Esprit des lois (1777)/L21/C1

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  Livre XX
Chapitre XXIII
Livre XXI Livre XXI
Chapitre II
  ►


LIVRE XXI.

Des Lois, dans le rapport quelles ont avec le commerce, considéré dans les révolutions qu’il a eues dans le monde.




CHAPITRE PREMIER.

Quelques considérations générales.


Quoique le commerce soit sujet à de grandes révolutions, il peut arriver que de certaines causes physiques, la qualité du terrain ou du climat, fixent pour jamais sa nature.

Nous ne faisons aujourd’hui le commerce des Indes, que par l’argent que nous y envoyons. Les Romains[1] y portoient toutes les années environ cinquante millions de sesterces. Cet argent, comme le nôtre aujourd’hui, étoit converti en marchandises qu’ils rapportoient en Occident. Tous les peuples qui ont négocié aux Indes, y ont toujours porté des métaux, & en ont rapporté des marchandises.

C’est la nature même qui produit cet effet. Les Indiens ont leurs arts, qui sont adaptés à leur maniere de vivre. Notre luxe ne sauroit être le leur, ni nos besoins être leurs besoins. Leur climat ne leur demande ni ne leur permet presque rien de ce qui vient chez nous. Ils vont en grande partie nuds, les vêtemens qu’ils ont, le pays les leur fournit convenables ; & leur religion, qui a sur eux tant d’empire, leur donne de la répugnance pour les choses qui nous servent de nourriture. Ils n’ont donc besoin que de nos métaux qui sont les signes des valeurs, & pour lesquels ils donnent des marchandises, que leur frugalité & la nature de leur pays leur procure en grande abondance. Les auteurs anciens qui nous ont parlé des Indes, nous les dépeignent[2] telles que nous les voyons aujourd’hui, quant à la police, aux manieres & aux mœurs. Les Indes ont été, les Indes seront ce qu’elles sont à présent ; & dans tous les temps, ceux qui négocieront aux Indes, y porteront de l’argent, & n’en rapporteront pas.


  1. Pline, livre VI. chap. xxiii.
  2. Voyez Pline, livre VI, chap. xix ; & Strabon, livre XV.