Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Corbeau malade

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Corbeau malade.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 74).
168
LE CORBEAU MALADE

Un corbeau malade dit à sa mère : « Prie les dieux, mère, et ne pleure pas. » La mère lui répondit : « Lequel des dieux, mon enfant, aura pitié de toi ? en est-il un à qui tu n’aies pas dérobé de viande ? »

Cette fable montre que ceux qui se sont fait beaucoup d’ennemis dans leur vie ne trouveront pas d’amis, dans le besoin.