Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Bouvier et Héraclès

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Bouvier et Héraclès.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 34-35).

72


LE BOUVIER ET HÉRACLÈS


Un bouvier menait un chariot vers un village. Le chariot étant tombé dans un ravin profond, au lieu d’aider à l’en sortir, le bouvier restait là sans rien faire, invoquant parmi tous les dieux le seul Héraclès, qu’il honorait particulièrement. Héraclès lui apparut et lui dit : « Mets la main aux roues, aiguillonne tes bœufs et n’invoque les dieux qu’en faisant toi-même un effort ; autrement tu les invoqueras en vain. »