Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/La Poule et l’Hirondelle

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir La Poule et l’Hirondelle.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 126).
286


LA POULE ET L’HIRONDELLE


Une poule, ayant trouvé des œufs de serpent, se mit à les couver soigneusement et, après les avoir chauffés, les fit éclore. Une hirondelle, qui l’avait vue faire, lui dit : « Sotte que tu es, pourquoi élèves-tu des êtres qui, une fois grands, commenceront par toi la première le cours de leurs méfaits ? »

La perversité ne se laisse pas apprivoiser, même à force de bienfaits.