. ‖ pouah ! (interj. exprimant le dégoût) ‖ exprime un dégoût plus grand qu’êḳ et que terd, qui sont syn. et signifient « fi ! ».

ⴼⵔ effer ⴼⵔ va. prim. ; conj. 27 « eddel » ; (iffĕr, iffâr, éd iffer, our iffir) ‖ cacher (mettre en un lieu secret ; couvrir ; soustraire aux regards ; céler) ‖ a aussi les s. pas. et pron. « être caché » et « se cacher » ‖ peut avoir pour suj. et pour rég. dir. des p., des an., des ch., des actes, des paroles, n’importe quoi ‖ diffère de settenkel « dérober aux regards ; faire se dérober aux regards », bien qu’il en soit syn. d. le s. « dérober aux regards » ‖ iffĕr imân nît « il s’est soustrait aux regards » est syn. d’ioukĕr imân nît empl. d. ce s.

soufer ⵙⴼⵔ va. f. 1 ; conj. 163 « soudel » ; ρ (iessoŭfer, iessoûfer, éd isoufer, our iessoufer) ‖ faire cacher ‖ se c. av. 2 acc. ‖ sign. aussi « faire se cacher (se c. av. 1 acc.) ». D. ce s., est syn. de settenkel.

nieffer ⵏⵉⴼⵔ va. f. 4 ; conj. 176 « miellel » ; (inĭeffer, ienîeffer, éd inieffer, our inieffer) ‖ se cacher réc. l’un à l’autre (se faire réc. l’un à l’autre un secret de).

nieffar ⵏⵉⴼⵔ va. f. 4 ; conj. 176 « miellel » ; (inĭeffar, ienîeffar, éd inieffar, our inieffar) ‖ m. s. q. le pr.

tâffer ⵜⴼⵔ va. f. 6 ; conj. 226 « tâddel » ; (itâffer, our iteffer) ‖ cacher hab. ‖ a aussi les s. pas. et pron.

soûfoûr ⵙⴼⵔ va. f. 1.18 ; conj. 260 « toûksâḍ » ; (isoûfoûr, our isoufour) ‖ faire hab. cacher ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

tînieffîr ⵜⵏⵉⴼⵔ va. f. 4.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itînieffîr, our itenieffir) ‖ se cacher hab. réc. l’un à l’autre.

tînieffâr ⵜⵏⵉⴼⵔ va. f. 4.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itînieffâr, our itenieffar) ‖ m. s. q. le pr.

oûfoûr ⴼⵔ sm. nv. prim. ; (pl. oûfoûren ⴼⵔⵏ) ‖ fait de cacher ‖ a aussi les s. pas. et pron. « fait d’être caché » et « fait de se cacher » ‖ peut souv. se traduire par « secret ». (Ex. ăouâl n oûfoûr, oua-h ⁒ des paroles de secret, cela (ce sont là des paroles secrètes)) ‖ s oûfoûr sign. souv. « en secret ». (Ex. ikk ê s oûfoûr ⁒ il est allé chez lui en secret). D. ce s., s oûfoûr est syn. d’es tikra.

ăsoûfer ⵙⴼⵔ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isoûfoûren ⵙⴼⵔⵏ), daṛ soûfoûren ‖ fait de faire cacher ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ănieffer ⵏⵉⴼⵔ sm. nv. f. 4 ; φ (pl. inieffîren ⵏⵉⴼⵔⵏ), daṛ ĕnieffîren ‖ fait de se cacher réc. l’un à l’autre.

ănieffar ⵏⵉⴼⵔ sm. nv. f. 4 ; φ (pl. inieffâren ⵏⵉⴼⵔⵏ), daṛ ĕnieffâren ‖ m. s. q. le pr.

ăseggeffer ⵙⴳⴼⵔ sm. φ (pl. iseggeffâr ⵙⴳⴼⵔ), daṛ seggefâr ‖ cachette (endroit secret servant de magasin pour cacher et conserver les choses) ‖ depuis l’occupation française, la plupart des Kel-Ăhaggar conservent leurs provisions, objets précieux, réserves de toute sorte dans des maisons des villages élevés aux points de culture ; avant l’occupation française, ils les conservaient dans des cachettes difficiles à découvrir ; maintenant encore, ceux qui n’ont pas de maisons se servent de ces cachettes : elles sont de 3 espèces principales : les 1èrs sont des cavernes naturelles où on suspend ce qu’on veut cacher (tesâlit) ; les 2des sont des trous dans le sol où on enterre les choses et qu’on recouvre de simulacres d’édebni « sépulture préhistorique » ou d’aġror « enclos en pierres sèches (d’environ 1m de diamètre et 0m,75c de hauteur, servant à enfermer les chevreaux) », afin de les retrouver et de dépister les voleurs ; les 3es sont des amas de pierres appelés tăddat qu’on fait sur les provisions, effets, etc., après avoir entassés ceux-ci sur le sol, de manière à les presser, recouvrir et cacher complètement sous les pierres. Ces 3 espèces de cachettes sont des ăseggeffer.

afraou ⴼⵔⵓ sm. φ (pl. ifraouen ⴼⵔⵓⵏ), daṛ ĕfraou (ăfraou), daṛ ĕfraouen ‖ plume (d’oiseau) ‖ p. ext. « feuille (plate et ayant une largeur appréciable) (de végétal) ; aile (toute entière, os, chair et plumes) (d’oiseau ou d’insecte) » ‖ d. le s. « aile (toute entière, os, chair et plumes) (d’oiseau) », est syn. de tefâkfak ‖ n’a jamais le s. « partie osseuse et charnue de l’aile (aile sans les plumes) » qu’a tefâkfak. Dans une phrase com. « il a mangé une aile d’oiseau », on emploie toujours tefâkfak, jamais afraou ‖ les Kel-Ăh. distinguent 3 espèces de feuilles : l’afraou « feuille (plate et ayant une largeur appréciable) », nom des feuilles d’olivier, de figuier, de vigne, de blé, d’orge, etc. ; l’éla « feuilles minuscules (d’abseṛ de tămat, d’ahtes, de taġġart, ou d’autres arbres ayant des feuilles minuscules) », nom collectif qu’on donne aux feuilles de certains arbres qui sont extrêmement petits ; l’ăloubbou « aiguille (d’arbre dont le feuillage consiste non en feuilles un peu larges et plats, mais en aiguilles) », nom des aiguilles des tamarix et des autres arbres à aiguilles.

tăfaraout ⵜⴼⵔⵓⵜ sf. φ (pl. tiferouîn ⵜⴼⵔⵓⵏ), daṛ tferouîn ‖ pièce de peau servant d’auge portative (pour faire boire les an.) ‖ la tăfaraout se pose à terre, ses bords étant exhaussés et soutenus par des pierres ou du sable, ou bien elle est cousue à un cerceau et placée sur un pied portatif fait de bâtons assemblés ‖ p. ext. « auge (qlconque, de n’importe quelle matière et dimension, portative ou maçonnée) » ‖ p. ext. « petite plaque de verdure (petite place couverte de végétation) ». Se dit de toute petite plaque de végétation persistante ou non, que la verdure soit une herbe rase ou qu’elle consiste en grands arbres.

afer ⴼⵔ sm. φ (pl. iferren ⴼⵔⵏ), daṛ ĕfer (ăfer), daṛ ferren ‖ pan (d’un vêtement qui a 2 extrémités pendantes) ‖ se dit des 2 extrémités pendantes d’un burnous, d’un k̤aiki, d’un abroṛ, et de tous les vêtements qui ont la forme d’une couverture ou d’un manteau et présentent 2 extrémités pendantes ‖ p. ext. « vêtement consistant en une pièce d’étoffe rectangulaire (de matière et couleur qlconques, de 2 à 3 mètres de long et d’1 à 2 mètres de large) ». Ce vêtement est porté par les h. et les f. pardessus leurs autres habits ; ils s’en couvrent la tête et s’en entourent le haut du corps ; les h. le portent hab. court et étroit, les fem. long et large ‖ p. ext. « aile (extrémité de droite ou de gauche) [d’une armée, d’une troupe rangée en bataille, d’une collection de p. rangées com. une troupe en bataille) » ‖ p. ext. « longueur (étendue dans le sens opposé à la largeur) [d’une étoffe ou d’une peau] ». D. ce s., est opposé à ăġoûlmous « largeur (étendue dans le sens opposé à la longueur) [d’une étoffe ou d’une peau] ». v. ⵂⴶⵔ heġret (Ta. 3), tezzeġret. (Ex. élem ouâ-reṛ, afer ennît essin ṛallen, ăġoûlmous ennît ien ⁒ cette peu-ci, sa longueur [est de] 2 coudées, sa largeur [est d’]une) ‖ il afer d ăġoûlmous sign. « il a de la longueur et de la largeur (il est long et large ; il est considérable) (le suj. étant une armée, une troupe de p., une ville, un campement) ». (Ex. aṛrem ouâ-reṛ il afer d ăġoûmous ⁒ cette ville a de la longueur et de la largeur (cette ville est longue et large ; cette ville est considérable)).

afara ⴼⵔⴰ sm. φ (pl. iferouân ⴼⵔⵓⵏ), daṛ ĕfara (ăfara), daṛ ferouân ‖ lieu couvert de végétation persistante ‖ se dit de lieux de dimension qlconque couverts de n’importe quelle végétation persistante, arbres, arbrisseaux, ou herbages ‖ p. ext. « campagne (terrain qui n’est ni ville ni village) » ‖ p. ext. i n ĕfara « un de la campagne » sign. qlqf. « bâtard ». Toutes les phrases analogues, dans lesquelles on dit qu’un enfant est « de la campagne » signifient souv. qu’il est bâtard. D. ce s., i n ĕfara est syn. d’i n ĕġăma « un de la campagne » et d’i n tĕnéré « un de la plaine ». (Ex. ăbaraḍ ouâ-reṛ i n ĕfara ⁒ cet enfant un de la campagne (cet enfant est un bâtard)) ‖ p. ext. oua n ĕfara « celui de la campagne » et oua n ferouân « celui des campagnes » sign. qlqf. « chacal ». v. ⴱⴳ ébeggi ‖ d. le s. « lieu couvert de végétation persistante », diffère d’éfei « lieu assez étendu boisé de grands arbres » et d’amteṛ « lieu assez étendu couvert d’arbres ou d’arbrisseaux assez élevés et denses ». v. êfi, éfei ‖ d. le s. « campagne », est syn. d’aġăma.

afert ⴼⵔ⵿ⵜ sm. φ (pl. iferten ⴼⵔ⵿ⵜⵏ), daṛ ĕfert (ăfert), daṛ ferten ‖ demi-boitier (d’un miroir) ‖ les Kel-Ăh. se servent de petits miroirs ronds en verre de 5 ou 6 centimètres de diamètre, de fabrication européenne, enfermés dans des boitiers en métal ou en bois ; les boitiers sont composés de 2 disques de métal ou de bois ; dans l’un est encastré le miroir, l’autre sert de couvercle ; chacun de ces 2 disques s’appelle afert.

ăfarra ⴼⵔⴰ sm. φ (pl. ifarrân ⴼⵔⵏ), daṛ farrân ‖ clôture (enceinte formée d’une haie, d’un mur, etc., de n’importe quelles matière et dimension) ‖ p. ext. « haie sèche (formant ou non clôture) » ‖ p. ext. « enclos (espace fermé par une clôture) » ‖ d. les 3 s. « clôture », « haie sèche », « enclos », est syn. d’afaraġ ; n’a pas les autres sens d’afaraġ ; d. le s. « clôture », est syn. d’afreġ et d’afrouġ.

tâfré ⵜⴼⵔⵉ sf. (pl. tâfriouîn ⵜⴼⵔⵓⵏ) ‖ petit mur en pierres sèches (entourant partiellement une tente ou un abri qlconque pour les protéger du vent) ‖ les tâfré ont 0m,50c à 1m,25c de haut ; on les fait autour des tentes, ou quand on n’a pas de tente, autour de la place où on couche, pour se protéger du vent.

té̆ffart ⵜⴼⵔ⵿ⵜ sf. (pl. tifrîn ⵜⴼⵔⵏ), daṛ tifrîn ‖ entrave (pour membres antérieurs, en corde) ‖ la té̆ffart est une corde en peau, bourre de palmier, poil, laine, etc., qui s’attache d’une part à une jambe de devant, de l’autre à l’autre, et dont la longueur est calculée de manière que l’an. ne puisse faire que des très petits pas. La té̆ffart se met surtout aux chameaux, chevaux, ânes et bœufs ‖ p. ext. « paturon (partie située entre la boulet et le pied) (chez les quadrupèdes) ; partie de la jambe située immédiatement audessus de la cheville (chez les p.) » ‖ diffère d’ămahous « entrave (pour bipède latéral ou bipède diagonal, en corde) » ‖ diffère de tihebeġiouîn « entraves en fer (formés de 2 anneaux de fer s’ouvrant et se fermant au moyen d’une clef réunis par une tige ou une chaine de fer) ».

tăfereouit ⵜⴼⵔⵓⵜ sf. φ (pl. tifereouîtîn ⵜⴼⵔⵓⵜⵏ), daṛ tfereouîtîn ‖ licol en cuir avec sa longe (ensemble formé par un licol en cuir et sa longe) ‖ ne se dit que des licols formés de courroies plates en cuir ou de bandes de peau un peu larges ‖ diffère de terêouit « licol en corde avec sa longe (ensemble formé par un licol en corde avec sa longe) » ‖ hab., les Kel-Ăh. ne mettent de tăfereouit qu’aux chevaux ; aux autres an. ils mettent des terêouit ‖ v. ⴶⵔⴹ éġereḍ.

ⴼⵔ efer ⴼⵔ (Ăd., Ăir) va. prim. ; conj. 30 « ebeḍ » ; (ifĕr, ifâr, éd ifer, our ifir) ‖ louer (prendre en location ; donner en location) ‖ syn. d’ekri (Ăh.) ‖ non. us. dans l’Ăh.

ⴼⵔ éferi ⴼⵔⵉ sm. φ (pl. iferân ⴼⵔⵏ), daṛ ăferi (ĕferi), daṛ ferân ‖ aiguille rocheuse (qlconque) ‖ diffère d’ăḍaouḍa « aiguille rocheuse très mince (ressemblant à un doigt) ». Tout ăḍaouḍa est un éferi, mais non inversement.

téferit ⵜⴼⵔⵜ sf. φ (pl. tiferâtîn ⵜⴼⵔⵜⵏ), daṛ tăferit (tĕferit), daṛ tferâtîn ‖ dim. du pr.

éferé ⴼⵔⵉ sm. φ (pl. iferîten ⴼⵔⵜⵏ), daṛ ăferé (ĕferé), daṛ ferîten ‖ vent présage de pluie ‖ se dit de tout vent, fort ou faible, chaud ou froid, qui semble précurseur de pluie ‖ v. ⴹⵔ tăḍarout.

ⴼⵔ tafoûré ⵜⴼⵔⵉ sf. φ (pl. tiferaouîn ⵜⴼⵔⵓⵏ), daṛ tĕfoûré (tăfoûré), daṛ tfoûraouîn ‖ maladie de peau consistant en taches blanches accompagnées de faibles démangeaisons ‖ la tafoûré atteint les p. de tout âge, et les an. ; lorsqu’elle est forte, il sort des taches blanches un peu d’eau, mais pas de pus ; elle se manifeste en n’importe quelle partie du corps ‖ diffère d’ăneṛou « maladie de peau consistant en taches blanches accompagnées de fortes démangeaisons », qui signifie une maladie analogue, mais plus grave, qui peut atteindre les p. dans n’importe quelle partie du corps mais qui n’atteint pas les an., et dans laquelle, quand elle est forte, un peu de pus sort des taches blanches. L’ăneṛou atteint les p. de tout âge.

ⴼⵔ tăfirt ⵜⴼⵔ⵿ⵜ sf. φ (pl. tifir ⵜⴼⵔ), daṛ tfir ‖ mot (une syllabe ou plusieurs syllabes réunies exprimant une idée) ‖ p. ext. « qlq. paroles (paroles en petit nombre) » ‖ p. ext. « vers (assemblage de mots rythmés d’après des règles déterminées, en poësie) ». Le sing. tăfirt signifie un vers, le pl. tifir sign. 2 ou plusieurs vers.

ⴼⵔ ăferra ‖ v. ⴼⵔⵉ afri.

ⴼⵔ teferré ‖ v. ⴼⵔⵔ ifrar.

ⴼⵔⴷ efred ⴼⵔⴷ vn. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (ifrĕd, ifrâd, éd ifred, our ifrid) ‖ brouter (manger des végétaux sur pied) ‖ se dit d’un an. qui broute des végétaux qlconques sur pied, arbres, arbrisseaux, herbages, herbe, etc. ‖ fig. « manger (n.) (le suj. étant une p.) » ; expr. de dédain dans laquelle le suj. est regardé com. un ruminant ‖ dans l’Ăir et chez les Ioul., efred ne signifie pas « brouter » mais « chercher (act.) » ; il est syn. d’eġmi (Ăh.) ; il n’a pas ce s. dans l’Ăh. ‖ diffère d’eḍen « paître (surveiller au pâturage) [des an.] (le suj. étant une p.) (act.) ; paître (être au pâturage) (le suj. étant un an.) (n.) », en ce que l’an. au pâturage ne broute pas continuellement mais par moments.

sefred ⵙⴼⵔⴷ va. f. 1 ; conj. 150 « seksen » ; (issĕfred, iesîfred, éd isefred, our issefred) ‖ faire brouter.

fârred ⴼⵔⴷ vn. f. 5 ; conj. 220 « kâssen » ; (ifârred, our iferred) ‖ brouter hab.

sâfrâd ⵙⴼⵔⴷ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâfrâd, our isefrid) ‖ faire hab. brouter.

ăfarad ⴼⵔⴷ sm. nv. prim. ; φ (pl. iferâden ⴼⵔⴷⵏ), daṛ ferâden ‖ fait de brouter.

ăsefred ⵙⴼⵔⴷ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isefrîden ⵙⴼⵔⴷⵏ), daṛ sefrîden ‖ fait de faire brouter.

feroured ⴼⵔⵔⴷ vn. prim. ; conj. 52 « keroukeḍ » ; ρ (ifrared, iefîrared, éd ifroured, our ifrared) ‖ brouter en prenant une bouchée ici, une bouchée là (brouter en prenant une bouchée, marchant un peu, prenant une autre bouchée, et ainsi de suite) ‖ se dit des an. tout jeunes qui commencent à manger de l’herbe et ne la mangent pas encore d’une manière continue, des an. vieux, malades, ou très fatigués qui n’ont pas la force de brouter régulièrement, etc.

sefferoured ⵙⴼⵔⵔⴷ va. f. 1 ; conj. 138 « sekkeroukeḍ » ; ρ (isferared, iesîferared, éd isefferoured, our isferared) ‖ faire brouter en prenant une bouchée ici, une bouchée là.

tîfroûroûd ⵜⴼⵔⵔⴷ vn. f. 14 ; conj. 249 « tîkroûkoûḍ » ; (itîfroûroûd, our itefrouroud) ‖ brouter hab. en prenant une bouchée ici, une bouchée là.

sîfroûroûd ⵙⴼⵔⵔⴷ va. f. 1.14 ; conj. 249 « tîkroûkoûḍ » ; (isîfroûroûd, our isefrouroud) ‖ faire hab. brouter en prenant une bouchée ici, une bouchée là.

ăfroûroûd ⴼⵔⵔⴷ sm. nv. prim. ; φ (pl. ifroûroûden ⴼⵔⵔⴷⵏ), daṛ ĕfroûroûden ‖ fait de brouter en prenant une bouchée ici, une bouchée là.

ăsefferoûred ⵙⴼⵔⵔⴷ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isefferoûroûden ⵙⴼⵔⵔⴷⵏ), daṛ sefferoûroûden ‖ fait de faire brouter en prenant une bouchée ici, une bouchée là.

ⴼⵔⴹ efreḍ ⴼⵔⴹ ✳ va. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (ifrĕḍ, ifrâḍ, éd ifreḍ, our ifriḍ) ‖ balayer [le sol (en enlevant les ordures qui sont à sa surface avec un instrument qlconque ou avec la main) ; les ordures (en les enlevant de la surface du sol avec un instrument qlconque ou avec la main)] ‖ a aussi les s. pas. et pron. « être balayé » et « se balayer » ‖ fig. « chasser (faire partir d’un endroit) rudement et vivement [une p. ou un an.] » ‖ diffère d’esfeḍ « nettoyer [une p., un an., une ch.] (en brossant, époussetant, essuyant, enlevant par un procédé qlconque, à sec et sans secouer, la poussière, le sable, la terre, la matière en poudre qlconque qui sont sur eux) ; enlever [la poussière, le sable, la terre, une matière en poudre qlconque de sur une p., un an., une ch.] (en brossant, époussetant, essuyant, ou par un autre procédé, à sec et sans secouer) ».

sefreḍ ⵙⴼⵔⴹ va. f. 1 ; conj. 150 « seksen » ; (issĕfreḍ, iessîfreḍ, éd isefreḍ, our issefreḍ) ‖ faire balayer ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. du prim. au s. act.

tefreḍ ⵜⴼⵔⴹ vn. f. 3bis ; conj. 99 « bereġ » ; (ittĕfreḍ, iettîfreḍ, éd iettefreḍ, our ittefreḍ) ‖ être balayé ; se balayer ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

fârreḍ ⴼⵔⴹ va. f. 5 ; conj. 220 « kâssen » ; (ifârreḍ, our iferreḍ) ‖ balayer hab. ‖ a aussi les s. pas. et pron. ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

sâfrâḍ ⵙⴼⵔⴹ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâfrâḍ, our isefriḍ) ‖ faire hab. balayer ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

tâtefrâḍ ⵜⵜⴼⵔⴹ vn. f. 3bis.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (itâtefrâḍ, our itetefriḍ) ‖ être hab. balayé ; se balayer hab. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 3bis.

tîfrâḍ ⵜⴼⵔⴹ vn. f. 3bis.13 ; conj. 247 « tîksân » ; (itîfrâḍ, our itefriḍ) ‖ m. s. q. le pr.

ăfaraḍ ⴼⵔⴹ sm. nv. prim. ; φ (pl. iferâḍen ⴼⵔⴹⵏ), daṛ ferâḍen ‖ fait de balayer ‖ a aussi les s. pas. et pron. « fait d’être balayé » et « fait de se balayer » ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsefreḍ ⵙⴼⵔⴹ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isefrîḍen ⵙⴼⵔⴹⵏ), daṛ sefrîḍen ‖ fait de faire balayer ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ătefreḍ ⵜⴼⵔⴹ sm. nv. f. 3bis ; φ (pl. itefrîḍen ⵜⴼⵔⴹⵏ), daṛ tefrîḍen ‖ fait d’être balayé ; fait de se balayer ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 3bis.

tăsefreṭ ⵜⵙⴼⵔⵟ sf. φ (pl. tisefrâḍ ⵜⵙⴼⵔⴹ), daṛ tsefrâḍ ‖ balai (objet qlconque servant à balayer les ordures).

ⴼⵔⴹ efreḍ ⴼⵔⴹ ✳ vn. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (ifrĕḍ, ifrâḍ, éd ifreḍ, our ifriḍ) ‖ être obligatoire (en vertu de la loi divine) ‖ p. ext. « être obligatoire (en vertu d’un commandement humain) » ‖ l’expr. d’origine touaregue hab. employée pour signifier « être obligatoire (en vertu de la loi divine) » et « être obligatoire (en vertu d’un commandement humain) » est le v. ăour « être sur » empl. d. le s. « être nécessaire pour », ayant pour suj. la ch. obligatoire, pour rég. dir. les p. pour lesquelles elle est obligatoire, pour rég. ind. un mot signifiant Dieu ou une p. accompagné de ṛour « de chez ». (Ex. ămoud iouâr i ṛour Mess-îneṛ ⁒ la prière est sur moi (est nécessaire pour moi) de chez Dieu (la prière est obligatoire pour moi de la part de Dieu)) ‖ peu us.

sefreḍ ⵙⴼⵔⴹ va. f. 1 ; conj. 150 « seksen » ; (issĕfreḍ, iessîfreḍ, éd isefreḍ, our issefreḍ) ‖ rendre obligatoire (d. le s. ci. d.) ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

fereḍ ⴼⵔⴹ sm. (pl. fereḍen ⴼⵔⴹⵏ) ‖ obligation (imposée par la loi divine) ‖ est opposé à essounnet empl. d. le s. « obligation (imposée par la tradition religieuse) » ‖ p. ext. « obligation (imposée par un commandement humain) » ‖ p. ext. « mort ». Fereḍ est empl. dans le s. « mort », parce que la mort est une nécessité imposée à l’hom. par Dieu.

elfereḍ ⵍⴼⵔⴹ sm. (pl. elfereḍen ⵍⴼⵔⴹⵏ) ‖ m. s. q. le pr.

ⴼⵔⴹⵙ éferḍis ⴼⵔⴹⵙ sm. φ (pl. éferḍechchân ⴼⵔⴹⵛⵏ), daṛ ăferḍis (ĕferḍis), daṛ ferḍechchân ‖ fragment de datte (fragment grand ou petit d’une datte fraîche ou sèche) ‖ p. ext. « très petit fragment (d’un corps solide et sec qlconque) ». Se dit de tout fragment d’un corps solide et sec ayant moins de 0m,03c de diamètre, p. ex. d’un très petit fragment de sucre, de sel, de fromage, de pain, etc. ‖ d. le s. « très petit fragment », diffère d’ăkoûrmis « petit fragment (d’un corps solide et sec qlconque) », qui se dit de tout fragment d’un corps solide et sec ayant moins de 0m,08c de diamètre ; tout éferḍis est un ăkoûrmis, mais non inversement ‖ v. ⴼⵔⵙ efres, afres.

ⴼⵔⴼⴷ ferfadé ⴼⵔⴼⴷⵉ sm. (n. d’u. et col.) (pl. de div. ou p. n. ferfadîten ⴼⵔⴼⴷⵜⵏ) ‖ nom d’une plante non persistante (ar. « oumm k̤emla »).

ⴼⵔⴼⵔ ăfârfar ⴼⵔⴼⵔ sm. φ (n d’u. et col.) (pl. de div. ou p. n. ifârfâren ⴼⵔⴼⵔⵏ), daṛ fârfâren ‖ nom d’une plante non persistante (« crotolaria Saharae Cosson » (B.T.)) (ar. « foûla »).

ⴼⵔⴼⵔ tăferfera ⵜⴼⵔⴼⵔⴰ sf. φ (pl. tiferferiouîn ⵜⴼⵔⴼⵔⵓⵏ), daṛ tferferiouîn ‖ fourré (d’arbres qlconques) ‖ se dit d’arbres qlconques très rapprochés et mêlés de jeunes pousses de manière à former une végétation touffue et difficile à pénétrer.

ⴼⵔⴶ efreġ ⴼⵔⴶ va. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (ifrĕġ, ifrâġ, éd ifreġ, our ifriġ) ‖ entourer d’une clôture ‖ a aussi les s. pas. et pron. « être entouré d’une clôture » et « s’entourer d’une clôture » ‖ se dit de tout ce qu’on entoure d’une enceinte de n’importe quelles matière et dimension ‖ fig. « être entouré d’un halo (le suj. étant le soleil ou la lune) ».

sefreġ ⵙⴼⵔⴶ va. f. 1 ; conj. 150 « seksen » ; (issĕfreġ, iessîfreġ, éd isefreġ, Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/343 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/344 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/345 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/346 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/347 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/348 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/349 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/350 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/351 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/352 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/353 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/354 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/355 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/356 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/357 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/358 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/359 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/360 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/361 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/362 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/363 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/364 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/365 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/366 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/367 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/368 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/369 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/370 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/371 Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/372 fait d’être tendu com. tapis ; fait d’être tendu de tapis ; fait de se tendre com. tapis ; fait de se tendre de tapis.

ăsefteṛ ⵙⴼⵜⵗ sm. φ (pl. iseftâṛ ⵙⴼⵜⵗ), daṛ seftâṛ ‖ tapis (tapis proprement dit, couverture, tissu, natte, peau, paille, ch. qlconque qu’on étend pour servir de tapis) ‖ syn. de tafteḳ empl. d. ce s., et moins us. que tafteḳ.

ⴼⵜⵙ téfetest ⵜⴼⵜⵙ⵿ⵜ sf. φ (pl. tifetesîn ⵜⴼⵜⵙⵏ), daṛ tăfestest (tĕfetest), daṛ tfetesîn ‖ ocre rouge sous forme de pierre tendre ‖ la téfetest, réduite en poudre, sert de fard pour le visage des femmes et qlqf. de remède pour les yeux ‖ diffère de makara « ocre jaune sous forme de pierre tendre » ‖ diffère de tămeġhoit « ocre rouge sous forme de terre ».

ⴼⵜⵥ ăfteżżen ⴼⵜⵥⵏ sm. φ (n. d’u. et col.) (pl. de div. ou p. n. ifteżżân ⴼⵜⵥⵏ), daṛ ĕfteżżân ‖ nom d’une plante non persistante (« zilla macroptera Cosson » (B.T.)) (ar. « chebreg »).

ăfteżżen em Makket ⴼⵜⵥⵏⵎⴾⵜ (m. à m. « ăfteżżen de La Mecque ») sm. φ (col. s. n. d’u.) (pl. de div. ifteżżân em Makket ⴼⵜⵥⵏⵎⴾⵜ), daṛ ĕfteżżân em Makket ‖ pois chiches.

ⴼⵟⵉ tăffeṭṭouit ‖ v. ⴼⴹⵉ feḍei.

ⴼⵥ effeż ⴼⵥ va. prim. ; conj. 27 « eddel » ; (iffĕż, iffâż, éd iffeż, our iffiż) ‖ mâcher (broyer avec les dents) ‖ a aussi les s. pas. et pron. « être mâché » et « se mâcher ».

neffeż ⵏⴼⵥ vn. f. 4 ; conj. 99 « bereġ » ; (innĕffeż, iennîffeż, éd ienneffeż, our inneffeż) ‖ être mâché ‖ ne s’empl. qu’au fig., le suj. étant un membre de p. ou d’an., une étoffe, une peau, comprimés par accident entre 2 corps durs, pour exprimer qu’ils ont été meurtris et broissés et com. mâchés.

tâffeż ⵜⴼⵥ va. f. 6 ; conj. 226 « tâddel » ; (itâffeż, our iteffeż) ‖ mâcher hab. a aussi les s. pas. et pron.

tâneffâż ⵜⵏⴼⵥ vn. f. 4.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (itâneffâż, our iteneffiż) ‖ être hab. mâché ‖ a le s. c. à c. de la f. 4.

oûfoûż ⴼⵥ sm. nv. prim. ; (pl. oûfoûżen ⴼⵥⵏ) ‖ fait de mâcher ‖ a aussi les s. pas. et pron. « fait d’être mâché » et « fait de se mâcher ».

ăneffeż ⵏⴼⵥ sm. nv. f. 4 ; φ (pl. ineffîżen ⵏⴼⵥⵏ), daṛ neffîżen ‖ fait d’être mâché ‖ a le s. c. à c. de la f. 4.

ⴼⵥ feżż ⴼⵥ sm. (s. s. pl.) ‖ « feżż » ; mot sans signification figurant le bruit d’un liquide ou d’un gaz enfermés dans un récipient qui en jaillissent avec force, ou celui d’une ch. qui est projetée à terre avec violence ‖ sign. aussi « bruit produit par un vent sortant du fondement ». v. ⵔⴹ ereḍ.

enfeż ⵏⴼⵥ va. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (infĕż, infâż, éd infeż, our infiż) ‖ faire faire « feżż » (faire tomber bruyamment par terre en lui faisant produire le son « feżż » [une p., un an., une ch.] ; faire ronfler bruyamment [le feu] (en accumulant le bois et l’allumant de manière qu’il fasse un grand feu produisant le son « feżż »)) ‖ a aussi le s. pas. « être fait faire « feżż » (faire « feżż ») (d. le s. ci. d.) ».

nâffeż ⵏⴼⵥ va. f. 5 ; conj. 220 « kâssen » ; (inâffeż, our ineffeż) ‖ faire hab. faire « feżż » ‖ a aussi le s. pas.

ănafaż ⵏⴼⵥ sm. nv. prim. ; φ (pl. inefâżen ⵏⴼⵥⵏ), daṛ nefâżen ‖ fait de faire faire « feżż » ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être fait faire « feżż » ».

feżżâman ⴼⵥⵎⵏ sm. (s. et pl.) ‖ nom d’une plante non persistante (« mesembryanthemum edule L » (B. T.)) ‖ le feżżâman a ses feuilles gonflées d’eau qui jaillit quand on les buise.

tăféżża ⵜⴼⵥⴰ sf. φ (pl. tiféżżaouîn ⵜⴼⵥⵓⵏ), daṛ tféżżaouîn ‖ urine (d’an.) ‖ p. ext. sign. qlqf. « urine (d’humain) ». D. ce s., est syn. d’ăouas et d’ăhîda ‖ d. le s. « urine (d’an.) », est syn. d’ăouas.

ⴼⵥ afeżou ⴼⵥⵓ sm. φ (n. d’u. et col.) (pl. de div. ou p. n. ifeżouân ⴼⵥⵓⵏ) daṛ ĕfeżou (ăfeżou), daṛ feżouân ‖ nom d’une plante persistante (« panicum turgidum Forsk » (B. T.)) (ar. « merkeba ») ‖ p. ext. « grain produit par l’afeżou ». Le grain d’afeżou est comestible ‖ l’afeżou pousse par touffes : afeżou employé comme n. d’u. signifie « une touffe d’afeżou » ; afeżou employé comme pl. de p. n. signifie « des touffes d’afeżou ».

tăfeżout ⵜⴼⵥⵜ sf. φ (n. d’u. et col.) (pl. de div. ou p. n. tifeżoûtîn ⵜⴼⵥⵜⵏ), daṛ tfeżoûtîn ‖ nom d’une plante non persistante ‖ la tăfeżout ressemble à l’afeżou, mais est plus tendre que lui.

tălenfeżout ⵜⵍⵏⴼⵥⵜ sf. φ (n. d’u. et col.) (pl. de div. ou p. n. tilenfeżoûtîn ⵜⵍⵏⴼⵥⵜⵏ, tilenfeża ⵜⵍⵏⴼⵥⴰ), daṛ tlenfeżoûtîn, daṛ tlenfeża ‖ nom d’une plante non persistante ‖ la tălenfeżout ressemble à l’afeżou et à la tăfeżout.

ⴼⵥⵎⵏ feżżâman ‖ v. ⴼⵥ feżż.