Dictionnaire touareg – français/J

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par André Basset, Imprimerie nationale de France (p. 708-714).
◄  I
K   ►

J 

tâjit ⵜⵋⵜ sf. (n. d’u. et col.) (pl. de div. ou p. n. tâjîtîn) ‖ nom d’une plante non persistante ‖ sign. aussi « grain produit par la tâjit ». 
Le grain produit par la tâjit est comestible ‖ la tâjit n’existe pas 
dans l’Ăh. ; elle abonde dans l’Ăd.

âji ⵋⵉ sm. (pl. âjîten ⵋⵜⵏ) ‖ poële à frire ; marmite en métal ‖ 
us. dans l’Ăj. ; très peu us. dans l’Ăh.

ijjet ‖ v. iġat (Ta. 4).

ⵋⴱⵔ ăjabbar ⵋⴱⵔ ✳ sm. φ (pl. ijabbâren ⵋⴱⵔⵏ ; fs. tăjabbart ⵜⵋⴱⵔ⵿ⵜ ; 
fp. tijabbârîn ⵜⵋⴱⵔⵏ), daṛ jabbâren, daṛ tjabbârîn ‖ hom. de l’époque 
préhistorique ‖ les Kel-Ăh. ne connaissent les ăjabbar que par leur tom­beaux, nombreux dans l’Ăh., l’Ăj., l’Ăd. et l’Ăir, et appelés édebni, par 
des enceintes de pierres, des cercles et d’autres dessins tracés sur le sol en 
pierres de champ, qu’ils savent faits par eux mais dont ils ignorent 
l’usage, par les haches, meules dormantes, plats, pilons et autres instru­ments en pierre polie qu’ils trouvent en certains lieux et savent leur 
œuvre, par de rares légendes qui les représentent com. des géants 
idolâtres dont certains étaient des ogres, et par qlq. superstitions dont 
la principale consiste à aller dormir contre les pierres d’un tombeau 
préhistorique pour que l’ăjabbar qui y est enterré apparaisse et 
donne des nouvelles des absents ‖ v. ⴾⵍⴾⵍ akelkel, témekelkelt.

ăzabbar ⵣⴱⵔ sm. φ (pl. izabbâren ⵣⴱⵔⵏ ; fs. tăzabbart ⵜⵣⴱⵔ⵿ⵜ ; fp. 
tizabbârîn ⵜⵣⴱⵔⵏ), daṛ zabbâren, daṛ tzabbârîn ‖ m. s. q. le pr. ‖ 
peu us.

ⵋⴷ ijjed ‖ v. ⴶⴷ seġed.

ⵋⴷ ajed ⵋⴷ ✳ vn. prim. ; conj. 66 « aġer » ; ρ (ioujĕd, ioujâd, éd iajed, our 
ioujid) ‖ être préparé ‖ p. ext. « être chose courante ; être chose abon­dante » ‖ d. le s. « être préparé », est syn. d’eken ‖ d. le s. « être ch. courante », 
est syn. d’oumas a tt illân ‖ d. le s. « être ch. abondante » est syn. 
d’iġat (Ta. 4) et d’alou ‖ très peu us.

jijed ⵋⵋⴷ va. f. 1 ; conj. 172 « siġer » ; ρ (iejjoŭjed, iejjoûjed, éd ijijed, 
our iejjoujed) ‖ préparer ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăjjad ⵋⴷ sm. nv. prim. ; (pl. ăjjâden ⵋⴷⵏ) ‖ fait d’être préparé ‖ a t. 
les s. c. à c. du prim.

ăjîjed ⵋⵋⴷ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. ijîjîden ⵋⵋⴷⵏ), daṛ jîjîden ‖ fait 
de préparer ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ⵋⴹ jiṭ ⵋⵟ sm. (s. s. pl.) ‖ bruit produit par un vent sortant du fonde­ment ‖ v. ⵔⴹ ereḍ.

ⵋⴳⵎⵋⴳⵎ jegemjegem ⵋⴳⵎⵋⴳⵎ (Ăir) va. prim. ; conj. 42 « lekeslekes » ; (ijgemjegem, 
iejîgemjegem, éd ijgemjegem, our ijgemjegem) ‖ faire aller à 
l’amble ou au petit trot (faire aller à l’une des 3 allures appelées 
tétalist « amble », senât-senât « petit trot ralenti », ăkaboûr « petit 
trot ») [un chameau qu’on monte] (act.) ; aller à l’amble ou au petit trot (d. le s. ci. d.) (le suj. étant une p. montant un chameau, ou un chameau 
monté) (n.) ‖ syn. de regiregi ‖ v. ⵂⵍ ahel « courir » ‖ non us. dans 
l’Ăh.

ⵋⵂⴷ jouhed ⵋⵂⴷ ✳ va. prim. ; conj. 39 « houreġ » ; ρ (iejoŭhed, iejoûhed, éd 
ijouhed, our iejouhed) ‖ faire la guerre sainte contre [des non-musulmans] (le suj. étant des musul­mans) ‖ sign. aussi « faire tous ses efforts [pour une p., un an., une ch.] (n.) ». Ce pour quoi 
on fait tous ses efforts est à l’abl. et accompagné d’une prép. qui est hab. 
foull « pour » ‖ ex. Kenân iejoûhed ikoûfârK. fait la guerre sainte 
contre les payens = Bêdé iejoûhed foull tleḳḳéouînB. fait tous ses 
efforts pour les pauvres (B. fait tous ses efforts pour faire du bien aux 
pauvres) = Biska iejoûhed foull ferġân nîtB. fait tous ses efforts 
pour ses jardins (B. fait tous ses efforts pour le bon état de ses jardins) ‖ 
d. le s. « faire tous ses efforts », est syn. de chedded ‖ le mot d’origine 
touaregue hab. employé pour exprimer « faire tous ses efforts » est 
ases « faire effort sur » ‖ peu us.

tîjoûhoûd ⵜⵋⵂⴷ va. f. 14 ; conj. 249 « tîkroûkoûḍ » ; (itîjoûhoûd, our 
itejouhoud) ‖ faire hab. la guerre sainte contre ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăjoûhed ⵋⵂⴷ sm. nv. prim. ; φ (pl. ijoûhoûden ⵋⵂⴷⵏ), daṛ joûhoûden 
‖ fait de faire tous ses efforts.

eljihad ⵍⵋⵂⴷ sm. (pl. eljihâden ⵍⵋⵂⴷⵏ) ‖ guerre sainte (guerre faite par 
des musulmans contre des non-musulmans) ‖ syn. de ehehîd empl. d. ce s.

ⵋⵂⵍ ejhel ⵋⵂⵍ ✳ vn. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (ijhĕl, ijhâl, éd ijhel, our ijhil) ‖ 
être ignorant de la loi divine ‖ se dit d’une p., musulmane ou non, qui est 
dans une ignorance très grande de la loi divine ‖ p. ext. « ignorer la loi 
divine [pour une p., un an., une ch.] (aimer passionnément [une p., un an., 
une ch.] (au point d’en oublier pour eux la loi divine)) ». (Ex. ejhâleṛ 
foull âm, Mîmi ⁒ j’ignore la loi divine pour toi, M. (je t’aime passionné­ment, au point d’oublier pour toi la loi divine, M.) = akli ouâ-reṛ 
ijhâl foull té̆sa nnît ⁒ cet esclave ignore la loi divine pour son ventre 
(cet esclave aime passionnément son ventre, au point d’oublier pour lui la 
loi divine ; cet esclave est gourmand et glouton sans mesure, au point d’être 
prêt à tout pour satisfaire sa gourmandise)).

jejhel ⵋⵋⵂⵍ va. f. 1 ; conj. 150 « seksen » ; (ijjĕjhel, iejjîjhel, éd ijejhel, 
our ijjejhel) ‖ rendre ignorant de la loi divine ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

jâhhel ⵋⵂⵍ vn. f. 5 ; conj. 220 « kâssen » ; (ijâhhel, our ijehhel) ‖ 
être hab. ignorant de la loi divine ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

jâjhâl ⵋⵋⵂⵍ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (ijâjhâl, our ijejhil) ‖ rendre 
hab. ignorant de la loi divine ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ăjahal ⵋⵂⵍ sm. nv. prim. ; φ (pl. ijehâlen ⵋⵂⵍⵏ), daṛ jehâlen ‖ fait 
d’être ignorant de la loi divine ; ignorance de la loi divine ‖ a t. les s. c. 
à c. du prim.

ăjejhel ⵋⵋⵂⵍ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. ijejhîlen ⵋⵋⵂⵍⵏ), daṛ jejhîlen ‖ fait de rendre ignorant de la loi divine ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ămâjhal ⵎⵋⵂⵍ sm. n. d’é. prim. ; φ (pl. imâjhâlen ⵎⵋⵂⵍⵏ ; fs. tămâj­halt ⵜⵎⵋⵂⵍ⵿ⵜ ; fp. timâjhâlîn ⵜⵎⵋⵂⵍⵏ), daṛ mâjhâlen, daṛ tmâj­hâlîn ‖ hom. qui ignore la loi divine [pour une p., un an., une ch.] (h. 
qui aime passionnément [une p., un an., une ch.] (au point d’en oublier 
pour eux la loi divine)) ‖ ce pour quoi un ămâjhal ignore la loi divine 
se met au gén.

eljahil ⵍⵋⵂⵍ sm. (pl. eljahilen ⵍⵋⵂⵍⵏ ; fs. teljahilt ⵜⵍⵋⵂⵍ⵿ⵜ ; fp. teljahilînⵜⵍⵋⵂⵍⵏ) ‖ hom. ignorant de la loi divine (h., musulman ou non, qui 
est dans une ignorance très grande de la loi divine).

ⵋⵂⵏⵎ jehennâma ⵋⵂⵏⵎⴰ ✳ sm. (pl. jehennâmâten ⵋⵂⵏⵎⵜⵏ) ‖ enfer ‖ 
syn. de témsé empl. d. ce s. ‖ peu us.

ⵋⵋ jouji ⵋⵋⵉ (Ăir, Ioul.) sm. (pl. joujîten ⵋⵋⵜⵏ) ‖ soldat nègre ou arabe 
de l’armée française (des troupes coloniales ou des troupes algériennes) ‖ 
les Kel-Ăh. ignorent l’origine du mot jouji. Certains disent qu’il vient 
des mots « Jouj » et « Mâjouj » (Gog et Magog) des traditions musulmanes : 
un des signes précurseurs de l’arrivée du « mehdi » et de la fin du 
monde est l’invasion de « Jouj » et de « Mâjouj », peuples qui viendront 
des extrémités de la terre, ravageront le monde et domineront sur lui 
peu avant l’arrivée du « mehdi » ; les gens de l’Ăir et les Ioul. regarderaient 
l’arrivée des troupes françaises comme l’invasion de « Jouj » ; les lettrés 
de Ṛât et du Fezzan qui viennent dans l’Ăh. y enseignent que 
l’arrivée du mehdi est très proche : il viendra indubitablement avant 
1945 de l’ère chrétienne, et probablement bien avant cette date ‖ jouji 
diffère d’elṛaskeri (Ăh.) et d’esserdasi (Ăd., Ioul.) qui sont syn. et 
signifient « soldat (de race qlconque, appartenant à une armée régulière de 
n’importe quel peuple) » ‖ jouji n’est pas us. dans l’Ăh.

ⵋⵋⴱ ăjâjib ⵋⵋⴱ ✳ sm. φ (pl. ijoûjab ⵋⵋⴱ), daṛ joûjab ‖ chose étonnante ‖ 
se dit des p., an., ch., actes, évènements, qui sont étonnants en n’importe 
quoi, en bien ou en mal ‖ le pl. ijoûjab s’empl. souv. com. syn. du sing. ; 
le sing. ăjâjib s’empl. souv. com. syn. du plur. : que ce qui est étonnant 
soit un sing. ou un plur., on peut se servir ad lib., en parlant de lui, 
du sing. ăjâjib ou du pl. ijoûjab ‖ ex. Moûsa ăjâjib daṛ toullouḳ ⁒ 
M. [est] une ch. étonnante dans la bonté (M. est une ch. étonnante com. bonté) 
= Moûsa ijoûjab daṛ toullouḳ ⁒ m. s. q. le pr. = tămeṭ tâ-reṛ ăjâjib : 
tâker, ġânna bahou, kânnes ⁒ cette fem. est une ch. étonnante [en mal] : 
elle vole (ou : elle commet l’adultère), elle dit le mensonge, elle se dispute (elle vole 
(ou : elle est infidèle à son mari), elle ment, elle se dispute) = tămeṭ tâ-reṛ 
ijoûjab : tâker, ġânna bahou, kânnes ⁒ m. s. q. le pr. = telemt tâ-reṛ 
ăjâjib daṛ ăk̤ ⁒ cette chamelle [est] une chose étonnante dans le lait 
(cette chamelle est une ch. étonnante com. lait) = telemt tâ-reṛ ijoûjab 
daṛ ăk̤ ⁒ m. s. q. le pr. = Moûsa iġ ăjâjibM. a fait une ch. étonnante (ou : M. a fait des ch. étonnantes) (en bien ou en mal) = Moûsa iġ ijoûjab 
⁒ m. s. q. le pr. = nĕieṛ ăjâjib daṛ ăkâl ouâ-reṛ ⁒ j’ai vu une ch. 
étonnante dans ce pays-ci (ou : j’ai vu des ch. étonnantes dans ce pays-ci) 
(en bien, en mal, en plaisirs, en souffrances, etc.) = nĕieṛ ijoûjab daṛ 
ăkâl ouâ-reṛ ⁒ m. s. q. le pr. = âḍou ouâ-reṛ ăjâjib ⁒ ce vent [est] 
une ch. étonnante = âḍou ouâ-reṛ ijoûjab ⁒ m. s. q. le pr. ‖ p. ext. « chose 
extraordinaire ; merveille (en bien ou en mal) ; miracle » ‖ i n ăjâjib 
et i n joûjab sont syn. et signifient « un qui des ch. étonnantes (un 
qui est étonnant ; une ch. étonnante) » ; ti n ăjâjib et ti n joûjab 
sont syn. et signifient « une qui des ch. étonnantes (une qui est étonnante ; 
une ch. étonnante) ». Ces 4 expressions sont syn. d’ăjâjib et d’ijoûjab, 
mais elles en diffèrent en ce qu’elles doivent s’accorder en genre et en 
nombre avec les subs. auxquels elles se rapportent ; les 2 premières s’empl. 
avec les subs. masc., les 2 dernières avec les subs. fém. (Ex. Iddĕr ed Biska 
i n ăjâjib daṛ toullouḳI. et B. [sont] des qui des ch. étonnantes 
dans la bonté (I. et B. sont une ch. étonnante com. bonté) = Iddĕr ed 
Biska i n joûjab daṛ toullouḳ ⁒ m. s. q. le pr. = menna tâ-reṛ 
ti n ăjâjib ⁒ cette sécheresse [est] une qui des ch. étonnantes (cette 
sécheresse est une ch. étonnante) = menna tâ-reṛ ti n joûjab ⁒ 
m. s. q. le pr.) ‖ d. les s. « chose étonnante ; chose extraordinaire ; merveille 
(en bien ou en mal) ; miracle », ăjâjib est syn. de tekounti n 
ăjâjib, i n joûjab, ti n ăjâjib, ti n joûjab sont syn. d’i n 
tekount, i n tkoûnîn, ti n tekount, ti n tkoûnîn ‖ v. ⴾⵙⴹ ouksaḍ, soukseḍ ‖ peu us.

tăjâjibt ⵜⵋⵋⴱ⵿ⵜ sf. φ (pl. tijoûjab ⵜⵋⵋⴱ), daṛ tjoûjab ‖ m. s. q. le pr. 
‖ i n tăjâjibt, i n tjoûjab, ti n tăjâjibt, ti n tjoûjab sont syn. 
d’i n ăjâjib, i n joûjab, ti n ăjâjib, ti n joûjab.

joujeb ⵋⵋⴱ vn. prim. ; conj. 93 « beideġ » ; π (joujĕb, joujâb, éd iejjoujeb, our 
joujeb) ‖ être étonnant ‖ très peu us.

houheb ⵂⵂⴱ vn. prim. ; conj. 93 « beideġ » ; π (houhĕb, houhâb, éd iehhouheb, 
our houheb) ‖ m. s. q. le pr. ‖ très peu us.

ⵋⴾ ajako ⵋⴾⵓ sm. φ (n. d’u. et col.) (pl. de div. ou p. n. ijakôten ⵋⴾⵜⵏ), daṛ ĕjako 
(ăjako), daṛ jakôten ‖ nom d’une plante non persistante ‖ ressemble un peu 
à la luzerne, mais est plus petite qu’elle ; est comestible pour les p. et les an. ; 
se trouve dans l’Ăh., mais seulement aux altitudes supérieures à 2.000 
mètres.

ⵋⵍ ămejjela ‖ v. ⴶⵍ ġelet (Ta. 1).

ⵋⵍⴱ ăjelbi ⵋⵍⴱⵉ ✳ (Ăj.) sm. φ (pl. ijelbien ⵋⵍⴱⵉⵏ ; fs. tăjelbit ⵜⵋⵍⴱⵜ ; fp. tijelbiînⵜⵋⵍⴱⵉⵏ), daṛ jelbien, daṛ tjelbiîn ‖ mouton à laine ‖ syn. d’élahei (Ăh.) 
‖ us. dans l’Ăj. ; non us. dans l’Ăh.

ⵋⵍⴾⴹⴾⴹ ăjellekeḍkeḍ ⵋⵍⴾⴹⴾⴹ (dial. Berb. séd. Ṛ. et Ġ.) sm. ‖ vieux mot probablement 
grossier, dont le sens n’est plus connu, qui ne se rencontre que dans 
des refrains chantés en certains jeux.

ⵋⵍⵍⵂ ijjelaleh ‖ v. ⴶⵍⵍⵂ zeġġelouleh.

ⵋⵍⵍⵂ ijjelelleh ‖ v. ⴶⵍⵍⵂ zeġġelelleh.

ⵋⵍⵍⵉ ijjelellei ‖ v. ⴶⵍⵍⵂ zeġġelelleh.

ⵋⵎ ăjjam ⵋⵎ sm. (pl. ăjjâmen ⵋⵎⵏ) ‖ dépouille d’autruche (peau d’autruche 
entière avec toutes ses plumes).

ⵋⵎⵍ ăjemîl ⵋⵎⵍ ✳ sm. φ (pl. ijemîlen ⵋⵎⵍⵏ), daṛ jemîlen ‖ bon office 
(service ; bienfait) ‖ syn. de tăouâlet ‖ peu us.

ⵋⵎⵍ ăjamoûl ‖ v. ⵂⵎⵍ ăhamoûl.

ⵋⵎⵍⵍ jemlel ‖ v. ⵎⵍ imlal.

ⵋⵎⵔ éjêmer ⵋⵎⵔ (Ăir) sm. ‖ jeune mouton (sevré et qui a pris un peu de 
taille, mais qui n’a pas encore toute sa taille) ‖ syn. d’ăbaġouġ (Ăh.) ‖ 
non us. dans l’Ăh.

ⵋⵏ ăjjen ‖ v. ⵣⴶⵏ ăzġen.

ⵋⵏ ijjen ‖ v. ⴶⵏ eġen.

ajjen ‖ v. ⴶⵏ eġen.

ⵋⵏ ejjen ‖ v. ⵣⴶⵏ ejjen.

ⵋⵓⵉⵋ ejjeoueija ⵋⵓⵉⵋⴰ ✳ sf. (pl. ejjeoueijâten ⵋⵓⵉⵋⵜⵏ) ‖ fusil à 2 coups 
(à capsules ou à bascule).

ⵋⵓⵏⴾ ăjeouenka ⵋⵓⵏ⵿ⴾⴰ (Ăir) sm. φ (pl. ijeouenkâten ⵋⵓⵏ⵿ⴾⵜⵏ), daṛ jeouen­kâten ‖ selle de cheval (pour hom.) à pommeau et troussequin bordés de 
laiton (élakif ayant son pommeau et son troussequin bordés d’un 
ruban de laiton) ‖ diffère d’amżaġ « selle de cheval (pour hom.) ornée 
d’appliques de laiton et de peau teinte en vert clair (élakif orné d’appliques 
de laiton et de semento) » ‖ peu us. dans l’Ăh.

ⵋⵔ tajjert ‖ v. ⴶⵔ eġer.

ⵋⵔ ejjer ‖ v. ⵣⴶⵔ ejjer.

ⵋⵔ Ăjjer ‖ v. ⵣⴶⵔ Ăjjer.

ⵋⵔⴱ Jerba ⵋⵔⴱⴰ ⁂ sf. (s. s. pl.) ‖ np. d’une île de Tunisie ‖ p. ext. « ceinture 
en laine rouge de Jerba ». D. ce s., est syn. de tékerheit ‖ les ceintures rouges 
de Jerba sont utilisées dans l’Ăh. soit com. ceintures, soit, plus souvent, com. 
turbans.

ⵋⵔⵜⵓⵉ jeretoui ⵋⵔⵜⵓⵉ vn. prim. ; conj. 43 « melelli » ; (ijretouei, iejîretouei, 
éd ijretoui, our ijretouei) ‖ être en loques (par suite d’une extrême 
usure) ‖ peut avoir pour suj. une étoffe qlconque, un vêtement, ou une 
p. dont les vêtements sont en loques ‖ se dit d’étoffes qui, par suite d’extrême 
usure, forment des loques pendantes, déchirées et fendues sur presque toute 
leur longueur ‖ diffère de mek̤etoui « être en lambeaux (le suj. étant une 
étoffe ou une peau) », qui peut avoir pour suj. non seulement des étoffes mais aussi 
des peaux, et se dit d’étoffes et de peaux neuves ou vieilles mises en lambeaux 
par n’importe quelle cause ‖ diffère de degdeg, de teṛteṛ, de rouffet (Ta. 2), 
de roummet (Ta. 2), de teftef employés d. le s. « être abîmé ; être gâté », 
qui se disent non seulement des étoffes et des peaux, mais d’objets qlconques, neufs ou vieux, abîmés par n’importe quelle cause.

jejjeretoui ⵋⵋⵔⵜⵓⵉ va. f. 1 ; conj. 131 « sebbedi » ; (ijjeretouei, iejîjeretouei, 
éd ijejjeretoui, our ijjeretouei) ‖ mettre en loques.

tîjeretoui ⵜⵋⵔⵜⵓⵉ vn. f. 12 ; conj. 245 « tîheḍeḍi » ; (itîjeretoui, our iteje­retoui) ‖ être hab. en loques.

jîjeretoui ⵋⵋⵔⵜⵓⵉ va. f. 1.12 ; conj. 245 « tîheḍeḍi » ; (ijîjeretoui, our 
ijejeretoui) ‖ mettre hab. en loques.

ăjeretoui ⵋⵔⵜⵓⵉ sm. nv. prim. ; φ (pl. ijeretouien ⵋⵔⵜⵓⵉⵏ), daṛ jeretou­ien ‖ fait d’être en loques.

ăjejjeretoui ⵋⵋⵔⵜⵓⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. ijejjeretouien ⵋⵋⵔⵜⵓⵉⵏ), daṛ 
jejjeretouien ‖ fait de mettre en loques.

ăjeretouai ⵋⵔⵜⵓⵉ sm. n. d’é. prim. ; φ (pl. ijeretouaien ⵋⵔⵜⵓⵉⵏ ; fs. 
tăjeretouait ⵜⵋⵔⵜⵓⵉⵜ ; fp. tijeretouaîn ⵜⵋⵔⵜⵓⵉⵏ), daṛ jeretouaien, daṛ 
tjeretouaîn ‖ hom. en loques (h. dont les vêtements sont en loques).

ⵋⵗⴱ ejjeṛbet ⵋⵗⴱⵜ ✳ sf. (pl. ejjeṛbetîn ⵋⵗⴱⵜⵏ) ‖ canon (de fusil, de 
pistolet, d’arme à feu qlconque) ‖ poét. « fusil ».

ⵋⵗⴱⵏⵉ ejjeṛbounia ‖ v. ⵣⵗⴱⵏⵉ ezzeṛbounia.

ⵋⵜ ijjet ‖ v. iġat (Ta. 4.).

ajjet ‖ v. iġat (Ta. 4.).

ⵋⵟ jiṭ ‖ v. ⵋⴹ jiṭ