Extrait de Jean d’Antioche/Édition Garnier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

EXTRAIT


DE JEAN D’ANTIOCHE[1].


Pendant la jeunesse de Néron Auguste, l’administration de la république était entre les mains de Sénèque et de Burrhus. Cependant Néron s’appliquait aux études de la philosophie, et, entre autres, s’informait de Jésus, qu’il croyait certainement être encore vivant. Mais lorsqu’il eut appris que les Juifs l’avaient mis en croix, il en fut si irrité qu’il se fit amener les pontifes Annas et Caïphas, avec Pilate, enchaînés, et les questionna sur tout ce qui s’était passé dans son jugement. Annas et Caïphas dirent que, pour eux, ils l’avaient jugé suivant leurs lois, et qu’ils n’avaient en rien péché contre la majesté du prince, et que tout s’était passé à la volonté du gouverneur Pilate. Ce qu’ayant entendu, Néron mit Pilate en prison, mais renvoya Annas et Caïphas sans leur faire aucun mal. Et peu de temps après, il fit passer Pilate au fil de l’épée, parce qu’il avait osé punir de mort un si grand homme sans l’autorité du prince. Après cela, Néron fit élever Pierre en croix, et décapiter Paul.

  1. In excerptis Peiresc., page 809. (Note de Voltaire.)