Discussion:Le Feu (D’Annunzio)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Informations sur l’édition de Le Feu (D’Annunzio)

Édition : Paris : La Revue de Paris mai-juin 1900 et juillet-Aout 1900


Source : OCR


Contributeur(s) :


Niveau d’avancement : Texte complet non-formaté


Remarques :


Relu et corrigé par :



Sources en mode texte[modifier]

  • OCR

Éditions[modifier]

  • 1900 : La Revue de Paris édition de référence (trad G Hérelle)
  • 1919 - Paris : G. Crès & Cie, Les Maîtres du Livre - traduit de l'italien par Georges Hérelle, précédé d'une Préface de Jean Dornis, frontispice gravé à l'eau-forte par Maurice Achener.
  • 1929 - Calmann-Lévy (trad G Hérelle)

Guides de correction[modifier]

  • Les retours à la ligne à l'identique de l'image sont à conserver.
  • Les Majuscule de A E O… sont à accentuer si nécessaire.
  • Mots coupés en fin de ligne :
    • Les mots coupés en fin de ligne sont reconstitués entier, le passage à la ligne suivante se faisant après le mot reconstitué suivi d'une espace. La ponctuation éventuelle reste attachée au mot reconstitué.
  • Mots coupés en fin de page :---> utiliser {{tiret|débutMot|Mot entier}} et {{tiret2|finMot|Mot entier}}

Corrections apportées à l'édition de référence[modifier]

  • p16 : J’ai la conviction que tout homme d’intelligence[1], aujourd’hui comme toujours, a le pouvoir de se créer dans la vie sa belle fable.

Vocabulaire[modifier]

  • p219 : Son rêve ondoyant s’accompagnait d’une ariette qu’au musée il avait entendue sourdre par gouttelettes sonores d’un petit appareil métallique mis en mouvement au moyen d’une clef, dissimulé sous un jardinet de verre où des amants parés de marguerites dansaient autour d’une fontaine en calcédoine.
  • p284 : …il salua la figure exsangue et nasue de ce prince romain qui, ne forlignant pas de l’honneur de son nom, employait l’or accumulé durant des siècles de rapine et de népotisme à élever un temple harmonieux consacré à la renaissance des Arts qui avaient illuminé de beauté la vie forte de ses ancêtres.

A propos[modifier]

  • voir ici …and Il fuoco (1900); the latter is in its descriptions of Venice perhaps the most ardent glorification of a city existing in any language.
    • Le Feu est dans ses descriptions de Venise la plus ardente glorification de cette cité, inégalée dans aucune langue.
  • voir ici One of d'Annunzio's most significant novels, scandalous in its day, is Il fuoco (The Flame of Life) of 1900, in which he portrays himself as the Nietzschean Superman Stelio Effrena, in a fictionalized account of his love affair with Eleonora Duse. His short stories showed the influence of Guy de Maupassant. He was also associated with the Marchesa Luisa Casati, an influence on his novels.
    • L'un des plus importants romans d'Annunzio, scandaleux en son temps, est Il fuoco (La Flamme de la Vie) de 1900, dans lequel il se décrit lui-même comme le nietzschéenne Superman Stelio Effrena, version romancée de son histoire d'amour avec Eleonora Duse. Ses récits ont montré l'influence de Guy de Maupassant. Il a également été associée à Marchesa Luisa Casati, une influence sur ses romans.
  • Littérature italienne p513 : …dans le Feu (1900), Venise et sa lagune jouent un rôle au moins égal à celui de Stelio Effrena, lequel, plus qu’aucun autre de ses frères, est d’Annunzio en personne : l’action s’efface ici devant l’évocation magistrale du paysage de la lagune, de l’art et de l’histoire de Venise vus à travers la pensée et le verbe prestigieux de l’artiste.

Discussions[modifier]



  1. WS : intellligence -> intelligence