Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/L’Homme et le Lion voyageant de compagnie

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir L’Homme et le Lion voyageant de compagnie.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 29).

59


L’HOMME ET LE LION VOYAGEANT DE COMPAGNIE


Un lion voyageait un jour avec un homme. Ils se vantaient à qui mieux mieux, lorsque sur le chemin ils rencontrèrent une stèle de pierre qui représentait un homme étranglant un lion. Et l’homme la montrant au lion dit : « Tu vois comme nous sommes plus forts que vous. » Le lion répondit en souriant : « Si les lions savaient sculpter, tu verrais beaucoup d’hommes sous la patte du lion. »

Bien des gens se vantent en paroles d’être braves et hardis ; mais l’expérience les démasque et les confond.