Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/L’Âne et les Cigales

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir L’Âne et les Cigales.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 123).
278


L’ANE ET LES CIGALES


Un âne, ayant entendu chanter des cigales, fut charmé de leur voix harmonieuse et leur envia leur talent. « Que mangez-vous, leur demanda-t-il, pour faire entendre un tel chant ? — De la rosée », dirent-elles. Dès lors l’âne attendit la rosée, et mourut de faim.

Ainsi, quand on a des désirs contraires à la nature, non seulement on n’arrive pas à les satisfaire, mais encore on encourt les plus grands malheurs.