Encyclopédie méthodique/Beaux-Arts/Bosse

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Index Général A B C D E F G H I JK L M N O P Q R S T UV W X Y Z
◄  Bordure
Brillant  ►

BOSSE. Bosse, ronde bosse, sont des termes spécialement consacrés à la Sculpture, comme on le verra dans le Dictionnaire de cet Art.

Dans la Peinture, on s’en sert pour signifier les modèles en plâtre, en terre cuite, en métal ou en pierre, d’après lesquels on s’exerce à dessiner pour mieux imiter le relief des corps. Le Peintre dessine donc d’après la bosse, comme je l’ai expliqué au mot Académie. Cette étude a de grands avantages & quelques inconvéniens. Les avantages sont, entr’autres, de pouvoir dessiner les objets imités par la Scuplture, avec le relief qu’ils offrent dans la nature même, de dessiner à sa volonté ces objets dans tous les sens & dans un état fixe, ou d’immobilité, qui laisse au dessinateur tout le tems d’observer, d’imiter, de se corriger, de recommencer, ce que la nature vivante ne peut procurer que pendant quelques instans.

Enfin, les modèles, en plâtre particulièrement, procurent & multiplient, sans beaucoup de frais, les copies exactes d’une infinité de beaux ouvrages antiques & modernes, que le jeune Artiste ne pourroit étudier sans ce secours, parce qu’ils sont dispersés, & que le Dessinateur, dans les endroits même où chacun desa beaux ouvrages se trouve, ne pourroit en disposer à son gré, comme il fait de la figure en ronde bosse, qu’il acquiert, qu’il place dans son attelier, & qui le


rend possesseur de ce que l’Art a produit de plus parfait.

La bosse, prise sur la nature par parties, telles que sont des bras, des cuisses, des jambes, des pieds & des mains moulés en plâtre sur des figures vivantes & choisies, dans lesquelles ces parties se trouvent particulièrement belles, sont des secours précieux pour le Dessinateur & le Peintre, ainsi que pour le Statuaire.

Quelques inconvéniens sont, comme je l’ai dit, attachés à l’étude de la bosse. J’en parlerai dans l’Art. Dessin ; & je dirai ici d’avance, que cette étude, trop assidue, habitue à une imitation froide qui, quelquefois, se fait sentir & dans le Dessin & dans la Peinture. D’ailleurs, le clair-obscur, ou l’effet de la lumière & de l’ombre, sur une surface dure & quelquefois polie, tel que sont le marbre, le plâtre, le bronze, &c. differe très-sensiblement, pour ceux qui l’observent, de l’effet de la lumière & de l’ombre sur des surfaces pénétrables, molles & élastiques, telles que la chair & la peau.

Il y auroit d’autres nuances d’avantages & de désavantages à observer, relativement à l’étude de la bosse ; mais qui demandent d’assez longues discussions. L’étude de la Peinture est si étendue, lorsqu’on l’envisage dans toutes ses parties, que chaque article d’un dictionnaire de cet Art deviendroit aisément un traité, ce qui ne peut convenir à cette forme d’ouvrage.