Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/L’Âne et l’Ânier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir L’Âne et l’Ânier.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 122-123).
277


L’ÂNE ET L’ÂNIER

Un âne conduit par un ânier, après avoir fait un peu de chemin, quitta la route unie et prit à travers des lieux escarpés. Comme il allait tomber dans un précipice, l’ânier, le saisissant par la queue, essaya de le faire retourner ; mais comme l’âne tirait vigoureusement en sens inverse, l’ânier le lâcha et dit : « Je te cède la victoire : car c’est une mauvaise victoire que tu remportes. »

La fable s’applique au querelleur.