Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Singe et le Chameau

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Singe et le Chameau.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 135).
306


LE SINGE ET LE CHAMEAU


Dans une assemblée des bêtes un singe se leva et dansa. Il fut fort apprécié et applaudi de toute l’assistance. Un chameau envieux voulut gagner les mêmes éloges. Il se leva et essaya lui aussi de danser ; mais il fit mainte extravagance, et les animaux indignés le mirent dehors à coups de bâton.

Cette fable convient à ceux qui par envie rivalisent avec de meilleurs qu’eux.