Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/L’Hirondelle et le Dragon

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir L’Hirondelle et le Dragon.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 150-151).

347

L’HIRONDELLE ET LE DRAGON

Une hirondelle qui avait fait son nid dans un tribunal était sortie, quand un dragon vint en rampant dévorer ses petits. À son retour, trouvant le nid vide, elle gémit, outrée de douleur. Une autre hirondelle, pour la consoler, lui dit qu’elle n`était pas la seule qui eût eu le malheur de perdre ses petits. « Ah ! répondit-elle, je me désole moins d’avoir perdu mes enfants que parce que je suis victime d’un crime en un lieu où les victimes de la violence trouvent assistance. »

Cette fable montre que souvent les malheurs sont plus pénibles à supporter, quand ils viennent de ceux dont on les attendait le moins.