Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Les Enfants de la Guenon

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Les Enfants de la Guenon.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 135).
307


LES ENFANTS DE LA GUENON


Les guenons, dit-on, mettent au monde deux petits ; de ces deux enfants elles chérissent et nourrissent l’un avec sollicitude, quant à l’autre, elles le haïssent et le négligent. Or il arrive par une fatalité divine que le petit que sa mère soigne avec complaisance et serre avec force dans ses bras meurt étouffé par elle, et que celui qu’elle néglige arrive à une croissance parfaite.

Cette fable montre que la fortune est plus puissante que toute notre prévoyance.